Avertir le modérateur

04/02/2010

Vaccin H1N1: Un fiasco chasse l'autre, dans l'indifférence générale...

Vous n'en avez plus grand chose à foutre de la grippe H1N1 et du vaccin?

Vous avez bien raison. La vie est une course d'obstacle, et celui-ci passé, il vous reste à faire face à la situation économique épouvantable et au fait d'être gouverné par des baltringues incompétents et profondément nuisibles.

Reste que je tenais à vous faire partager cette info, qui, à l'heure où j'écris ces lignes, n'apparait nulle part en France ( j'ai googlé ;-) SANOFI et VACCIN, dormez bonnes gens, tout va bien.

Le-roman-du-Dr-House-va-sortir-en-France1_articlephoto.jpg


L'information vient des United States of America, du Center of Disease Control.

Respirez un bon coup, ça va aller.

Le vaccin de Sanofi-Pasteur.
Le vaccin sans adjuvant.
Le vaccin PANENZA.
En monodose.

SANOFI vient de se rendre compte qu'il n'est pas stable. Que l'on ne peut assurer qu'il restera efficace aussi longtemps que prévu. QUE SA DATE DE PEREMPTION DOIT DONC ETRE AVANCEE D'UN AN.... Autrement dit que des vaccins censés être encore utilisables et efficaces jusqu'en Mai 2011 ne doivent plus être utilisés passé le 15 Février 2010.

Je sais que cette information est incroyable. C'est probablement pour cela que le gouvernement français, le ministère de la Santé, la DGS et son célébrissime Docteur Houssin Didier, l'homme pour qui tout rhume avec fatigue est une grippe H1N1 nécessitant impérativement du Tamiflu, c'est pour cela, donc, que ces braves gens ne vous en ont pas encore parlé, et les média itou.

propaganda.jpg

C'est pour cela que tous ces experts qui vous ont seriné pendant des mois que les processus de fabrication du vaccin H1N1 étaient ri-gou-reu-se-ment indentiques à ceux du vaccin saisonnier ne se sont pas empressés de vous donner l'information.

Allez, avant de vous donner les liens, une spéciale dédicace aux idiots utiles, François Chérèque, jean-Luc Mélenchon, et l'autre là que j'avais oublié, le grrrrand professeur Rufo qui du haut de sa compétence en santé publique vilipendait dans le Parisien il y a quelques mois les médecins vaccino-sceptiques, "irresponsables".

41nJySxHbpL._SS500_.jpg

Chacun cherche un père, parait-il. Tant qu'à faire, je préfère encore celui-là.

SW_V_12.jpg

 

This is an official
CDC HEALTH UPDATE



Distributed via Health Alert Network
Tuesday, February 02, 2010, 18:45  EST (6:45  PM EST)

CDCHAN-00307-2010-02-02-UPD-N

 

Sanofi Pasteur Monovalent 2009 (H1N1) Influenza
Vaccine in Pre-Filled Syringes—Shortened Shelf Life of Certain Lots

Summary

Sanofi Pasteur has notified CDC and FDA that some lots of monovalent 2009 (H1N1) influenza vaccine in prefilled syringes will have a shorter expiration period than indicated on the label. The lots of Sanofi Pasteur monovalent 2009 H1N1 influenza vaccine in prefilled syringes should be used by February 15, 2010, as indicated in the table below regardless of the expiration imprinted on the package.  This is to ensure that the vaccine is used while it remains within its potency specification. There are no safety concerns with these lots of 2009 H1N1 vaccine. People who received vaccine from the lots listed below with shortened shelf life do not need to take any action.

Background

As part of its quality assurance program, Sanofi Pasteur performs routine, ongoing stability testing of the vaccine after it has been shipped to providers. Stability testing means measuring the strength of a vaccine over time.

The 50 lots subject to this change in expiration date include approximately 12 million doses. These lots were shipped to providers between November 2009 and January 2010. Although these lots remain potent, they are losing their potency more rapidly than expected, and therefore the shelf life is being shortened. While many of the doses from these lots are believed to have already been administered, there are almost certainly some doses that have not yet been used.

The change in expiration date described here is specific to the 50 lots of Sanofi Pasteur 2009 H1N1 influenza vaccine in pre-filled syringes listed below. However, two related recalls (See http://www2a.cdc.gov/HAN/ArchiveSys/ViewMsgV.asp?AlertNum... and http://www2a.cdc.gov/HAN/ArchiveSys/ViewMsgV.asp?AlertNum...) were conducted recently, which involved lots from Sanofi Pasteur’s 2009 H1N1 vaccine in 0.25 mL and 0.5 mL pre-filled syringes. The field adjustment and these related recalls affect all of the Sanofi Pasteur H1N1 vaccine in prefilled syringes that was distributed this season. These actions do not, however, affect Sanofi Pasteur’s 2009 H1N1 vaccine in multi-dose vials.

Sanofi Pasteur will send a notification to providers who received doses from any of the 50 lots of vaccine described below.

Lot Information

These lots should be used by February 15, 2010, as indicated in the table below regardless of the expiration date imprinted on the package.

All pre-filled syringes that have not been used by February 15, 2010 should be discarded in an appropriate manner, or you may return the product for destruction to Sanofi Pasteur Inc., c/o Capital Returns at 6101 N. 64th Street, Milwaukee, WI 53218.

Influenza A (H1N1) 2009 Monovalent Vaccine
in Pre-Filled Syringes Expiration Date Change

Product Code (NDC)

Description

Lot Number

Labeled Expiration
Date

 

Re-Assigned
Expiration
Date

49281-650-25
0.25mL
syringes in
10-packs
UT014AA March 4, 2011 February 15, 2010
UT014BA March 4, 2011 February 15, 2010
UT014CA March 4, 2011 February 15, 2010
UT014DA March 4, 2011 February 15, 2010
UT014FA March 27, 2011 February 15, 2010
UT014EA March 25, 2011 February 15, 2010
UT029DA April 7, 2011 February 15, 2010
UT029BA April 6, 2011 February 15, 2010
UT029CA April 6, 2011 February 15, 2010
UT029EA April 8, 2011 February 15, 2010
UT030EA April 10, 2011 February 15, 2010
UT030FA April 11, 2011 February 15, 2010
UT033CA April 12, 2011 February 15, 2010
UT033DA April 12, 2011 February 15, 2010
49281-650-50

0.5mL
syringes in
10-packs

UP033CA April 16, 2011 February 15, 2010
UP036CA April 19, 2011 February 15, 2010
UP034BB April 22, 2011 February 15, 2010
UP036EA May 3, 2011 February 15, 2010
UP037CA April 30, 2011 February 15, 2010
UP037DA May 2, 2011 February 15, 2010
UP048CA May 6, 2011 February 15, 2010
UP040CA May 4, 2011 February 15, 2010
UP048DA May 9, 2011 February 15, 2010
UP049FA May 16, 2011 February 15, 2010
UP049CA May 11, 2011 February 15, 2010
UP049DA May 13, 2011 February 15, 2010
UP035BA April 15, 2011 February 15, 2010
UP059DA May 16, 2011 February 15, 2010
UP060CA May 17, 2011 February 15, 2010
UP060DA May 19, 2011 February 15, 2010
UT047BA May 11, 2011 February 15, 2010
UP033AB April 9, 2011 February 15, 2010
UP041BA April 30, 2011 February 15, 2010
UT041AA April 29, 2011 February 15, 2010
UT034AA April 19, 2011 February 15, 2010
UT045BA May 5, 2011 February 15, 2010
UP061DA May 21, 2011 February 15, 2010
UP061FA May 23, 2011 February 15, 2010
UP035AA April 12, 2011 February 15, 2010
UT048BA May 12, 2011 February 15, 2010
UT058BA May 16, 2011 February 15, 2010
UT059AA May 18, 2011 February 15, 2010
UT058AA May 14, 2011 February 15, 2010
UT061GA May 24, 2011 February 15, 2010
UP045EA June 9, 2011 February 15, 2010
49281-650-90
0.5mL
syringes in
25-packs
UT036DA April 26, 2011 February 15, 2010
UT040BA April 28, 2011 February 15, 2010
UT047AA May 9, 2011 February 15, 2010
UT046BA May 9, 2011 February 15, 2010
UT046AA May 4, 2011 February 15, 2010

For More Information:

  • CDC’s toll-free information line, 800-CDC-INFO (800-232-4636)
    TTY: (888) 232-6348, is available 24 hours a day, every day.

  • For other inquiries, please contact Sanofi Pasteur Customer Services:
    1-800-VACCINE (1-800-822-2463) or visit www.vaccineshoppe.com.

Categories of Health Alert Messages:

Health Alert

Conveys the highest level of importance; warrants immediate action or attention.

Health Advisory

Provides important information for a specific incident or situation; may not require immediate action.

Health Update

Provides updated information regarding an incident or situation; unlikely to require immediate action.

## This Message was distributed to State and Local Health Officers, Public Information Officers, Epidemiologists and HAN Coordinators as well as Clinician organizations. ##

You have received this message based upon the information contained within our emergency notification database. If you have a different or additional e-mail or fax address that you would like us to use, please contact your State-based Health Alert Network program at your State or local health department

22/01/2010

Quand breton pas content, lui toujours faire ainsi...

asterix.jpg

 

L'épidémie H1N1 est officiellement terminée. Roselyne Bachelot continue d'exhorter à la vaccination, et les média relatent ces conférences de presse où la ministre, qui avant-hier aurait voulu amener des adolescents dans les services de réanimation pour mieux les terroriser, vante son action "équilibrée entre réactivité et analyse", et donne des leçons de déontologie à tout le monde, fustigeant les experts de troisième mi-temps ( quand ses erreurs ont été commentées en direct-live depuis Juillet dernier) , reconnaissant seulement à demi-mot des erreurs de communication. A l'évidence, pourtant, ce n'est pas tant la communication qui pose problème, que l'incompétence des décideurs sanitaires en France...

Le risque, bien entendu, c'est qu'aucune leçon ne soit tirée de ce fiasco aterrant. Nous verrons bien. En attendant, les médecins sont furieux, furieux de constater l'hypocrisie et les mensonges des gouvernants. ce communiqué de l'Union Régionale des Médecins Libéraux de Bretagne contraste avec la langue de bois des instances sanitaires: il appelle un chat un chat, une menteuse une menteuse.

 


Echec du plan de vaccination contre la grippe A(H1N1) : les médecins libéraux de Bretagne soutiennent les demandes de commissions d'enquête française et européenne

Les médecins bretons soutiennent les demandes de création d'une commission d'enquête parlementaire, afin que soient établies les responsabilités dans le fiasco de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1). Depuis le début de mise en place du dispositif, l'Union régionale des médecins libéraux de Bretagne n'a cessé d'alerter le ministère de la Santé sur l'erreur fondamentale consistant à contourner les organisations en place. Qu'il s'agisse du réseau de soins de ville ou de l'hôpital.

Alors qu'elle proposait enfin, la semaine dernière, aux médecins de ville d'intégrer le dispositif vaccinal contre la grippe A(H1N1), Madame Roseline Bachelot leur déclarait : "J'ai besoin de vous pour conquérir les indécis. La grippe peut encore faire des victimes et il faut parer à une possible deuxième vague pandémique." L'Union régionale des médecins libéraux de Bretagne (URML-B) regrette cette trop tardive reconnaissance de la légitime compétence des médecins traitants, et tient à réaffirmer qu'elle ne donnera aucune consigne concernant la vaccination.

La santé est notre priorité. Nous continuerons donc à faire en conscience notre métier : ta médecine, et seulement la médecine. Et nous vaccinerons ceux qui en ont besoin en évaluant au cas par cas le bénéfice-risque de cette thérapeutique préventive, et en tenant compte des données scientifiques fiables recueillies auprès d'experts indépendants de tout groupe d'intérêts ou de pression.

Soutien aux demandes de commissions d'enquête

A ce sujet, l'URML-B se félicite que le Conseil de l'Europe (dont sont membres 47 pays) souhaite ouvrir dès ce mois-ci une enquête sur les possibles pressions exercées sur les Etats et les experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) par les firmes pharmaceutiques intéressées par la production et la vente massives de vaccins. Selon le président de cette assemblée, le déclenchement de l'alerte à la pandémie constituerait "l'un des plus grands scandales médicaux du siècle".

De même, devant l'évidence de l'échec du dispositif mis en œuvre dans l'Hexagone depuis la mi-octobre, sous la conduite des pouvoirs publics et des institutions de santé, l'URML-B soutient résolument les demandes de création d'une commission d'enquête parlementaire française, afin que soit établie aux yeux de tous l'origine des responsabilités prises, au mépris parfois de la santé de nos concitoyens les plus vulnérables.

La négation du fonctionnement rationnel de notre système de santé, conjuguée à celle du rôle et des compétences de ses acteurs libéraux autant qu'hospitaliers, voire de certains services de l'Etat, ont conduit le gouvernement à prendre le risque insensé d'un total dérèglement de ce système, mettant en danger la vie de patients fragiles. Nombre d'entre eux, qui devaient bénéficier en priorité d'une protection contre le virus A (H1N1), ont été ignorés par un dispositif dont l'organisation tenait pour beaucoup de la grande improvisation, pour un coût qui devra être clairement établi.

1 Cf. article Santé du 11/01 sur www.gouvernement.fr


Le rôle des médecins traitants méprisé

Comment peut-on prétendre gérer une crise de santé publique en se passant d'acteurs aussi légitimes que les médecins traitants ? Pourquoi le ministère a-t-il choisi de rester aussi longtemps hermétiquement sourd aux incessantes argumentations de l'URML-B sur ce point, dans chaque réunion de travail où l'on était conviés, rejetant nos offres répétées d'effectuer des vaccinations dans nos cabinets ? C'est à dire au plus près des populations, en parfaite connaissance des patients potentiellement à risque et à la meilleure place pour remédier aux situations problématiques des personnes handicapées ou isolées.

Alors qu'au cours de la campagne 2008 contre la grippe saisonnière les médecins de ville ont assuré en trois mois 5,2 millions de vaccinations (soit 59% des personnes concernées)2, le plan pandémie A(H1N1), objet d'une débauche de communication, n'aura pas permis d'en vacciner dans le même temps davantage : 5,3 millions au 11 janvier 2010. Et, si il est généralement admis qu'au moins 40% d'une population doit être vaccinée afin de dresser une barrière efficace contre une pandémie grippale, le défi à relever est loin d'être aujourd'hui atteint : à peine 8% de Français vaccinés.

Durant ces trois mois d'errements et de propagande abusive, médecins généralistes, pédiatres et autres spécialistes ont été assaillis de questionnements de leurs patients sur la réelle dangerosité du virus, sur les risques qu'aurait présenté le vaccin, sur l'efficience d'une protection des "populations non à risques" à partir de janvier seulement, alors que l'épidémie serait, comme on le constate aujourd'hui, derrière nous. Directement mobilisés en toute première ligne, ces mêmes médecins auraient pu contribuer à éviter l'inutile engorgement de centres de vaccination de masse, souvent réduits à la paralysie et à l'inefficacité. Comme pour chaque campagne annuelle de vaccination anti grippe saisonnière, les doses de vaccin auraient pu être très naturellement acheminées par le dispositif habituel d'approvisionnement quotidien des pharmacies en médicaments, à la toute proximité des patients. Et l'on aurait ainsi assuré à tous un meilleur confort, propice à une meilleure acceptation du vaccin lui-même.

Une crise de confiance lourde de conséquences

Tandis qu'il était prétendu que les médecins de ville étaient déchargés de cette vaccination afin de mieux garantir leur présence auprès des malades atteints par le virus, et de mieux en assurer le traitement, des chefs de service d'hôpitaux publics étaient, ici même en Bretagne, sommés d'effectuer dans l'urgence la réquisition d'internes de médecine générale et internes de spécialité, eux-mêmes sommés de "préserver la continuité des soins dans les services exposés à la pandémie" (réanimations, maladies infectieuses et urgences)... "On peut s'étonner que les médecins généralistes ne soient pas davantage sollicités - élément que nous faisons remonter au ministère dans l'indifférence totale des autorités", dénonçaient dès la mi-novembre certains de ces chefs de service hospitaliers. L'URML-B ne peut que s'associer à eux pour déplorer les conséquences, alors déjà prévisibles, de cet état de fait.

Au global, l'Etat aurait investi dans l'affaire plus de 1,5 milliards d'euros : 5% du « trou de la sécu », l'équivalent du déficit annuel des hôpitaux publics. Une dépense démesurée, dont le montant non encore arrêté contribue à nourrir le manque total de confiance, désormais avéré, de nos concitoyens envers les capacités des pouvoirs publics à maîtriser pareille crise de santé. Un manque de confiance sans aucun doute lourd de conséquences pour le futur.

Mais l'heure des comptes définitifs est encore à venir...

Docteur Jacques ROUILLIER,  Docteur Hervé LE NEEL, Docteur Jean-Pierre LAGUENS

2 Chiffres CNAM / France entière - Cf. dossier de presse du ministère de la Santé du 18/09/2009

20/01/2010

H1N1: Comme un sourire de Xavier Bertrand...

 

2009-06-23_15-43-04_2mardi_JeanFrancois_Cope.jpg

 

Jean-François Copé s’est forgé une légende, celle de rival de Nicolas Sarkozy.

Tout y fait ventre, ses spins doctors ont bien chiadé l’affaire.

Jean-François Copé serait un grand serviteur de l’Etat.
Jean-François Copé porte haut la Mémoire du Général.

Jean-François Copé est le secret espoir de tous ces bourgeois de droite effarés ( pas autant que nous) d’avoir mis à la tête du pays une brochette de pervers narcissiques plus incompétents les uns que les autres.
Jean-François Copé serait le meilleur d’entre Eux, une sorte d’Alain Juppé mâtiné de Villepin, le joker d’une UMP à la ramasse, le Jiminy Cricket d’une droite bling-bling Fouquettisée.

Une conscience de droite, un conservateur propre sur lui, garant de la France éternelle. Guaino sans les névroses, quoi. De Gaulle sans les cheveux.

 

 

Jean-François_Copé.jpg

 

Sauf que.

Sauf que, votre Honneur, quand le Nouveau Centre réclame une commission d’enquête sur la gestion de la pandémie H1N1, Jean-François Copé n’apprécie pas.
Car même s’il n’y a pas grand-chose à attendre de l’immense majorité des députés et sénateurs ( A propos, Jean-Luc Mélenchon, matamore de comptoir, j’attends toujours ta réponse.. enfin, ma pomme et quelques dizaines de milliers d’internautes qui à ce jour ont lu la petite missive que je t’ai faite…), même s’il n’y a pas grand-chose à en attendre, disais-je, cette commission aura certainement a cœur d’étudier le fiasco auquel ont présidé Roselyne Bachelot, Brice l’Auvergnat désinhibé et Nicolas, « Celui qui glousse dans les cimetières ».

 

Cette commission se penchera sur la façon dont un gouvernement qui pioche chaque année 180 millions d’euros de franchises dans les poches des malades, qui étrangle financièrement la médecine générale, qui pousse les personnels des hôpitaux à l’abattage, aura dépensé près de 2 milliards d’euros pour réussir à vacciner 7% de sa population, en laissant dans la nature une proportion non négligeable des personnes à risque.

 

Et là, Jean-François Copé n’est pas d’accord.

Jean-François Copé rechigne.

Jean-François Copé « espère que ce n’est pas une approche inamicale ».

Parce qu’il parle comme ça, Jean-François Copé, qui nous promet pourtant depuis longtemps d’arrêter la langue de bois…

 

 

9782012359437FS.gif

 

Parce que pour Jean-François Copé, comme pour ses virils compagnons de l’UMP, la politique de la France, c’est une affaire d’amitié avant tout. De petits arrangements entre amis. Et ça a quelque chose de touchant, tu vois. Comme un sourire de Xavier Bertrand.

 

 

images.jpeg

15/12/2009

TAMIFLU, VACCIN ET GRIPPE H1N1: DANS LE MUR EN KLAXONNANT

Dans mes cauchemars les plus fous, je n'aurais jamais imaginé la séquence d'évènements, de déclarations et de décisions grotesques qu'accumulent avec une désarmante constance dans le n'importe quoi la ministre, ses experts, et son directeur général de la santé.

arton323.jpg

Jeudi 10 décembre, donc, la Direction Générale de la Santé adresse aux médecins un mail DGS-Urgent informant qu'à partir de dorénavant et parce que c'est comme ça, tenez-vous bien....

LA DEFINITION DE LA GRIPPE A CHANGE.

et que... ( non, attendez, asseyez-vous, un malaise est si vite arrivé, je m'en voudrais de surseoir au principe de précaution qui anime tous ces irréprochables professionnels de la profession)

TOUT GRIPPE SERA MIS SOUS TAMIFLU, DE MANIERE SYSTEMATIQUE.

Je vous la fais courte, mais en gros, cette directive est censée s'imposer à tout médecin.

Autrement dit, sur le plan médicolégal, cette directive met en danger tout médecin qui, au vu des données actuelles de la science, en son âme et conscience de soignant responsable, refuserait de s'y soumettre.

On est, soyons clair, dans la dictature de l'émotion, de la connerie, et du n'importe quoi.

Car cette décision est plus que discutable ( sauf si on est adepte de la Mélenchon-attitude, qui, je le rappelle, se résume à cette brève de comptoir ébouriffante : "DEVANT LES CAMPAGNES DE SANTE PUBLIQUE, ON FAIT D'ABORD LA CAMPAGNE ON DISCUTE APRES, PAS L'INVERSE").

Super-Mechanlon.jpg


 

Cette décision est discutable et injustifiée ( au sens étymologique du terme: rien ne la justifie, le document fourni aux médecins ne contient pas UNE référence médicale expliquant la modification de la stratégie nationale de prise en charge). Sans m’étendre sur le sujet, je fournirai en fin d’article quelques-uns des très nombreux liens qui contredisent cette directive : il n’existe pas aujourd’hui de données scientifiques validées amenant à prescrire systématiquement du TAMIFLU au moindre signe de grippe. Il existe des données scientifiques, sujettes à controverse, laissant penser que le TAMIFLU peut être utile s’il est donné aux patients à risque, ou s’il est donné en cas d’apparition de signes respiratoires ou d’aggravation de l’état d’un patient.

Reprenons le premier diktat de la DGS:

La définition de la grippe a changé. Je cite:

« La grippe A(H1N1) ne se différencie pas du point de vue symptomatologique de la grippe saisonnière.


Un cas est défini par un malade présentant un syndrome respiratoire aigu à début brutal associant:

= des signes respiratoires (toux et/ou maux de gorge et/ou rhinite...);

ET

« des signes généraux (fièvre supérieure à 38°C et/ou myalgies et/ou asthénie.). »

 

Suivez-bien les et/ou et le ET, et vous verrez que le diagnostic de grippe est maintenant posé sur la seule association des deux symptômes suivants: une rhinite et une asthénie.

 

En français, cela signifie que pour gonfler les chiffres et poursuivre dans la politique de la terreur mise en place pour justifier une vaccination de masse à 1 milliard d'euros au bas mot et les vaccinodromes ministériels, il faut à tout prix pouvoir annoncer, alors même que l'épidémie s'essouffle, que la grippe A a ravagé le territoire...


En français, cela signifie que toute personne présentant, en ce début d'hiver, UN NEZ QUI COULE ET UNE FATIGUE, est UN GRIPPE QUI S'IGNORE!!!

 

Et qui, cerise sur le gâteau, DOIT ETRE SYSTEMATIQUEMENT MIS SOUS TAMIFLU...

 

Etrangement, les directives antérieures étaient diamétralement opposées, et la ministre l'avait écrit et souligné aux médecins dans un des inénarrables lettres que l'on commentera à l'envi lors de son procès: ( lettre du 15/07/2009 aux médecins, le soulignage est d’origine)

 

 

bachelot.jpg


« Il vous appartient, bien entendu, de déterminer les modalités de prise en charge médicale des patients présentant des symptômes évocateurs de la grippe. Pour autant, il me parait utile de préciser, s'agissant du virus A/H1N1, qu'elles peuvent actuellement s'apparenter à celles que vous mettez en œuvre pour traiter la grippe saisonnière. Ainsi, sur la base de l'avis des experts. la prescription systématique d'antiviraux n'est pas justifiée. Pendant la phase de contingentement, la prescription systématique d'Oseltamivir aux patients et à leurs contacts avait pour but de ralentir la progression du virus. A l'heure actuelle, comme je vous l'ai dit, il importe de réserver la prescription de ce médicament aux cas qui le nécessitent, afin de ne pas courir le risque de voir émerger des résistances. Je vous demande tout particulièrement de ne pas délivrer ce traitement à des patients qui en feraient la demande à des fins de précaution, sans que le besoin ne soit justifié d'un point de vue thérapeutique. J'ai par ailleurs demandé à la caisse nationale d'assurance maladie de surveiller le flux des prescriptions d'antiviraux. Je serai attentive à ce que le volume des prescriptions corresponde à la réalité de la situation épidémiologique sur le terrain. En revanche, la systématisation du port du masque anti-projections (ou masque « chirurgical ») par les malades est très importante pour limiter le risque de transmission du virus. Je sais pouvoir compter sur votre professionnalisme. »

 

(NDLR : Oseltamivir est le petit nom du TAMIFLU)

 

Depuis le 10 décembre, les syndicats de médecins généralistes, les sociétés savantes de médecine, le FORMINDEP, et bien d’autres, ont réagi à cette directive stupéfiante, aussi bien dans la forme que sur le fond. Je ne reproduis pas ici tous leurs arguments, mais l’absence de respect de l’indépendance scientifique des médecins, l’utilisation d’une procédure d’urgence pour imposer une conduite médicale inexpliquée et inexplicable sur le plan scientifique à ce stade de l’épidémie, et enfin l’absence consternante de toute référence médicale ou de toute publication scientifique cohérente, provoquent dans le milieu médical un émoi énorme, certains réalisant seulement maintenant qu’il n’existe pas de limite à l’amateurisme, à l’autoritarisme et à l’incompétence de ceux qui sont censés gérer cette pandémie.

 

Ah, j’oubliais un détail. Jusqu’au 20 décembre, nous apprend le communiqué de la DGS, les patients iront à la pharmacie se faire délivrer les boîtes de TAMIFLU avec l’ordonnance du médecin. A partir du 21 décembre ( je vous avais dit de vous asseoir, je n’accepterais aucune réclamation), le TAMIFLU délivré en pharmacie ne proviendra plus des laboratoires ROCHE mais directement des stocks mis en place par le gouvernement depuis 2005 en prévision de la grippe aviaire. Ces stocks dont on nous expliquait que la date de péremption était dépassée, mais qu’en fait le médicament restait encore efficace et actif. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter, la santé publique en France est en de bonnes mains.

 

 

arton363-45721.jpg

 

 

Je vous laisse digérer cette information. Bientôt, un petit point sur l’épidémie, la manipulation des chiffres des décès, et une question à l’expert Antoine Flahault, car je suis nul en mathématiques : Si j’annonce au doigt mouillé en Septembre 2009 que la grippe A pourrait faire 100 fois plus de morts que la grippe saisonnière, et si au final cette grippe A fait à peu-près 4 fois moins de morts que l’estimation la plus basse possible de la grippe saisonnière, comment puis-je justifier un taux d’erreur de 400% ?

 

 

Liens :

Faut-il prendre du TAMIFLU en cas de grippe ?

http://www.atoute.org/n/article138.html

Influenza antiviral treatment and prophylaxis

http://hldemo.ebscohost.com/Influenza/dm/influenza_antivi...

TAMIFLU pour tous: la déraison ( communiqué du syndicat UNION GENERALISTE)

http://www.uniongeneraliste.org/communiques/tamiflu-pour-tous-la-deraison.html

 

 

COLLEGE NATIONAL DES GENERALISTES ENSEIGNANTS

http://www.cnge.fr/IMG/pdf/091213_Pandemie_grippale_A_CNG...

LETTRE OUVERTE-PETITION A DIDIER HOUSSIN, DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE ( cette pétition est réservée aux médecins)

http://www.formindep.org/Lettre-ouverte-petition-a-Didier

 

SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE GENERALE

http://www.sfmg.org/actualites/communiques/a_propos_du_me...

 

Message à caractère informatif: Vous êtes sous Internet Explorer? Je vous plains. Il vous manque la moitié de ce texte.

 

08/12/2009

VACCIN ET GRIPPE H1N1 : AUX RACINES DE L’INCOMPETENCE ET DE L’AUTORITARISME

 

 

VACCIN ET GRIPPE H1N1 : AUX RACINES DE L’INCOMPETENCE ET DE L’AUTORITARISME

 

 

 

Jusqu’à la semaine dernière, le Président de la République que le monde entier nous envie n’avait pas en public prononcé l’acronyme H1N1.

 

sarkosy.jpg

Contraint de prendre les rênes par la gestion calamiteuse de sa ministre fuschia des sports et de la santé, il a comme à son habitude fait preuve de ce mélange d’autoritarisme et d’incompétence qui signe la patte sarkozyste :

 

Ouverture des vaccinodromes le dimanche par réquisitions en chaîne de personnels administratif et hospitalier , déclarations martiales dans les média aux ordres, et limogeage à peine déguisé du directeur de la DDASS de Paris, histoire que les homologues de ce dernier fassent bien dans leur froc… ( Rappelez-vous qu’au début 2009, le directeur de la police de la Manche avait été « muté », ce qui, selon des sources proches de la préfecture, pouvait être considéré comme la conséquence du mécontentement du président de la République ayant entendu des manifestants le siffler à Saint-Lô le 12 janvier.)


C’est que l’heure est grave. Nonobstant le martèlement pujadassique comme quoi « LA FIN EST PROCHE », le profil de l’épidémie en France ressemble terriblement à celui que l’on peut observer dans les autres pays, bien loin de la courbe des décès observés lors d’une épidémie de grippe saisonnière ( même si, répétons-le, le fait que le virus frappe des sujets plus jeunes marque douloureusement les consciences et les cœurs).

 

 

tintin_3.jpg

 

Si la pandémie s’essouffle, il faudra au pouvoir justifier le milliard d’euros dépensés, le bordel des vaccinodromes, les décisions incohérentes de court-circuiter les médecins généralistes pour mettre en scène une organisation vaccinale digne des années de plomb…

Il faudra pouvoir afficher au compteur, coûte que coûte, un nombre de vaccinés suffisant pour oser se glorifier du plan pandémique et prétendre avoir arrêté le virus grâce à l’action concertée de Brice, Nicolas, Roselyne, Eric et François…

 

Au rythme actuel, malgré la politique de terreur organisée par le ministère de la Santé, on n’en prend pas le chemin. Attendons-nous donc à de nouvelles décisions hâtives, autoritaires et incompétentes, dans les jours à venir.


En attendant ( H5N1), je vous livre cette petite confession personnelle, ce voyage aux racines de l’incompétence et de l’autoritarisme :

 

 

grippe_aviaire_blog.JPG

 

J’attendais H5N1. Le titre ce blog en témoigne. J’attendais H5N1 depuis plusieurs années. Rien ne se profilait à l’horizon, après les grandes craintes de l’hiver 2005-2006.

 

Si j’attendais cette pandémie virale à transmission respiratoire, c’est en grande partie parce qu’à l’époque, m’étant invité à quelque colloque sur le plan pandémique « sous le haut patronage de Xavier Bertrand », alors ministre de la Santé, j’avais pu, de visu, constater le gouffre qui séparait nos décisionnaires du petit monde des troufions dont je faisais partie, et, plus inquiétant, leur total divorce d’avec la réalité.

 

Le colloque avait pour titre « Ethique et Pandémie Grippale ».

 

Son but : anticiper les ruptures que pourrait entraîner une pandémie grippale dans le tissu de la société, afin de s’y préparer. Si les aspects purement médicaux étaient mis en avant, avec de nombreuses communications sur la disponibilité des lits et du matériel de réanimation nécessaire à faire face à une pandémie dans un pays où la restructuration hospitalière « à flux tendu » avait amené à fermer 10% des lits de réanimation sur les cinq dernières années ( C’est en changeant tous un peu qu’on peut tout changer, souvenez-vous-en…), nombre des communications du colloque, et des échanges avec la salle, eurent trait à la manière dont la société vivrait une pandémie grippale, et la manière dont pourrait être gérée sa prise en charge en médecine de ville, et la diffusion des informations.

 

Rappelez-vous que nous parlions alors de la grippe H5N1, dont la mortalité apparaissait d’emblée très importante ( 50% de décès parmi les sujets infectés, annonçait-on) et non de l’actuelle pandémie H1N1, dont la mortalité pour l’instant sur le globe n’atteint pas celle d’une épidémie de grippe saisonnière, malgré les tentatives désespérées du CDC américain de modifier ses méthodes de comptage pour tripler le nombre de morts, ou les prédictions de certains experts français «  la grippe H1N1 pourrait être cent fois plus meurtrière que la grippe saisonnière… », souvenez-vous en encore, c’était un calcul au doigt mouillé pratiqué par le professeur Antoine Flahault, repris tel quel par nombre de média en septembre 2009, tandis qu’à l’étranger les commentateurs s’étouffaient quand à la méthode utilisée…

 

Nous parlions de H5N1, donc, en ce 15 Septembre 2006, et d’une épidémie tuant un malade sur deux. Aujourd’hui, il n’existe à ma connaissance aucune vidéo sur le net de ce colloque, alors que pourtant le gouvernement avait très tôt médiatisé son plan pandémique, mettant à la disposition du public un site internet où s’accumulaient les petits films préventifs et les interviews de Didier Houssin, Directeur Général de la Santé.

 

S’il est possible de dénicher sur le net un document papier de 35 pages censé constituer une synthèse des principales interventions et des échanges avec la salle,

 

http://pandemie-grippale.gouv.fr/IMG/pdf/Synthese_colloqu...

 

celui-ci n’est qu’un pâle succédané de ce qui s’est dit pendant ces quelques heures, et en particulier pendant certaines interventions enregistrées en vidéo que l’on n’a au final probablement pas voulu porter à la connaissance du public.

 

Parmi ces interventions, celle de Xavier Emmanuelli fut la plus frappante, la plus révélatrice pour moi du divorce entre nos élites et le réel, et celle qui fit quelques remous au sein même des journalistes présents. « La pandémie, c’est la guerre », avait commencé le cofondateur de Médecins Sans Frontières, le Président fondateur du SAMU social de Paris et du SAMU Social International… Accepter l’état de guerre, c’est accepter que les mesures prises soient appliquées de manière autoritaire au détriment, c’est inévitable, des libertés individuelles. » En bref, un plan de lutte contre une pandémie, c’est la dictature contre le chaos…

 

 

9782012357778.jpg


Parmi les journalistes présents, Anne Jeanblanc, du Point, fit le compte-rendu le plus fidèle de l’intervention de Xavier Emmanuelli, dans un article remarquable :

 

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2007-01-17/epidemie-quand-la-grippe-aviaire-frappera/920/0/14352

 

dont je reproduis quelques extraits :


« Pour se protéger d'une grave épidémie, la société doit employer les grands moyens, avec un seul objectif: la sauvegarde du groupe, parfois au détriment de l'individu.

Si une épidémie de grippe aviaire venait à ravager la France, préparez-vous à quelques surprises. En particulier de la part des autorités médicales et sanitaires, auprès desquelles vous auriez pourtant, dans la panique, le réflexe de vous réfugier. Oui, car, en cas de pandémie, «les professionnels de la santé seront amenés à protéger le groupe plus que l'individu», selon la formule inquiétante du docteur Xavier Emmanuelli, anesthésiste-réanimateur et président du Samu social. »

…Un euphémisme qui masque une véritable tragédie morale: il faudra sauver en priorité les vies les plus utiles. Comme celles des professionnels indispensables au fonctionnement de la société.

Autrement dit, si vous êtes un adulte jeune, que vous avez des diplômes, un métier et des enfants, on s'occupera mieux de vous que si vous êtes une personne âgée, un enfant ou un chômeur... On n'aimerait pas être à la place du médecin qui devra, devant une foule se pressant dans le hall de son hôpital, indiquer les personnes qui pourront avoir accès aux lits de réanimation et celles qu'on enverra dans un centre de quarantaine, même si elles ont manifestement besoin de soins hospitaliers intensifs. Comme le dit Xavier Emmanuelli, «le triage n'est pas éthique»... Et pourtant ce sera bel et bien, face à une pandémie, la mission des personnels de santé et des autorités sanitaires. »

 

Si Xavier Emmanuelli parla donc de triage, de l’application d’un principe de médecine de catastrophe à uns situation pandémique, il insista aussi sur la nécessité de contrôler l’information.

S’appuyant sur ses expériences personnelles en médecine humanitaire ((le choléra à Goma, au Zaïre, le tremblement de terre de Leninakan, en Arménie...), il n’hésita pas à déclarer que l’information serait alors, pour le bien des populations, sous contrôle.

Pas question de laisser proliférer les articles critiques, voir les blogs contestatataires.

L’idéal, expliqua t’il, étant d’avoir un locuteur unique s’adressant aux populations pour leur délivrer la communication gouvernementale. « Dans mon expérience, les gens ont plus confiance si on leur impose un interlocuteur militaire… »

 

pinochet.jpg

 

( Cf : la synthèse du colloque le transcrit ainsi : « La seule parade face à la désorganisation sociétale consiste à désigner un responsable légitime, dont l’expérience montre que le militaire est le plus efficace. » )

 

 

 

Il y eut dans la salle un mouvement de recul, perceptible particulièrement sur les bancs de la presse. Sans être interrompu, sans soulever débat à la tribune, Xavier Emmanuelli venait de révéler le rêve mouillé des politiques : face au chaos, pour le bien des populations, instaurer la dictature.

 

 

 

Comme le retranscrit une autre journaliste présente, Nellie Pons, dans le Quotidien du Médecin :

 

« Tout doit être pensé différemment. Accepter l’état de guerre, explique le Dr Emmanuelli, c’est accepter que les mesures prises soient appliquées de manière autoritaire au détriment, c’est inévitable, des libertés individuelles : les décisions de mise en quarantaine, le maintien forcé à domicile n’en sont que les premiers exemples.

Quant à la déontologie médicale telle qu’on l’entend habituellement, secret, libre choix du médecin et colloque singulier, elle disparaît bien sûr. «Les codes de déontologie vont exploser, les médecins ont une obligation de soins, elle se fait sur la base du volontariat ou de la réquisition, les soignants travaillent sous protection. Ils sont dans l’obligation de filtrer, trier les patients, selon une hiérarchie fixée par les autorités... L’accès aux soins implique de ficher la population avec la mise en place de cartes et de tickets

Pour Xavier Emmanuelli, une pandémie nécessite un surcroît d’autorité et de légalité, des pouvoirs d’exception qui doivent être décidés à l’avance afin d’être légitimés. Selon lui, un plan de lutte contre une pandémie, c’est la dictature contre le chaos. »

 

 

41BN1QB2NRL._SL500_AA240_.jpg

 


Ces réflexions, aussi dérangeantes qu’elles puissent être, ne me surprenaient qu’à moitié. Pour une raison qui semblera farfelue : très jeune, j’avais ingurgité des quantités de romans d’anticipation ou de science-fiction, dans lesquels ces scénarios de pandémie ou de catastrophe étaient très répandus ( surtout en Grande-Bretagne). Et de même qu’au lendemain du 11 Septembre 2001 les commentateurs découvrirent qu’Hollywood avait anticipé depuis longtemps les évènements du WTC, les auteurs de SF anglais avaient « modelisé » les comportements humains, ceux des individus et ceux des gouvernements, en cas de catastrophe ou de pandémie. Certes, il s’agissait de romans, mais qu’est-ce qu’un think-tank gouvernemental sinon un brainstorming fictionnel, tentant d’anticiper ce qui se passerait « au cas où ? »…

 

 


Survivors-Still2.jpg

 

Ce qui me semblait vraiment étrange, c’était qu’un orateur puisse en toute bonne conscience expliquer à la congrégation présente, et face à la presse, que museler cette dernière au profit d’une information militarisée était dans les cartons.

 

Au-delà de ces considérations éthiques, je fus personnellement surpris par l’aplomb de Xavier Emmanuelli lorsqu’il décrivit la gestion de l’épidémie « vue d’en haut ». Il faisait constamment référence à des expériences de terrain en médecine de catastrophe, qui m’apparaissaient très difficilement transposables dans le cadre d’une pandémie virale à transmission respiratoire. Au moment des questions de la salle, j’en profitais pour saisir un micro et lui poser la question :

 

-Je suis médecin généraliste, je m’intéresse à ces questions de gestion d’une pandémie depuis des années, et je suis un peu inquiet de la manière dont notre organisation sur le terrain est présentée comme allant de soi… Nombre de confrères hospitaliers, ici à cette tribune ou ailleurs sur Internet, expliquent qu’en cas de pandémie ils ne pourront faire face à l’afflux de patients inquiets vers les centres hospitaliers, aggravant le risque de contamination, et qu’il nous faudra, à nous généralistes, « tenir ». A cette tribune, les intervenants font souvent référence aux médecins généralistes comme si nous constituions en France un réseau de premier recours solide et doté des moyens de fonctionner comme dans d’autres pays. Ce n’est absolument pas le cas. Nous sommes isolés, souvent sans secrétariat. Imaginer nous envoyer, masqués et en combinaison, crapahuter dans les cages d’escalier tout en restant en contact téléphonique avec le SAMU et les services de secours pour gérer les appels et les transferts hospitaliers tient du délire…

 

Je n’ai pas mémoire exacte de ce que Xavier Emmanuelli me répondit, mais cela fut transcrit ainsi dans la synthèse des actes du colloque :

 

« En cas de crise, le volontariat des soignants est implicite, mais n'empêche pas la réquisition, qui se calque sur le traitement des militaires et de leurs familles, l'Etat devant indemniser les manques à gagner et prévoir les formations adéquates.

Le contrôle des médias doit être total pour gérer la crise, devant permettre l'efficacité des mesures d'exception en dissimulant les désordres induits.

En ce qui concerne les modalités de la participation de la médecine de ville, on ne peut raisonner que par analogie avec la médecine de catastrophe, par exemple lors d'un tremblement de terre. Le territoire est découpé en zones. Il pourrait en être de même pour les médecins de ville qui seraient référants et qui pourraient être secondés en particulier par les étudiants en médecine. »

Dans mon souvenir, Xavier Emmanuelli avait fait référence à un tremblement de terre survenu en Turquie ou en Arménie, et avait expliqué que chaque médecin s’était vu affecté à une zone, un quartier. Malgré ma tentative de protestation, il ne fit aucun cas des différences qui m’apparaissaient évidentes entre les deux situations. D’un côté, un médecin amené à administrer les premiers secours aux blessés avec l’aide de secouristes ou de bénévoles, de l’autre un médecin généraliste isolé sans aucune aide administrative ou logistique censé se rendre au domicile de patients contagieux par voie respiratoire nécessitant en milieu hospitalier une combinaison de protection digne des films-catastrophe.

C’est de ce jour qu’est née ma conviction que le plan pandémie grippale était une vaste foutaise, que derrière les rodomontades ministérielles, l’alliance de l’incompétence et de l’autoritarisme, face au virus H5N1, nous amènerait au désastre.

Aujourd’hui, lorsqu’on voit comment est gérée la pandémie H1N1, avec un taux de mortalité sans aucune mesure avec celui qui était attendu pour H5N1, on est en droit de se demander ce qui se passerait si nous étions confrontés à une crise sanitaire d’ampleur.

Sur cette question de l’alliance de l’autoritarisme et de l’incompétence, je signale l’article remarquable de mon ami le docteur Dominique Dupagne sur: les premiers enseignements du "plan vaccination" Bachelot.

http://www.atoute.org/n/article136.html

Il y décortique avec une acuité sociologique que je n’ai pas le mirage désastreux de l’organisation planifiée par les élites sans concertation avec les acteurs de terrain, le foutage de gueule que constitue la « démarche-qualité » ( Roselyne Bachelot se gargarisant à l’envi de la traçabilité maximum des vaccins…), et enfin, la fin de la médecine générale. J’invite chacun à lire cet article dans son intégralité mais pour les feignants, j’en recopie ici ce segment, qui résume parfaitement ma position sur ce dernier sujet :

« Dernier enseignement du plan de vaccination Bachelot : le niveau de considération de la Ministre pour les médecins généralistes se situe désormais entre le parquet et la moquette de l’avenue de Ségur. Les derniers généralistes français (ils ne sont plus remplacés) sont considérés par leur tutelle comme des incapables, indignes de prescrire certains médicaments , de gérer une vaccination de masse, d’obtenir des postes à l’université, et d’être rémunérés comme leurs confrères .

En désaisissant les médecins généralistes d’une mission dont ils s’acquittaient parfaitement depuis des années, Roselyne Bachelot ajoute la touche finale et nécessaire à la désorganisation par l’Organisation : décourager les agents de terrain. Il ne suffit pas de créer des procédures qui bloquent le travail, il faut aussi nier la compétence des agents pour les placer dans un état profond de démotivation. Ils diminuent alors spontanément leur productivité. Certains vont jusqu’à s’approprier la machine à détruire dans une démarche de servitude volontaire. La foi des dirigeants dans leur Organisation et leur Qualité est telle qu’ils finissent par croire qu’elles peuvent suffire à faire le travail.

Ne voyez dans ce paragraphe ni une plainte corporatiste ni une demande de soutien, c’est un constat froid, une sorte d’avis de décès. Il est trop tard pour arrêter ce désastre car les jeunes ont très bien compris le message et refusent ce métier de paria. Il n’y a pas de retour en arrière possible. Cette situation est très spécifique de la France et elle contribue à la disparition prochaine de la sécurité sociale, désormais irréversible elle aussi. Personne ne sait ce qui émergera de ce champ de ruines. »

 

pouyou.png

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu