Avertir le modérateur

29/03/2012

Ramper...

photo-Ridicule-1995-2.jpg

 

 

2007. Ségolène Royal, allumée poitevine, visite la Chine. Sur la muraille, après avoir vanté la célérité de la justice chinoise ( qui n'arrive cependant pas à la cheville de la Cheka, convenons-en), la zélatrice de l'identité nationale et du drapeau aura ce mot magnifique:

"Comme le disent les Chinois... qui vient sur la Grande Muraille conquiert la bravitude."

Fidèle d'entre les fidèles ( un peu comme Copé avec Sarkozy, voyez), l'innénarrable Jack Lang osa:

"Je suis un peu envieux, j'aurais un peu aimé inventer ce beau mot"


Puis, assura, fort de sa grande expérience vidéoludique, que le mot était "fréquemment employé dans certains jeux vidéos"

Dont les célèbres "Bravitude Raider", "Silent Bravitude Hill" et "Call of Bravitude".

Il y a quelques jours, voulant faire le malin, le "pocket-president" à nous qu'on a ( c'est pas moi, monsieur, c'est The Guardian qui le dit) a lui aussi fait preuve d'inventivité sémantique:

"Je veux apporter des réponses. Oh, des réponses qu'on ne comprendra pas dans un certain nombre de cercles dirigeants. Des réponses qu'on va regarder avec cette... méprisance, cette attitude hautaine"

Méprisance, le mot est lâché, avec un petit geste de la main très petit-marquis.

Et comme Royal eût Lang, de Blois, Sarkozy a Boutin:

" La méprisance, c'est un très beau mot qui dit bien ce qu'il veut dire"

Ramper, ce sont les premiers kilomètres qui sont les plus difficiles

affiche-Ridicule-1995-1.jpg

20/12/2011

Christine Boutin: "Pour 350 signatures, je me couche"

On savait déjà, depuis Octobre dernier, que Christine Boutin, qu'on eût imaginé plus prude, adorait se promener nue.

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2011/10...

On sait maintenant qu'elle couche.

Ou se couche, c'est selon.

L'anecdote est minable, mais si on ne parlait pas des anecdotes minables, qui se souviendrait même que nous avons une classe politique...

Christine Boutin, donc, se plaint d'avoir du mal à recueillir les 500 signatures de maires nécessaires à sa candidature à la Présidence de la République.


L'ancienne ministre du Président Sarkozy, l'homme qui responsabilise les cancéreux, explique à qui veut l'entendre qu'elle est de droite ( scoop!), mais qu'elle porte ( c'est tendance) un projet humaniste, où ce que l'homme est au centre.

Elle explique aussi que l'Elysée, et l'homme qu'elle a servi avec assiduité et sans moufter pendant qu'on raflait des enfants et leurs parents à la sortie des écoles, cet homme donc, au sourire si doux que les hyènes en chient de terreur, fait tout pour l'empêcher de récolter ses 500 signatures, afin d'être seul en lice à droite, ce qu'elle considère à juste titre, si c'est vrai, comme un déni de démocratie, suprêmement étonnant chez cet homme qui nous avait habitué à mieux.


Et elle explique, la Christine, benoîtement, que si d'ici fin Février elle n'a pas ses 500 signatures, elle lancera une bombe atomique sur la campagne de Nicolas Sarkozy. "Ce n'est pas une menace", explique t'elle aux journalistes, "c'est un fait". Pressée d'en dire plus, elle se tait, récuse même le terme de "menace", chacun sachant bien qu'une bombe atomique n'est pas une menace...

Et elle explique aussi que tout se passera bien pour tout le monde si elle a ses 500 signatures.

Conclusion: Christine Boutin, ministre humaniste que ni la responsabilisation des cancéreux, ni les rafles, ne gênent, est en possession de documents ou d'informations susceptibles de perturber gravement la campagne de Nicolas Sarkozy. Des informations, on peut l'imaginer, que les Français devraient connaître avant de se rendre aux urnes.

Mais Christine est correcte comme fille: si elle récolte d'ici fin février les 350 signatures de maires qui lui manquent à ce jour ( entendez, si Sarkozy et sa clique desserrent l'étau), elle gardera le silence.

Les Français ne sauront rien. Elle sera candidate et se tiendra bien, s'effaçant au second tour comme une bonne fille qu'elle est.

Le prix du silence de Christine Boutin, ministre humaniste porteuse d'un projet qu'à côté le Dalaï Lama est vert de honte,  est donc connu: 350 signatures.

Allez, Christine, je t'offre ton slogan de campagne: "Pour 350 signatures, je me couche".

boutin.jpg

Le livre-confession d'une femme qui ne veut pas se taire, sauf si vous le demandez gentiment...

09/10/2011

Christine Boutin se farcit le Béarnais ( NSFW)

Dans la série "Non mais vraiment on n'en a rien à péter", mesdames et messieurs, Christine Boutin... ( applaudissements polis mais circonspects).

Christine Boutin se présente aux Présidentielles de 2012.

Si, si.

Ne sachant pas trop comment faire parler d'elle, Christine Boutin se confie à Paris-Match, d'Arnaud Lagardère ( comme les missiles). Et pour casser son image de femme rigide, elle se dévoile toute entière ( si si, je vous avais prévenu, c'est pas pour les enfants, Not Safe For Work) :

" A la maison, dans l'eau, ma philosophie, c'est zéro vêtement. J'aime être nue, libre de mes mouvements."

Christine Boutin aime être nue. Passés les premiers mouvements de panique dans la salle, l'information, si tant est que c'en soit une, a fait le tour des rédacs, des blogs, puis la Christine est allée retrouver son point d'étiage à 1,19% des suffrages.

Remarquez, je ne devrais pas me moquer, mais remercier la dame. Toute voix de droite chopée au convulsif de l'Elysée, c'est une chance pour la France de le voir éliminé dès le premier tour.

Mais ça n'a pas suffi à Christine B. Il lui fallait marquer plus encore les esprits, et, si possible, éviter cette-fois d'envoyer un pourcentage non négligeable d'esprits faibles à l'asile d'Arkham pour ne pas rogner encore plus sa base électorale. Donc après de longues hésitations, d'interminables meetings avec son staff de communiquants, plutôt que de sortir sa sextape, Dame Christine a décidé de se farcir le Béarnais.

Non, non, ne paniquez-pas, je sais que ça peut prêter à confusion, mais rassurez-vous, ça n'a rien de sexuel.

Simplement, pour "exister" au centre du néant, Christine a décidé de tailler des croupières aux autres candidats potentiels qui pourraient lorgner sur les voix du centre. Elle est donc partie dans une diatribe hallucinante contre François Bayrou, accusé de pratiquer, je cite, la politique de la terre brûlée. Et d'avoir détruit, avec ses petits bras, l'école et la démocratie chrétienne. 

François Bayrou, le bien connu bolchevik au couteau entre les dents. François Bayrou, dont la Légende narrée de yourte en yourte faisait tourner le lait des yacks les plus endurcis et collait d'incoercibles diarrhées sanguinolentes au jeune Gengis Khan. François Bayrou, la mort incarnée. Votre pire câûchemââââr.

Mais faut arrêter, Christine. Faut arrêter. Parce que question politique de la terre brûlée, question destruction de l'école, de la république, de la société française, à la différence de Borloo, qui se sentait d'y aller mais qui ne s'y sent plus, de Hervé Morin, traître, et de toi, naïade affriolante et ô si politiquement incorrecte... on peut reprocher beaucoup de choses à Bayrou François, probablement, mais lui n'est pas allé à la soupe, n'a pas grenouillé dans un gouvernement Fillon pendant qu'on chassait les Roms et qu'on coursait les parents et les enfants pour les renvoyer en charter et faire du chiffre. François Bayrou ne s'est pas, que je sache, assis en conseil des Ministres avec des Besson et des Hortefeux. 

Alors faut arrêter, Christine. Tu serais moins ridicule en te promenant toute nue.

Mais préviens, quand même. 

2042.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu