Avertir le modérateur

21/11/2011

Plan média

Parfois, sur le net, en surfant, tu tombes sur des parcours parfaits, qui en disent long sur" le monde merveilleux des médias" dans lequel on vit...

Comme ceci, pioché sur Atlantico en exergue d'un article crapoteux sur DSK:

"Barbara Lambert a travaillé dans l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui grand reporter au magazine "Point de vue"."

Grand reporter à "Point de vue" et chroniqueuse à Atlantico, voilà un plan de carrière qui fait rêver. Et pourtant non, tout n'est pas rose à Santa Barbara.

 

network-main-basse-sur-la-television-1976-3649-1922589690.jpg


"En parler, ne pas en parler… Jeudi dernier, écoeuré, on vous prévenait d’emblée qu’on ne parlerait pas des “ petits textos ” de DSK sur lesquels s’épanchait “ Le Point ”... commence l'article avant de poursuivre: "Reste le côté “ montreur de bête de foire ”, voyeur, exhibitionniste et amateur de sensationnel qui nous gêne, et pas seulement aux entournures. Vous voulez du DSK ? OK. Ce petit point précisé, et parce que notre boulot, c’est de vous dire ce que “ la presse en dit ”, on “ y va ”. Avec ce que “ L’Obs ”, “ L’Express ” et “ VSD ” ont en magasin cette semaine, sûr que vous n’allez pas être “ déçus ”. Sob."( sic, comme on dit...)

Genre: C'est à mon corps défendant, vraiment, vraiment, moi qui ai a-do-ré le dernier Bret Easton Ellis et qui dort avec The Great Gatsby sous mon oreiller, que je livre ainsi à un public complaisant de telles obscénités très en dessous de mon niveau.

En même temps, "Points de vue", "Atlantico".... faut peut-être pas trop la ramener...

 

network-movie-poster.jpg


16/11/2011

Supplique aux néolibéraux, "messieurs qu'on nomme grands, lâchez-nous la grappe avec vos lendemains qui chantent "

 

Madame, Monsieur,

Vous vous définissez vous-même comme étant de sensibilité « libérale » sur le plan économique et c’est bien évidemment votre droit le plus strict. Vous ne verrez donc pas d’inconvénients à être sollicité afin de répondre à une simple question.

Nous, blogueurs et citoyens de sensibilité de gauche, sommes depuis une bonne trentaine d’années face à votre discours nous assurant que le libéralisme économique – ou néolibéralisme si vous préférez – va être rien moins qu’une promesse de bonheur et de liberté pour tout un chacun, humbles comme aisés, et qu’un passage, certes douloureux mais que vous nous assurez « nécessaire », par une période de temps plus ou moins difficile où serait mise en place une sévère mais juste « rigueur » économique, finira, à terme, par porter des fruits dont tout le monde sans exceptions profitera…

Disons le net : nous sommes sceptiques.

Non pas que nous mettions en doute votre bonne foi quant à ces affirmations : votre sur-présence médiatique depuis tant d’années nous a convaincu de votre sincérité. Mais tout de même, tout le monde finit par se demander, à force :

Ce fameux « bonheur néolibéral » qu’on nous promet depuis 30 ans, ça vient quand ?

Parce que dans un pays comprenant 8 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté et des salariés pressurés comme des citrons en permanence, et où malheureusement il semble bien qu’une fraction fort malhonnête de personnes trouvent à s’enrichir en se contentant de siéger dans des conseils d’administration, il est quelque peu délicat de percevoir les bienfaits de ces fameux « marchés » que vous défendez pourtant mordicus en dépit du bon sens.

Comme toujours, vous répondrez à cela qu’il faut « poursuivre les réformes » parce qu’on a « pas assez libéralisé » ; mais soyons sérieux : il vous faut clairement admettre que vous vous êtes plantés. Qu’en 30 ans vous n’avez pas été foutus de faire quelque chose de bien. Et que le néolibéralisme n’a conduit qu’une fraction infime de gens très riches à encore plus s’enrichir au détriment de tous les autres.

Notre question sera donc : pourquoi ne pas admettre que votre idéologie est nuisible pour la majorité, que vous vous êtes plantés, et que dans l’intérêt général vis-à-vis duquel vos idées sont objectivement nuisibles, il serait mieux que vous laissiez tomber et passiez à autre chose ?

Dans l’attente de votre réponse, veuillez Madame Monsieur agréer l’expression de nos salutations distinguées.

28/10/2011

SOIREE TELE

Vous regardiez la télévision hier soir?

 

Moi aussi.

 

J'ai commencé à visionner la cinquième saison de DEXTER.

 

Tant qu'à passer la soirée télé avec un psychopathe, autant qu'il soit plaisant à regarder, et doté d'un QI à trois chiffres, dont le premier ne soit pas un zéro.

 

 

dexter.jpg


20/10/2011

Après s'être trompé de parti, Eric Besson se trompe de bouton

Dans la série "Mystères du net et des réseaux sociaux", cette palpitante information.

eric besson.jpg


Après s'être trompé de parti, Eric "Forza Nicolas" Besson se trompe de bouton, et envoie sur Twitter à ses followers ce message à haute teneur érotique: « Quand je rentre, je me couche. Trop épuisé. Avec toi ? »


Les standards de la cellule psychologique de l'UMP sautent dans la minute, 13500 followers du Ministre de l'Elegance et de l'Humanisme décompensant en même temps leur pathologie psychiatrique pré-existante.

6254588487_76c44d1bd0.jpg

6255119318_96d3bca8bc.jpg

6255118642_f07fe2e13c.jpg

6231373108_7dc807096f.jpg

6230853747_f041b66ce2.jpg

6208606287_32bdee9719.jpg

6141529754_d4ea543552.jpg

6141528798_a1b7e02290.jpg

 

6254588671_de4c76a77c.jpg

Je sais qu'à l'heure de Hostel, Funny Games et Human Centipede, les jeunes aiment jouer avec leur santé mentale.

Mais suivre Eric Besson sur Twitter, même pour un sympathisant UMP, c'est pas pousser un peu loin les expériences limites?

 

 

 

 

 

17/10/2011

Jean-François Copé, responsabilisateur de macchabées depuis 2007

Sarkozy et Copé responsabilisent les patients. Même morts. C'est l'humanisme à la mode UMP, sans doute.

 

François Hollande serait "le champion de l'ambiguïté" et du "manque de courage".

Dixit Jean-François Copé, le sémillant chef de clique UMP qui martelait ses petits poings rageurs sur le veston des présentateurs télé en gémissant après cinq ans d'omniprésence médiatique sarkozyste qu'il n'y en ait plus que pour les socialistes, avec cette primaire.

Primaire remportée par François Hollande, l'un des seuls candidats à ne pas considérer que du fait même de mon métier, médecin généraliste ( je rappelle pour ceux qui suivent avec difficulté), je serais obligatoirement un ennemi de classe à rééduquer d'urgence dans le riant paradis des amours enfantines de Martine et Ségo, où l'hôpital ( 55% des dépenses, 1% des patients) doit être remis au coeur du système.

Mais bon, laissons là la liesse post-primaire, courbons l'échine, attendons mai 2012 et l'occasion de virer la droite. D'autant que nous allons maintenant voir squatter les plateaux télé par des perdreaux de l'année, des Roland Dumas, des Jack Lang... ( Apparté: Il paraît que le troisième volet de la Momie est nettement moins bon que les précédents, est-ce lié à la défection de Rachel Weisz?)

Une solution: ne jamais regarder la télé.

 

Je reviens à Jean-François Copé, champion international toutes catégories du parler vrai, puisque comme il le disait lui-même dans un ... livre ( enfin un objet rectangulaire en carton avec des pages dedans, c'est tout comme) "J'arrête la langue de bois".

Rappelons au sémillant Copé qu'il y a quatre ans à peine, le 26 Octobre 2007, il cornaquait le troupeau UMP, avec difficulté, ramenant le bétail dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale pour leur faire voter les franchises sur les soins du président convulsif à lui qu'il a. Si les députés traînaient des pieds, énonça t'il alors sans ambiguïté... c'était "pour un tas de raisons pratiques". En clair, même les députés UMP renaclaient à voter la lubie du prince, tant elle apparaissait à l'évidence comme inutile et injuste. Il y aurait, avais-je écrit à l'époque, un prix politique à payer pour cette dégueulasserie. Le temps est long en politique. Enfin, ces quatre ans m'ont paru très long. Mais aujourd'hui, les députés UMP sont aux portes de l'abattoir, et ce n'est pas trop tôt. Pas trop tôt pour 30% des Français qui renoncent à des soins.

Tiens, mon petit Jean-François, spéciale dédicace pour toi. Pour toi et ton Président, qui réussissent à responsabiliser les patients, même au-delà de la mort. C'est l'humanisme à la mode UMP, sans doute. Chapeau bas!

franchisesmortelles.jpg


Pour ceux et celles d'entre vous qui sous le quinquennat Sarkozy auraient dû renoncer à la lunetterie, il s'agit d'une lettre transmise aux héritiers d'un patient décédé pour récupérer les franchises sur les soins. Avec les sincères condoléances de la CNAM.

"Patients décédés, mais patients responsabilisés, c'est en changeant tous un peu qu'on peut tout changer!"

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu