Avertir le modérateur

24/04/2013

Je paie, tu paies, avec joie, le salaire de ce factieux incompétent

356997-henri-guaino-prone-l-intervention-de-l-etat-a-l-elysee.jpg

 



Guaino, pas capable de choisir le bon bouton, angoissé à l'idée de se gourrer de trou: une bonne analyse, Pépère, et ça ira mieux

11/04/2013

Margaret Thatcher: icône libérale... nullité économique

 

En 1990, Margaret Thatcher fut évincée du leadership du Parti Conservateur britannique. La Dame de Fer, dont le poster orne les toilettes pour hommes de tout Parti Libéral qui se respecte, mit sa considérable intelligence et son pragmatisme réputé au service du privé.

 

thatcher hell.jpg

L’industrie du tabac vivait des heures difficiles. Les campagnes de santé publique commençaient à faire effet dans les pays Occidentaux, et Big Tobacco, qui tue chaque année deux pour cent de sa clientèle, voyait d’un œil inquiet les jeunes commencer à se détourner de la cigarette. Qu’à cela ne tienne. Maggie était là, et fut engagée par Philip Morris comme VRP de luxe dans les pays de l’Est et du Tiers-Monde, là où la jeunesse, mal informée, pouvait encore rêver du cow-boy Marlboro sans savoir qu’au moment même, après avoir témoigné en faveur d’une législation anti-tabac, celui-ci mourait d’un cancer du poumon à 52 ans.

maclaren.jpg

 

Pour la somme coquette de 1 million de dollars par an, l’ancienne première ministre britannique mit sa notoriété et son carnet d’adresses au service de cette noble cause humanitaire.

 

Les temps étaient durs, cependant, et 1 million de dollars par an, pour celle qui avait imposé l’austérité et la schlague aux plus faibles pendant des années, c’était un peu juste.

 

Aussi la City accueillit-elle avec enthousiasme quelques années plus tard la grande nouvelle. En 1998, celle qui avait libéralisé les services financiers, remplaçant la vieille économie industrielle basée sur la fabrication de produits manufacturés par la manipulation d’argent virtuel, fut engagée au Conseil d’Administration de Tiger Management, le deuxième fonds d’investissement mondial. Créé dix-huit ans auparavant avec un investissement initial de 18 millions de dollars par Julian Robertson, « le Magicien de Wall Street », Tiger Management valait au moment de l’arrivée de Margaret Thatcher 18 milliards de dollars. Pour un million de dollars ( de plus) par an, Maggie assisterait à cinq conseils d’administration annuels, et partagerait quelques conversations téléphoniques avec Robertson sur la situation des marchés mondiaux « utilisant sa perspicacité politique et son expérience pour l’aider dans ses décisions d’investissement ».

Les dividendes de cette judicieuse embauche ne se firent pas attendre longtemps.

 

Cinq mois plus tard Tiger Management perdait 2 milliards de dollars en une seule journée après avoir spéculé sur une chute du yen japonais. D’investissement foireux en investissement foireux, les pertes pour le seul mois d’Octobre 1998 se montaient à 3,4 milliards de dollars.

Qu’importe. Au gala annuel de Tiger Management, Robertson et Thatcher menèrent le bal et furent très applaudis. The Times  rapportait le lendemain que Tiger Management n’était aucunement en danger.

 

Un an plus tard,  en Octobre 1999, le fonds d’investissement avait perdu près de deux tiers de sa valeur, et culminait à 6 milliards de dollars. Les investisseurs paniquèrent. Le 1er Avril 2000, Tiger Management fit faillite. L’histoire ne dit pas si Maggie empocha un bonus pour sa participation à ce naufrage financier.

 

Cette anecdote est racontée dans un excellent livre de Francis Wheen :

 

How mumbo-jumbo conquered the world

 

Malheureusement indisponible en français, ce livre, dès 2004, dénonçait les mensonges de l’idéologie néolibérale et le désastre auquel elle avait mené l’économie anglo-saxonne. « Mumbo-jumbo » est un terme intraduisible, qui signifie à peu près « charabia ». « Comment le charabia néolibéral a conquis le Monde » décrypte et explose les fantasmes libéraux de Hayek, Thatcher, Reagan et consorts.

 

Diffusez cette anecdote, mais n’imaginez pas une seconde être crus par les dévots de la secte libérale. Comme les staliniens avant eux, leur foi dans le dogme ne pourra être remise en cause qu’après l’effondrement de leur village Potemkine. Et encore… Pour en rester à Maggie, j’ai beau chercher, mais je ne me souviens pas avoir rencontré un seul de ses zélateurs qui aie possédé à  la fois un minimum d’humanité et un cerveau en état de marche. Même constatation avec Nicolas Sarkozy ( qui en 2007 rêvait d’importer les sub-primes en France), dont j’attends avec impatience qu’il monte un fonds d’investissement avec Alain Minc. A mon avis, on a jusqu’à présent raté une belle occasion de rigoler…

 

 

minc.jpg

article_nicolassarkozy.jpg

 

 

04/04/2013

Pierre Moscovici, stand-up comic

 

 

moscovici-cahuzac.jpg

"La réponse de la Suisse me permet de dire que je n’ai pas de doute et que ce doute que je n’avais pas n’est pas ébranlé"

Pierre Moscovici, stand-up comic  (février 2013)

 

revudepresse-10fev.jpg

29/03/2013

Marie-Chantal à la Santé

 

bourgeoisefatale.jpg

 

Monsieur le Président

 

Je  vous écris de mon cabinet médical, entre deux patients. Je vous écris et pourtant je n’attends plus rien de vous. Je vous écris parce que, comme l’écrivait Orwell « En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ». Et la vérité c’est que vous n’avez tenu aucune de vos promesses, dans le domaine de la santé comme ailleurs. Ce n’est pas une accusation, c’est juste un constat.

Vous aviez promis de revenir sur les franchises sur les soins, que vous dénonciez  comme une « sanction et culpabilisation du malade ».

Vous aviez promis de revenir sur une gestion purement comptable de la santé, qui écartait par exemple du remboursement à 100% l’hypertension artérielle sévère, une mesure que vous jugiez « aussi choquante socialement que dangereuse pour la santé publique ».

Vous aviez un boulevard devant vous. Après cinq années où ont été laminés l’accès aux soins des patients, la confiance des professionnels envers l’Assurance-Maladie gérée comme une entreprise privée par un ancien dirigeant d’AXA, après cinq années de franchises sur les soins prétendument destinées à lutter contre l’Alzheimer ( on peut reconnaître bien des défauts à votre prédécesseur mais certainement pas de manquer de souffle), après cinq années de gestion à la petite semaine de la santé publique, de scandale pharmaceutique en campagne vaccinale en Crocs roses, vous aviez un boulevard devant vous pour reconstruire le pacte entre les professionnels et la Nation afin de sauvegarder un système solidaire ( au risque de mécontenter la finance, pour qui les dépenses sociales sont par nature une hérésie).

Au lieu de quoi vous avez nommé Marie-Chantal à la Santé, elle qui utilisait ce marche-pied pour sa carrière politique sans aucune compréhension du système complexe dont elle prenait gouvernance. Se coulant dans les habitudes de ses prédécesseurs, elle commença par conforter le management assurantiel de la vieille Sécu avant de distribuer aux complémentaires quelques hochets en attente de la privatisation. Elle instrumentalisa les habituels syndicats signataires, toujours les mêmes, pour torcher un « accord historique » sur les dépassements d’honoraires qui s’acharnait essentiellement sur les médecins de ville sans toucher aux dépassements parfois faramineux des pontes hospitaliers, dont la fronde et celle de leurs internes aurait pu lui porter préjudice. Pire encore, elle désigna en bouc-émissaires l’ensemble des médecins, y compris ceux qui comme moi ne pratiquent aucun dépassement d’honoraires, comme des feignants ingrats et nantis, les vouant à l’opprobre publique comme aucun ministre de tutelle ne l’avait fait avant elle.

Le système s’effondre, les médecins dévissent leur plaque, plus personne ne s’installe en ville parce que les conditions économiques ne le permettent plus. Les patients se retrouvent soudain démunis, nombre d’entre eux viennent « embouteiller » les urgences hospitalières rentabilisées économiquement par cette affluence au détriment de la qualité de la prise en charge des réelles urgences et de la vie des personnels soignants. Mais qu’importe, tant que la Ministre peut jongler avec les concepts, saupoudrer ici ou là une maison de santé pluridisciplinaire en vantant un changement de paradigme là où il n’y a le plus souvent qu’un renoncement. Demain ces centres ne survivant que grâce aux subventions seront « sauvés » par des organismes complémentaires, cachés derrière le vocable « mutualiste ».

Votre adversaire serait la finance ? Alors pourquoi lui sacrifiez-vous tant de choses, avec semble-t-il la seule obsession de tenir vos déficits en amputant les dépenses sociales ?

 


Je n’attends rien de vous, Président. Mais je voulais juste que vous le sachiez : je vous vois. Mes confrères vous voient. Et là où il est, l’ami Bruno-Pascal Chevalier, qui militait à mes côtés contre les franchises, Bruno-Pascal à qui vous aviez promis de les abolir, Bruno-Pascal à qui Ayrault a menti, à qui Marie-Chantal a menti, Bruno-Pascal vous voit, lui aussi. Et comme moi, il se demande probablement comment c’aurait été, de ne pas reconduire Sarkozy.

bpc.jpg

 

PS: la version politiquement correcte de ce texte est parue ici avec LA vidéo

 

Christian Lehmann, médecin et écrivain, est l'auteur de "Patients, si vous saviez"

27/02/2013

Stéphane Hessel ( in memoriam)

Tout le monde respecte Stéphane Hessel.

 

Toute le monde l’aime, tout le monde le kiffe, tout le monde l’invite.

 

Depuis le succès de son petit opus « Indignez-vous », il est la coqueluche des médias.

 

 

 

Les mêmes médias qui avaient totalement zappé il y a quelques années, lorsque cela eût pu se révéler intéressant, lorsque cela aurait été indispensable, l’Appel du Conseil National de la Résistance auquel il avait participé avec Lucie et Raymond Aubrac,  Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.

 

 

 

Appel du Conseil National de la Résistance ( 2004)

 

 

 

Je cite chacun de ces noms avec le respect dû aux Anciens de la Résistance, mais aussi avec colère, une colère froide qui ne m’a pas quitté depuis 2004. Car ce que dénonçaient ces hommes et ces femmes, soixante ans après les réalisations du Conseil National de la Résistance, c’est le risque grandissant de la mise à bas de ces acquis par le libéralisme financier, comme Nicolas Sarkozy devait ensuite l’incarner, pour le plus grand plaisir de Denis Kessler et de tous les autres fossoyeurs des acquis de 1944.


25463479 jpeg_preview_medium.jpg

 

 ( photo de Raymond Aubrac tirée de la vidéo de Thomas Lacoste)

Et à l’époque, hormis le journal l’Humanité, aucun grand media, aucun journal, aucune télévision, ne relaya cet appel. En le revoyant sur le net, on comprend mieux pourquoi. Ce que rappellent ces vieillards ( le terme n’est pas péjoratif), c’est qu’il fut un temps où on rêva un monde meilleur, un monde entre autre où la presse ne serait pas au service et à la botte des marchands d’armes…

 

 

 

Toujours est-il qu’une fois la catastrophe enclenchée, une fois Sarkozy élu pour accélérer la destruction entamée par ses prédécesseurs, Stéphane Hessel réussit le tour de force de passer outre le désintérêt médiatique ( Les résistants, coco ? C’est de l’histoire ancienne, ça n’intéresse plus personne. Dis-moi, pour le papier d’ouverture, c’est quoi déjà le nom du type de Secret Story 3 qui s’est suicidé ?) en s’adressant directement aux Français par le biais d’ « Indignez-vous ».

 

Mais c’est moins le succès du livre, ou les prises de position de son auteur, parfois en faveur de Dominique Strauss-Kahn, parfois en faveur de Nicolas Hulot, qui lui valurent l’inimitié d’une partie des médiacrates, que son soutien à la cause palestinienne.

 

Là, tous les coups furent permis. Sur nombre de sites arabophobes, on n’eut de cesse de vilipender, de dénoncer, selon des procédés si éculés qu’on est affligés pour leurs auteurs, ce renégat, cet ennemi, ce mauvais Juif, ce Juif honteux, atteint de la haine de soi, etc, etc, etc, ad nauseam…

 

Je ne me prononcerai pas ici sur le sujet des droits des Palestiniens, du droit à l’existence d’Israël, du sionisme, mais sur un procédé, un procédé particulièrement abject, d’avilissement.

 

D’abord, le texte, qui tourne sur les sites qui ont pour credo de confondre défense des Palestiniens et antisémitisme, et que reproduit Marianne sur son site. J’ai presque honte de déposer ce lien ici, mais il faut le lire pour le croire, donc…

 

Stephane-Hessel, résistant... Certes, mais...

 

Sous la prose de Taguieff, qui s’était il y a un an déjà illustré sur Facebook en insultant de manière particulièrement nauséabonde Stéphane Hessel et en le comparant à un serpent... (Traiterait-on un Pierre-André Taguieff de cloporte?)

 

Quand Pierre-André Taguieff insulte Stéphane Hessel

On découvre que l’ancien résistant ne l’était pas tout à fait assez. Pas assez assidu sur le terrain, pas assez longtemps.

 

Trois mois et neuf jours en mission sur le sol français, note avec précision Taguieff, dont on ne sait si les sphincters auraient tenu aussi longtemps dans un pays sous la botte nazie…

 

Sur certain site, « l’icône des ennemis d’Israël » ( ne faisons pas dans la demi-mesure, surtout ! « Qui n’est pas avec moi est contre moi », Matthieu, chapitre 12, verset 30. ) est dénoncée comme… un résistant de bureau

 

Stéphane Hessel, un résistant de bureau

 

Terme qui fleure bon… le révisionnisme, puisque le tristement célèbre Maurice Papon fut accusé de « crime de bureau » ( et avec lui on pourrait aligner dans le box pas mal de grandes pointures, comme René Bousquet…). Utiliser ce terme ainsi pour qualifier le passé de résistant de Hessel dans le seul but de le discréditer au vu de ses positions politiques actuelles est ignoble.

 

Mais revenons à Taguieff, car nous tenons là un magnifique exemple, non pas de crime de bureau, mais de fiente de clavier. Comme le souligne l’ami Sébastien Fontenelle sur son blog...

 

Faut pas exagérer, après tout. Stéphane Hessel n'a été qu'un tout petit peu arrêté par la Gestapo, et un tout petit peu torturé...

 

Taguieff omet juste de préciser que Stéphane Hessel fut arrêté par la Gestapo, torturé, et déporté vers Buchenwald puis Dora.

 

Sur sa notice Wikipedia, entre autres horreurs, on peut lire ceci :

 

« À la suite d'une tentative d'évasion manquée, il est transféré en janvier 1945 à Dora pour être versé aux commandos dont les membres, le plus souvent sans être nourris, travaillent à la construction d'infrastructures ou de pièces pour les V2. Sa connaissance de l'allemand lui permet d'obtenir d'être choisi pour une tâche particulière, en échange d'une tranche de saucisson comme ration journalière. La tâche en question s'avérera être le transport des masses de cadavres dans les fosses communes, rendant le choix du saucisson plus désespérant que la faim »

 

32072.jpg

Alors, Taguieff, Pierre-André... ( tu permets que je t'appelle Pierre-André?) Selon toi, Hessel, Stéphane, résistant de bureau, résistant à deux balles…

 

Pas torturé assez longtemps dans la baignoire?

 

Pas déporté assez loin?

 

Mais, pauvre type, sais-tu même ce qu’est la honte ?

 

 ( texte publié sur ce blog le 03/10/2011)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu