Avertir le modérateur

21/09/2011

L'Alzheimer, ça eût payé...

KNOCK_1950.jpg

 

A l'approche de la journée de l'Alzheimer, et alors que notre petit président à nous qu'on a a fait des pieds et des mains ( surtout des mains) pendant des années pour tenter de convaincre qu'il s'intéressait à cette maladie, au point de pondre un indigent Plan Alzheimer financé ( cherchez l'erreur) par les franchises... que paient les malades Alzheimer..., le petit monde des grrrrands spécialistes de la maladie s'affole, et monte au créneau.

C'est qu'après le retoquage ( grâce au Formindep, collectif de soignants et de citoyens indépendants) pour conflits d'experts à gogo par la Haute Autorité de Santé ( énième agence dont l'intitulé même prêterait à sourire dans la Roumanie de Ceaucescu)  de sa lamentable recommandation sur la prise en charge de la maladie ( qui stipulait en gros que les médicaments servaient surtout à faire exister la "filière" de prise en charge de la maladie...), et dans un environnement financier contraint, la poursuite du remboursement de médicaments largement prescrits et promus par ces mêmes grrrrands spécialistes de la spécialité est aujourd'hui en danger. A cause de la revue Prescrire, et de "certains médecins médiatiques", à cause de la dissémination sur Internet de thèses médicales mettant en évidence la supercherie orchestrée jusque-là en toute impunité par les pontes de la spécialité, le rapport bénéfice-risque de ces médicaments inutiles et pourvoyeurs de graves effets indésirables n'est plus assuré. Et c'est Billancourt qu'on désespère, toute la filière Alzheimer qui crie au meurtre.

Les grrrands spécialistes expliquent à des journalistes bouche bée qu'il n'y a pas de débat sur l'efficacité de ces médicaments chez les grrrrrands spécialistes ( mais c'est bien ce qu'on vous reproche, crétins!). Certains expliquent benoîtement qu'on pourrait ( si certains de ces foutus généralistes ne freinaient pas des quatre fers) améliorer nettement le dépistage précoce, et ainsi créer une cohorte de pauvres gens à qui on annoncerait dix ans plus tôt qu'ils sont prédestinés à développer une maladie contre laquelle il n'y a pas de traitement à l'heure actuelle...( Je ne sais pas pourquoi, mais cela me fait penser au professeur Charcot, qui vivait dans "son" monde à la Salpétrière à la fin du 19ème siècle entouré de ce qu'il appelait avec gourmandise "mon musée pathologique vivant"...)

Et les zélateurs des traitements, sans même se relire, écrivent des articles qui feront date, comme celui-ci, tiré du Monde, insistant sur le "rôle structurant" de médicaments inefficaces sur l'évolution de la maladie et dotés d'effets secondaires:

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/19/bientot-plus-de-malades-d-alzheimer-en-france_1574305_3232.html

On vérifiera avec plaisir dans les réactions à l'article que les confrères ou les simples citoyens sont moins crédules ou moins aveuglés que l'espérerait "la filière":

http://www.lemonde.fr/idees/reactions/2011/09/19/bientot-plus-de-malades-d-alzheimer-en-france_1574305_3232.html

Ce dont les malades d'Alzheimer ont besoin, ce ne sont pas des médicaments aux graves effets indésirables vasculaires, mais d'être entourés d'aidants, d'accompagnants, d'humains. L'avoir "oublié" pour faire fonctionner la filière médicale et pharmaceutique est une honte.

 

17/09/2011

Lawrence Joffryn, t'es vraiment une brêle

C'est mesquin, je sais.

Se moquer du Nouvel Obs, c'est mesquin.

Le Nouvel Obs, son Claude Perdriel, son Jean Daniel à étole "témoin du siècle", hier son Jacques Julliard "révolutionnaire germano-pratin", et aujourd'hui son Laurent Joffrin, de retour après avoir presque réussi à flinguer Libé.

Donc, vacances, quelques jours, j'achète le Nouvel Obs. Pas par faiblesse passagère, mais parce que je kiffe trop sa race le DVD "Philip Roth sans complexe" qui est offert avec ce news-magazine pour bobos, emballé d'ailleurs avec Challenges, le journal qui s'honore de la prose humaniste du gros Denis Kessler, l'homme qui soulève sa couette la nuit en rêvant enterrer le pacte de 45.

Le Nouvel Obs, donc, et cette couv.

 

P1050160.JPG

"Philippe Roth.

Le roi."

Je regarde cette couv, la belle gueule de mon écrivain préféré, et je me dis: "Mais que cette couverture est con...". 

Le roi. Le roi? Le roi de quoi? Roth, le roi??? 

Je me dis: "Ce n'est pas possible, le type qui a pondu cette couv ne connaît rien à Roth, à son oeuvre, à la littérature. Il n'y a pas de rois en littérature, ni de reines ni de vassaux, la littérature ce n'est pas ça, ça n'a rien à voir. Le type qui a pondu cette couv a fait ça en cinq minutes en pondant l'accroche la plus con du siècle débutant pour pouvoir passer à autre chose, sa collection de photos porno archivées sur le disque dur de la rédaction. "

Il me faut un certain temps pour me rendre compte que c'est probablement le cas.

Philippe Roth. Le roi.

Philippe Roth.

Philippe.

Lawrence Joffryn, t'es vraiment une brêle.

 

 

 

15/09/2011

Pute pour le Cac 40...

Quelques jours de vacances. J'achète Le Monde, face à la plage. Une faiblesse passagère.

"Marchés affolés, politique impuissante" éditorialise l'éditorialiste.

Un petit mot sur les économistes, " de tout poil, hier conseilleurs sentencieux, désormais dépassés par les évènements et réduits à déplorer "l'irrationalité des marchés".

C'est l'éditorialiste qui italise, parce qu'on sent poindre son agacement. Devant ces économistes si volages, hier bien appliqués à lécher la raie des marchés, aujourd'hui faisant la moue de peur d'être éviscérés en place publique par les petits épargnants qu'ils ont grugé avec tant de morgue pendant des années. 

Et il continue, l'éditorialiste: "Au-delà des manoeuvres intéressées et des spéculations irresponsables, ceux-ci ( les marchés, faut suivre, sinon ça sert à rien...), pourtant, ne font que rappeler aux autorités politiques les deux défauts congénitaux de l'euro..." et bla et bla et bla....

Je lis ça, je m'arrête sur "irresponsables". Parfois il suffit d'un mot. D'un coup, tu réalises que pour l'éditorialiste du Monde, il existe des spéculations responsables. Tu tiques. 

Et tu réalises que ce que tu es en train de lire, c'est, somme toute, une laude appuyée au bon sens ( ah, le fameux bon sens des Eric Le Boucher et Jean-Marc Sylvestre...) des marchés, qui ne font que rappeler aux politiques, etc...

Voilà. C'est ça. Quand t'es "les marchés", c'est un peu comme pour Le Pen et De Villiers dans les années 90-2000, tu fais rien qu'à te heurter au politiquement correct alors que tu fais rien que rappeler, etc...

Le Monde. Quotidien Vespéral des Marchés, comme on dit du côté d'Acrimed.

Le Monde, qui page après page, pathétique crobard de Plantu après pathétique crobard de Plantu, t'explique que va falloir être sérieux maintenant et accepter l'austérité que t'impose la finance parce que "There Is No Alternative". 

Le Monde. Avant la poubelle, tu feuillettes distraitement, et tu tombes sur le cahier  Mode Hommes, le genre de truc qui provoque une discrète érection barbichue à Laurent Joffrin. Et en couv, sous l'intertitre "Un eldorado à conquérir", on t'explique que "le marché de la mode masculine résisterait mieux à la crise". T'es trop ravi d'être mis au parfum, surtout quand, sous la photo du sous-Chabal en couv, tu tombes sur le prix de la montre portée par le gars en mocassins Burberry et kilt en laine noir KENZO ( prix sur demande). La montre? Une babiole à 21735 euros.

Et là tu te dis: enfin, les gars, vous ne pourriez pas au moins faire semblant de faire du journalisme, et pas la pute pour le Cac 40?

08/09/2011

Manuel Valls, faut-il vous l'envelopper?

Parfois tu te dis: "Est-ce bien raisonnable?"

Tu réalises que si la vie n'est pas un long fleuve tranquille, elle s'écoule quand même, et que tu ne vas pas remonter le courant.

Que chaque jour, tu te rapproches de la fin.

Et là tu te dis: "Ecrire un post sur Manuel Valls, est-ce bien raisonnable?"

Est-il raisonnable de perdre quelques minutes précieuses d'une vie destinée à finir, pour parler du petit homme pressé dont chaque prise de position sécuritaire, chaque dérapage soigneusement calculé sur le pourcentage de "blancos" dans la riante cité qui l'a élu maire, chaque antienne libérale, montre à quel point il est sarko-compatible?

Est-il raisonnable de perdre quelques minutes précieuses sur le moins "socialiste" des candidats "socialistes", qui va se ramasser une gamelle que même Ségolène "Je suis la reine des fées" Royal va pouvoir en rigoler.

Normalement, non. Mais voilà, tu lis la presse d'un derrière distrait et tu te rends compte que personne ne fait son boulot.

"The Economist vote Valls" . Atlantico.com

"Manuel Valls, chouchou de The Economist". Europe 1

"The Economist vote Manuel Valls" Le Figaro

"The Economist choisit Manuel Valls à la primaire socialiste"  L'Express

"Le très influent Economist vote Manuel Valls"  Le Post

Je ne te fais pas la liste, tu ajoutes Challenges, Le Parisien, Le Point, Slate, etc, etc, ad nauseam.

Chacun t'explique en trois lignes que THE ECONOMIST, magazine anglais libéral, bande assez fortement pour ce quadra propre sur lui, fort différent des "dinosaures" de l'ère Mitterrand, le seul à porter un vrai discours de vérité vraie libérale véritable envers les Français en leur enjoignant de bien serrer leur ceinture parce que, voilà, il y a urgence, qu'il va falloir faire un effort budgétaire au moins aussi important qu'à la Libération ( où dans un pays exsangue on a créé la Sécurité Sociale, les retraites, etc...) pour sortir de nos vieilles chimères ( la Sécurité Sociale, la retraite à 60 ans, etc...)

THE ECONOMIST choisit Manuel Valls... donc.

C'est une info, ça, ou un private joke?

Parce que pour illustrer leurs articles, au lieu de nous choisir une énième photo du constipé sécuritaire, ils auraient mieux fait de piocher dans les archives de "THE ECONOMIST":

Celles de 2007, avant la précédente présidentielle...

thatcher-france.jpg

 

sarko.jpg

 

Alors, franchement, les gars, si vous faites un minimum semblant d'être de gauche, Manuel Valls, faut-il vous l'envelopper?

 

 

14/07/2011

Touche pas à ma prostate...

Avant de partir en vacances, je voudrais revenir sur la calamiteuse campagne que tenta de lancer Michel Cymes il y a quelques mois en faveur du toucher rectal et du dépistage du cancer de la prostate, en s'étant entouré d'une brochette de médecins médiatiques dans lesquels on trouvait des psys, des coachs, des addictologues, tout ce qu'on veut... mais surtout pas de généralistes ;-)

Cette action a été dénoncée avec raison par Dominique Dupagne, d'atoute.org, par le FORMINDEP, par les jeunes médecins bloggeurs, par le Collège national de médecine générale, j'en passe et des meilleurs... pour son inutilité et sa nullité scientifique. Michel Cymes a utilisé sa notoriété et ses copains médiatiques pour riposter "àlatélé", flanqué d'Hélène Carrère D'Encausse, vitupérant les "ayatollahs de la santé publique".

Ceux que cela amuse iront s'inscrire sur facebook, afin de permettre à notre pseudo-docteur-house national de continuer à se doigter en public:

http://www.facebook.com/pages/Pour-que-Michel-Cymes-puisse-continuer-à-se-doigter-en-public/118941851512361

Le credo de ce groupe Facebook pour sauvegarder la libre expression ascientifique des spécialistes de plateau est admirable:

"Il n'est pas acceptable que des ayatollahs de santé publique, simples généralistes pour la plupart, critiquent Michel Cymes, nouveau Galilée de la médecine purepeople, et sa magnifique campagne pour dégager du temps de trou-de-balle disponible. La médecine doit être rendue aux addictologues et autres médecins de plateaux télé!"


Ceux que cette polémique intriguerait pourront aller en lire plus sur le site de Dominique Dupagne, qui décortique très bien comment un puissant travail de lobbying permet de passer outre l'état actuel de la science pour inculquer à une majorité d'hommes dans ce pays que, hors dépistage, point de salut...


http://www.atoute.org/n/article155.html


Et ceux qui ont dix minutes à perdre, et soif d'une démonstration brillante, écouteront cette communication limpide et jubilatoire de Catherine Hill, épidémiologiste:

Cliquez en-dessous, puis cliquez sur "Conférenciers", puis sur "Catherine Hill"  ( Merci au Docteur Jean-Claude Grange, dont le blog est en lien sur ce site, pour cette info)

http://artp.calliscope.com/2009/index.html


Voilà, c'est l'été. Je vous laisse. J'ai un livre à écrire. Profitez, prenez du bon temps, et méfiez-vous des addictologues du trou de balle.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu