Avertir le modérateur

08/06/2011

Un coup de classeur sur le coin de la gueule est si vite arrivé.

 

5_classwar-2.jpg

Dans le grand déballage post-DSK en cours, voici qu'une sale vérité affleure dans un article de Libération daté du 7 Juin au soir, qui rend compte d'une aimable sauterie organisée à l'Assemblée Nationale par deux député(e)s UMP, afin de récuser les accusations de sexisme qui ces derniers temps collent au milieu politique.

Ce n'est pas Jean Quatremer ( qui avait "outé" DSK en son temps) qui s'y colle, mais Laure Equy.

Petit raout payé par le contribuable pour amuser la galerie, et convaincre les journalistes que "Circulez, il n'y a rien à voir". Valérie Boyer et Bérengère Poletti rivalisent pour expliquer à quel point elles ne se reconnaissent pas dans l'image de ringardise machiste dénoncée par nombre de leurs consoeurs. Il est sûr qu'il devient plus délicat de stigmatiser les hordes islamistes gynophobes qui campent aux portes de nos banlieues quand les femmes hésitent à se mettre en jupe à l'Assemblée. Et voici qu'en plein milieu de ce petit exercice de storytelling au pays des Bisounours, le réel s'invite, en la personne de deux délégués syndicaux des assistants parlementaires.

http://www.liberation.fr/politiques/01012342054-sexisme-u...


Et la phrase qui tue, au détour de cette interpellation:

«Et les abus de pouvoir sur les collaborateurs?», interpellent deux représentants syndicaux d’assistants parlementaires. «Les collaborateurs, c’est un autre problème», balaie Valérie Boyer, levant les yeux au ciel.

Voilà que soudain, dans le jeu bien organisé des politiques, survient la vraie question qui fâche, non pas tant celle du sexisme, que celle de l'abus de pouvoir des puissants sur les faibles, la lutte des classes, en somme. Parce que ce déballage-là aurait une toute autre allure, une toute autre ampleur que la chasse aux victimes dont nous abreuvent les média.

Et parce que dans le climat actuel, si j'étais un ou une candidat(e) à la candidature, que ce soit à la primaire ou à la présidentielle, je me poserais la question de savoir comment, tout au long de mon parcours politique, j'ai traité les petit(e)s, les sans-grade, les assistant(e)s et autres collaborateurs ( trices) parlementaires qui ont dû subir mes sautes d'humeur.

Que voulez-vous, à mon niveau de responsabilité, lorsque l'intendance ne suit pas... un coup de classeur sur le coin de la gueule est si vite arrivé.


Enfin moi, je dis ça... je dis rien...


PS:

660690.jpg

En Février 2010, les allégations sur les violences qu'aurait fait subir le Premier Ministre Gordon Brown à ses collaborateurs firent la une de la presse britannique, et participèrent à son échec électoral. Sur cette affiche travailliste, on peut lire: "Il dit qu'il croit aux droits des travailleurs... Dommage qu'il ne les respecte pas..."

 

23/05/2011

Abjects, forcément abjects

Depuis dimanche dernier, depuis ce moment sidérant où en ouvrant AOL, de retour de Londres, j'ai vu s'afficher sur mon écran la tête du directeur du FMI, et l'en-tête expliquant qu'il était accusé d'agression sexuelle, j'essaie de ne pas en parler.

dsk-sarko.jpg

Pas parce que je n'en ai rien à dire, pas parce que ça m'indiffère, bien au contraire, mais parce que depuis huit jours nous avons assisté à un déferlement honteux, un festival de déclarations pompeuses, ridicules, souvent profondément abjectes. Les suspects habituels, bien entendu, mais aussi de tous nouveaux, tous beaux spécimens.

Le pompon, à mon humble avis, revient à Luis de Miranda, romancier, philosophe, éditeur, et auteur dès Lundi 16 Mai dans les colonnes de Libération d'un billet bobo-branché particulièrement saignant:

"Cette chute, il l’a voulue, il l’a désirée. L’esprit en lui s’est allié à l’animal pour effondrer d’un geste vif la machine qui s’édifiait autour de lui, telle une prison prévisible et dangereuse. Cela a commencé par la Porsche. Premier acte manqué. Mais la voiture de sport ne fut qu’un coup d’essai timide. Si la femme de ménage a été agressée, l’ouvrière violentée, alors nous touchons au sublime, au sens kantien d’« au-delà médusant de la représentation »."

Ca ne vous rappelle rien? Allez, faites un effort.... Depuis le 17 Juillet 1985, et le fameux article de Marguerite Duras, venue faire son romanquête ( bien avant BHL) sur les rives de la Vologne, et qui s'était exclamée, à la seule vue des lieux, que Christine Villemin, accusée d'infanticide, était forcément coupable, coupable, forcément, et "sublime, forcément sublime". Car subissant la loi de l'homme, Christine Villemin s'en serait, c'était l'intime conviction de Duras, échappée par l'infanticide, apogée supposée du féminisme.

 

2125350213.jpg

Christine Villemin ( que Duras, très BHLienne, n'avait même pas rencontrée) , découvrant ce délire de vieille tapée dans Libération ( merci Serge July), eut ce mot dans lequel on mesure sans difficulté l'incapacité des femmes de ménage et des ouvrières à s'élever dans la stratosphère de ce qu'Emmanuel Todd nomme à juste titre la "classe dérivante" ( et non la classe dirigeante): "Mais elle est folle, celle-là..."

DSK, nous y reviendrons. A chaque jour suffit sa peine.

Chaque jour le PS nous désespère un peu plus, ceux qui croyaient au ciel, et ceux qui n'y croyaient pas ( dont je fais partie). Il est temps d'en finir. A plus...

28/01/2011

MEDIATOR: Faillite de l'expertise, et faux chevaliers blancs

L'affaire du MEDIATOR est dans tous les journaux.

Encore aujourd'hui je vois deux pleines pages sur La Revue Prescrire dans Libération.

Et chaque jour voit son lot de rebondissements. Hier c'était l'assureur AXA qui informe le laboratoire SERVIER que... "ah dommage c'est con les gars mais vous n'êtes pas assurés pour les risques liés aux anorexigènes... ". SERVIER qui a cru faire le malin en affirmant pendant des années que le MEDIATOR n'était pas un anorexigène ( c'est à dire un coupe-faim), mais un médicament contre le diabète, est pris à son propre piège. Et ça risque de lui coûter très très cher. Aujourd'hui, c'est apparemment le député Gérard Bapt, en charge de la mission d'enquête parlementaire sur le MEDIATOR, qui révèle que le professeur ACAR, qui vient de sortir une contre-expertise sur les chiffres de décès attribués au médicament, est... fondateur de l'association francophone de cardiologie dont les congrès sont financés par... SERVIER. Amusant, le matin même, j'avais reçu un mail de la revue Preuves et Pratiques ( qui en monte, des congrès sponsorisés...) pour m'informer:

AFFAIRE MEDIATOR : Un cardiologue de renom s'exprime

Après les journalistes, les politiques, les ministères et les agences de santé, le Professeur Jean ACAR, connu pour son intégrité et considéré comme un des « papes » de la valvulopathie mitrale, s'est exprimé.

www.cardiologie-francophone.com

Dans le contexte actuel il nous paraît important de relayer l'expression de spécialistes reconnus. Nous ferons suivre ces analyses sans esprit partisan avec le souci de transmettre des informations de qualité et indépendantes.

Bonne lecture.

La Rédaction.

Et pour être sûr que je comprenne bien, ils me le remettent en anglais

MEDIATOR AFFAIR : A renowned cardiologist's view

After words from the press, politicians, ministers and medical agencies, Professor Jean ACAR, who is known for his integrity and considered as one of the «Popes» of mitral valvulopathy, expressed himself.

www.cardiologie-francophone.com

In the present context we think it is important to relay the words of renowned spécialiste. We will make a neutral follow-up of these analysis with the concern of conveying quality and independent pieces of information.

Good reading

The Editorial team

Amusant, non? Personne n'a dit au rédacteur de ce mailing qu'on ne dit pas "MEDIATOR AFFAIR", à moins qu'en plus SERVIER ait couché avec son médicament, et que dans un pays anglo-saxon, être un "Pope" de la valvulopathie, ça ne veut pas dire grand-chose.

 

Ca ne veut pas dire grand-chose en Français non plus, de parler de "Pape", et "spécialiste reconnu", parce que ce que ces braves gens ne comprennent pas, ou comprennent trop bien, c'est que ce qui est en jeu, c'est LA FAILLITE DE L'EXPERTISE.

 

Par défaut d'indépendance, les experts ont failli. C'est pourtant simple à comprendre, non? Personne, à mon sens, ne l'a dit mieux et plus clairement que mon ami Philippe FOUCRAS, fondateur du FORMINDEP ( www.formindep.org ) :

« Regardons la réalité en face : ce sont les meilleurs, ces experts issus du système hospitalo-universitaire, qui ont autorisé le Mediator et n'ont pas vu qu'il y avait un problème, et ce sont les petits généralistes et les pharmaciens de rien du tout de Prescrire qui ont dénoncé ça. Peut-être faut-il revoir la définition de "meilleurs" car le vrai critère du meilleur ce n'est pas seulement les diplômes et les titres, mais l'indépendance. »

Depuis le temps que les lanceurs d'alerte indépendants le crient dans l'indifférence quasi-générale, et grâce entre autre aux affaires qui précédèrent celle-ci ( STALTOR, du labo Bayer, VIOXX, du labo MSD, H1N1, du labo Grosselime Bachelot and associates), les journalistes, et les Français, commencent à comprendre que le "grand professeur en blouse blanche nimbé de sa superbe" qui cause-dans-le-poste ne vaut pas mieux, et probablement beaucoup moins, que le généraliste à 23 euros qui lit Prescrire. Enfin! Il aura juste fallu quelques décennies, pendant lesquelles les rédacteurs de PRATIQUES ( la courageuse revue du SMG, dont je parlais il y a quelques jours), les rédacteurs de Prescrire, se sont vus vilipendés et traités d'ayatollahs, de pisse-froids, d'aigris, par ceux-là même dans la profession qui servaient la soupe au LEEM et acceptaient d'être financés par ces firmes pharmaceutiques...

L'affaire du MEDIATOR est dans tous les journaux, donc, et, franchement, ça me met un peu les glandes. Comme me mettent les glandes les centaines d'articles élogieux "découvrant" Stéphane Hessel, quand AUCUN grand média, à part l'Humanité, ne reprit lorsqu'il le fallait, c'est-à-dire avant la catastrophe nationale que constitua l'élection de Nicolas Sarkozy, l'Appel des Résistants aux jeunes générations, qui en 2004 rappelait l'héritage du Conseil National de la Résistance que Sarkozy et ses amis allait mettre à bas.

Tout ce qui est dans "INDIGNEZ-VOUS" était dans cet Appel, mais les média regardaient ailleurs.

Tout ce qui sort aujourd'hui sur le MEDIATOR, sur les firmes, était dans la Revue PRESCRIRE, dans PRATIQUES, dans "PATIENTS SI VOUS SAVIEZ", dans "LES FOSSOYEURS", depuis des années.

Mais, comme m'avait répondu un journaliste de Libération alors que j'essayais d'attirer en 2007 l'attention sur le programme santé de Nicolas Sarkozy et ses "franchises", "C'est vachement sympa, ton livre, mais c'est pas le sujet de l'élection. Le sujet, c'est l'identité nationale et le drapeau." Presse calamiteuse, presse de suivistes... L'identité nationale et le drapeau, les deux hochets qu'agitait Sarkozy et que, bonne fille du Poitou, Ségolène Royal s'était magistralement appropriée, combattant sur le terrain de l'adversaire en délaissant les questions sociales...

C'est en suivant ce fil de pensées, pensées ambivalentes parce que, même s'il est bien tard, je suis content que ces choses sortent enfin... que j'ai commencé à penser à ma Boîte Noire. A ce qu'il y a dedans. A ces gens qui pavanent aujourd'hui dans les média, s'inventent des armures de chevaliers blancs, "découvrant" l'ampleur du désastre sanitaire... qu'ils ont fortement contribué à mettre en place. Je pense à Xavier Bertrand, tiens, qui publie ses liens d'intérêt et ceux de Nora Berra pour les journalistes... Je vous en livre juste la conclusion:

Xavier Bertrand indique qu'il se consacre exclusivement à ses mandats politiques et électifs et qu'il a cessé son activité professionnelle dans le secteur de l'assurance en 2004 date à laquelle il est entré au gouvernement pour la première fois.

Pour sa part, Nora Berra rappelle que pour assumer pleinement son engagement politique, elle a cessé l'ensemble de ses activités professionnelles dès début 2009, en amont des élections européennes de juin 2009 auxquelles elle était candidate. Ses activités de praticien attaché au service d'immunologie clinique (spécialité VIH) de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon qu'elle occupait depuis 1991 et de Médecin des affaires médicales de trois laboratoires pharmaceutiques (Boehringer Ingelheim de 1999 à 2001 - Bristol Myers Squibb de 2001 à 2006 - Sanofi Pasteur MSD Europe de 2006 à 2009) ont donc pris fin à cette date.

Xavier Bertrand et Nora Berra tiennent à remercier leurs collaborateurs qui se sont prêtés à l'exercice de déclaration d'intérêts alors que celui-ci n'est à ce jour ni prévu, ni encadré. Cette démarche dictée par la recherche de la plus grande transparence, dans un contexte où le Ministère chargé de la Santé a notamment la responsabilité de porter une réforme exemplaire de notre système du médicament, ne préjuge en rien les recommandations que la Commission de réflexion pour la prévention des conflits d'intérêt dans la vie publique, présidée par le vice-président du Conseil d'Etat, pourra être amenée à formuler.

Rappelons que Nora Berra s'était illustrée en Novembre dernier en mettant en doute l'imputabilité des décès attribués au MEDIATOR, puis, mise en cause, avait répliqué que c'était un atout pour elle d'avoir travaillé pour des laboratoires car elle connaissait donc d'autant mieux « les problématiques auxquels ils sont confrontés. » Ajoutant dans le Parisien, ce qui est la réplique HABITUELLE du service de communication du LEEM lorsqu'on pointe tel ou tel expert financé par les firmes: « Je ne pense pas qu'un brevet d'incompétence sur les sujets dont on a la charge soit la meilleure garantie pour répondre aux attentes des Français. » ENORME. Allez, moi je vous le dis, avec ces deux-là, on n'a pas fini de s'amuser. La suite? C'est ici. Pour bientôt.

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu