La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

17/12/2013

Hommage à Bruno-Pascal Chevalier: "Honte à eux, qui ne savent même pas ce qu'est la honte"

556410_124054827768190_1697510583_n.jpg

 

Bruno-Pascal Chevalier était un travailleur social et activiste, militant de la lutte contre le sida, Président de l'association Le Patchwork des Noms, Président de l'association Ensemble pour une santé solidaire, né le 10 avril 1963 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et mort le 17 décembre 2012 à Morsang-sur-Orge (Essonne). Militant acharné contre les franchises sur les soins, il aura été trahi par tous ceux qui ont utilisé son combat par pur calcul politicien et, une fois arrivés au pouvoir, ont maintenu les franchises en l'état. Je lui ai rendu hommage l'an dernier lors d'une cérémonie à sa mémoire,le 21 Décembre 2012, en mairie de Juvisy.

 

Video en ligne:

2.jpg

 http://youtu.be/Wz2-n0DD5ic

 

Je me souviens de ce coup de téléphone, au cabinet médical, en janvier 2008. C’était un journaliste de l’Humanité, qui m’appelait pour recueillir ma réaction. « Vous êtes au courant ? Un patient atteint du SIDA a entamé une grève des soins pour attirer l’attention sur les conséquences des franchises… »

Je me souviens que cette nouvelle m’a glacé, mais ne m’a pas surpris.

Parce qu’en 2006, quand j’avais vu Nicolas Sarkozy gesticuler à la Convention Santé de l’UMP à l’Assemblée Nationale et annoncer « Nous parlons d’Assurance-Maladie. Y a-t-il une Assurance sans franchise ?... » en escamotant le mot « Solidaire », j’avais saisi immédiatement que cette lubie néolibérale, cette volonté de « responsabiliser » les personnes handicapées, les cancéreux, les sidéens, les accidentés du travail, aurait des conséquences, à terme, dans la vraie vie des gens, dans la chair des malades.

 J’avais dénoncé « Les Fossoyeurs » de la santé dans un livre paru peu avant l’élection présidentielle, que les média avaient quasiment tous passé sous silence. Puis j’avais lancé l’Appel contre les franchises, repris par de nombreuses organisations. Mais aujourd’hui, un homme se mettait en danger, en danger de mort, et dans l’univers de téléréalité infect dans lequel on nous condamne à vivre, cela soudain promettait de l’audience, et les caméras se tournaient vers lui, vers moi. Certains lui demandaient même un certificat médical attestant qu’il avait bien cessé son traitement…

J’ai répondu ce que j’ai dit ensuite à Bruno au téléphone quelques heures plus tard, que je ne pouvais, en tant que médecin, cautionner sa démarche, mais que je la comprenais parfaitement. Car d’emblée, en parlant avec lui, j’ai pu mesurer à quelle point sa décision était pesée, réfléchie, non pas une foucade hystérique mais la lente maturation d’un homme qui, comme il devait le dire à « Arrêt sur Images », avait compris que pour des Français anesthésiés par la communication du pouvoir en place, il fallait « conceptualiser la lutte ». Très rapidement, d’autres patients voulurent imiter son combat, et nous avons tout fait, l’un et l’autre, pour les en dissuader. « Le but », disait Bruno, « est de réveiller l’opinion publique, pas de créer des martyrs ».

Et il réveilla l’opinion publique. Pendant plusieurs mois, la question des franchises sur les soins, cette taxe injuste et inefficace sur les plus fragiles, les malades, fut au centre des discussions médiatiques et politiques.

 Bruno-Pascal avait été reçu par Roselyne Bachelot. Avec cette voix rauque, cassée, inimitable, entrecoupée de hoquets de rire, il m’avait expliqué qu’en fin d’entretien, la Bachelot lui avait tendrement enlacé des épaules pour lui demander : « Bruno, je vous le demande comme une mère… je vous en prie, arrêtez cette folie ». « Non, mais prends-moi pour un con », avait-il explosé de rire à ce souvenir, ayant bien saisi que ce que jouait alors la Bachelot, c’était sa carrière politique.

 Nous avons enchaîné les manifestations. Combien de fois nous sommes-nous retrouvés à défiler dans les rues, à protester devant le Ministère de la Santé, avec les quelques mêmes 150 ou 200 courageux, handicapés, malades, militants d’Act-Up, médecins solidaires ou parents de malades ? Toujours les mêmes, toujours si peu, et aujourd’hui, parmi eux, combien de visages disparus.

Je me souviens du jour où nous avons été reçus en petit comité par un aréopage de clampins ministériels, le type d’abrutis improductifs qui pondent par wagons des textes inappliquables qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes. Qui avaient fait semblant de nous écouter en nous brossant dans le sens du poil, parlant de la difficulté d’équilibrer les finances alors que la droite avait refilé la direction de l’Assurance-Maladie à un ancien directeur d’AXA ! Qui avaient tenté de nous embobiner avec le dossier médical partagé ou l’éducation thérapeutique, sans jamais aborder la question cruciale.

 La « responsabilisation des patients » était un choix politique, un choix délibéré de Nicolas Sarkozy et de l’UMP, l’une des étapes d’une stratégie qui consistait à désengager progressivement la Sécu Solidaire de 1945 et à confier la gestion de la santé aux assureurs, pour tenir comme en Grèce et en Espagne aujourd’hui une orthodoxie financière souhaitée par les banquiers et les spéculateurs, sur le dos du peuple, des patients et des médecins. Nous savions, nous, ce qu’avait révélé pour la Cour des Comptes Philippe Seguin, qui n’était tout de même pas le sous-commandant Marcos, à savoir que les franchises récupèreraient 850 millions d’euros par an dans la poche des plus malades, quand la simple taxation des stock-options à l’égal des salaires ramènerait 3,5 milliards par an.

Nous avons enchaîné les manifestations, et le pouvoir a tenu bon, car nous étions si peu nombreux. Des centaines de milliers de signataires sur Internet, des centaines de milliers de sympathisants, mais au final, combien de militants, combien d’hommes et de femmes près à braver le froid, à battre le pavé ?

Sans relai politique fort, sans soutien politique appuyé, notre combat était voué à l’échec. Je m’en suis rendu compte, Bruno aussi, mais longtemps cela ne nous a pas empêché de nous battre, parce que la cause était juste, et que, au moins un temps, il n’est pas nécessaire d’espérer pour résister. Un temps. Puis devant le prix personnel à payer, je me suis retiré progressivement de ce combat, tout en restant en contact avec Bruno, que j’ai eu au téléphone une dizaine de jours avant son décès.

Nous avons parlé de sa maladie, de son essoufflement, de l’aggravation de sa santé. Je lui ai donné les conseils que je pouvais lui donner. Il m’a parlé de sa famille, de ceux qu’il aimait, de son compagnon, de son fils de cœur,  des amis qu’il avait perdus. Nous avons parlé de la Bachelot, qui après avoir soutenu les franchises sur les soins en soutenant qu’elles étaient « un signe de solidarité », après avoir dépensé des centaines de millions en vaccins inutiles et inefficaces en vaccinodrome pendant la grippe H1N1, au prétexte que généralistes et infirmiers étaient incapables de respecter la chaîne du froid, finissait sa pathétique carrière sur D8 à déclamer en talons aiguille des passages sado-maso écrits à la truelle de « 50 nuances de Grey ». Après la chaîne du froid, Roselyne avait choisi les chaînes au fion. Je ne sais pas si Bruno l’a croisée à la manifestation pour le mariage pour tous, la veille de sa mort. Je ne sais pas s’il a pu la voir tomber dans les bras de Pierre Bergé, qui se déclara ravi de « nous voir nous rassembler en-dehors des clivages politiques pour une cause juste. »

 

Parlons-en, des clivages politiques, justement, puisque le changement nous était promis maintenant, il y a huit mois.

 

Jean-Marc Ayrault :

« De telles franchises, qu’il convient plus exactement d’appeler taxe sur les malades, remettent en cause l’égal accès aux soins de tous nos concitoyens et la qualité du système de santé. Je vous rejoins largement sur le constat que cette mesure injuste, dangereuse pour la santé et économiquement inefficace devrait être rejetée. »

 

Marisol Touraine :

« Il n’y a jamais eu au parti socialiste d’ambiguité quand au rejet du principe même des franchises et nous avons dit très clairement que nous étions opposés a tout mécanisme de franchises pour des raisons sociales et de justice »

 

Pendant sa grève des soins, François Hollande était venu voir Bruno, et lui avait promis d’abolir les franchises sur les soins. Franchises sur les soins dont il répétait pendant sa campagne à une de mes interpellations : « J’ai toujours exprimé ma ferme opposition à cette idée de soi-disant responsabilisation, qui est en réalité une sanction et une culpabilisation du malade. Ce concept a par ailleurs démontré sa totale inefficacité pour rétablir les comptes de l’assurance-maladie. »

 

Belles paroles, paroles fortes.

 

Précieux soutien.

 

Je me souviens de ces parlementaires socialistes, vent debout contre les franchises sur les soins hier, quand il s’agissait de lutter contre Nicolas Sarkozy en se servant des informations que nous leur communiquions, en se basant sur nos combats, nos interventions, nos manifestations.

De ces voitures de fonction qui s’arrêtaient devant le Ministère le temps d’une interview suivie d’une tournée de poignée de mains, pendant que les militants se gelaient les fesses autour de la machine à café. Vous avez tous connu cela. Mais vous avez espéré.

 

Aujourd’hui Nicolas Sarkozy n’est plus au pouvoir, mais son successeur, hier opposé aux franchises, et les parlementaires socialistes, hier opposés aux franchises, s’en accommodent parfaitement, une fois arrivés aux manettes. La taxe sur les malades leur permet de participer à l’équilibre fictif des comptes pour satisfaire le système financier international et les agences de notation. Honte à eux, qui ne savent même pas ce qu’est la honte ! Ils laissent en place les mêmes assureurs, les mêmes techniques de management de l’Assurance-Maladie, désignant aux malades leurs médecins comme des rapaces sans conscience. Plus grave encore, ils s’activent en coulisse pour accélérer le passage de la médecine de ville aux assureurs complémentaires, en se drapant derrière la façade des « mutuelles » solidaires.

 

« Le but », avait dit Bruno avant de se lancer dans ce nouveau combat, « est de réveiller l’opinion publique, pas de créer des martyrs ». Nous avons réveillé l’opinion publique, un temps, mais sans relai politique honnête, nous avons été vaincus, et nous avons eu des martyrs. Il n’est pas nécessaire d’espérer pour résister, parfois on résiste simplement parce que la cause est juste. Et comme nous l’enseigne l’histoire, il peut arriver à des militants sincères, non pas tant d’être vaincus par l’ennemi, mais d’être trahi par leurs propres chefs, par des gens qui ne savent même pas ce qu’est la honte. Comme disait en Espagne en 1937 un vieux combattant des Brigades Internationales à un jeune arrivant après la défaite de la Jarama : « No pasaran ! No pasaran ! Tu parles, ils nous bien pasaranné la gueule… »

 

 

Je me souviens de ta voix cassée, inimitable, Bruno. Je me souviens de ton courage, de ta dignité, de ta gentillesse, de ta noblesse. Je me souviens que ce combat était juste.

Salut l’ami.

Salut frangin.

Salud camarad !

 

sortie ministere.jpg

 

Un des derniers posts de Bruno...

undesdernierspostsdebruno.jpg

 

only_god_forgives_ver2_xlg.jpg

22/11/2013

A quoi reconnaît-on une crevure?

 

Bonnie-Clyde.jpg

Octobre 1994. Deux marginaux minables braquent les gardiens de la pré-fourrière de Paris. Armés de fusils à pompe Mossberg auxquels ils ont scié crosse et canon, qu’ils ont customisé pour permettre d’augmenter la capacité du chargeur, Audrey Maupin et Florence Rey cherchent à agrémenter leur arsenal en volant les armes de poing des gardiens, en vue de futurs braquages. Leur plan foire: impossible d'attacher les gardiens gazés aux lacrymogènes avec des menottes que ces derniers ne possèdent pas: Maupin et Rey prennent en otage une première, puis une seconde voiture, en plein Paris. Leur cavale, qui dure vingt-cinq minutes, finit très mal : cinq morts, de nombreux blessés.

Andy Warhol l'avait prévu. Au XXe siècle, chacun aurait droit à son quart d'heure de gloire médiatique. Trop marginaux pour désirer les plateaux de jeu de TF1, Audry Maupin et Florence Rey ont, le 5 octobre 1994, réalisé la prédiction « warholienne ». Au point que, le soir même, presse et télévision appelaient la survivante  par  son prénom.  Après  Bonnie & Clyde, pourquoi pas Florence & Audry,  un couple pour les années 90 ?

Personne à l’époque ne s'explique comment ces deux idéalistes, amoureux du sport et de la nature, ont pu se transformer soudain en meurtriers de sang-froid. Une de leurs amies avoue, dans Charlie-Hebdo ( qui n’a pas encore fait son coming-out et s’affiche comme journal de gauche-extrême) , son désarroi : « ils n'étaient pas partis pour tuer, ça c'est sûr. Ce qui m'a le plus stupéfiée, c'est d'apprendre qu'ils ont tué le chauffeur de taxi, un Black en plus... Impossible de les imaginer faisant ça. C'étaient des non-violents, un peu baba sur les bords. »

Des « non-violents » dont l’un, Audry Maupin, menace d’ « éclater la tête » du passager du taxi, quand l’autre, la diaphane Florence Rey, menace de lui couper l’oreille, à la Reservoir Bitches.

Des « non-violents » armés de fusils à pompe customisés. Derrière l’image absurde, pointe la tentative de récupérer Maupin et Rey par l’ultragauche. Le fantasme d’une rébellion contre l’ordre établi, la « réjouissante » perspective de voir des policiers abattus, amène une partie non négligeable de l’ultragauche à l’époque à idéaliser Florence Rey.

Elle est jeune, elle est jolie, elle apparaît sur des pochettes de disques, dans des chansons de rap. Elle est trop cool, quoi, comme image de la rebelle attitude. Suffit de glisser sous le tapis le chauffeur de taxi Black ( soupçonné de compromission avec le pouvoir parce que terrorisé par la présence des deux crétins armés dans sa voiture, Amadou Diallo a lui-même provoqué un accrochage avec un véhicule de police pour tenter d’échapper à la prise d’otages). Suffit de glisser aussi sur les passants qui font partie des dommages collatéraux, comme cette élève infirmière de vingt ans qui prend une balle dans le ventre.

 

Je me souviens très bien des articles à la gloire de « Florence ». Quand on tient une telle idole, quand on peut se bricoler une telle idéologie, pourquoi s’emmerder avec des détails, avec la mort ou les blessures graves d’anonymes même pas photogéniques ?

 

Vingt ans plus tard, un troisième demeuré, rescapé de l'équipée sauvage, abat dans le hall de Libération un assistant-photographe de vingt-trois ans. Et cette fois-ci, c'est dans le camp d'en face que surgissent, pendant quelques jours, les pages Facebook et autres tweets de soutien au tireur, qu'une partie de l'ultradroite fantasme en grand nettoyeur de la presse forcément « gauchiasse ».

 

Et puis, manque de pot, au lieu d'un Andres Breivik à la française, à la place d'un « français de souche » « légitimement agacé » par le cosmopolitisme apatride et l'invasion et le grand remplacement, le tireur s'appelle Abdelhakim Dekhar.

 

Vite vite, à l'ultradroite, on efface les pages et les messages de soutien haineux, et on pointe le camp d'en face : « Alors, bande de connards, vous auriez bien aimé que le tireur appartienne au FN, hein ? »

 

Mais d'un côté comme de l'autre, et, à vingt ans de distance, alors comme aujourd'hui, c'est le même camp, le camp de ceux qui font passer leur idéologie foireuse, leur haine, avant la simple humanité. Les mêmes sacs à merde, à vingt ans de distance.

 

A quoi reconnaît-on une crevure ?

 

En 1994, au fait qu’il passe la mort d'un chauffeur de taxi au rayon pertes et profits de son fantasme révolutionnaire.

 

En 2013, au fait que l'idée qu'un inconnu de vingt-trois ans ait pris deux balles pour sanglier calibre 12 dans le dos égaye sa matinée.

 

fdesouche.jpg

08/10/2013

"Comment pouvez-vous taxer les malades?"

Nous sommes le 3 Octobre 2007.

A l'Assemblée Nationale, une parlementaire socialiste interpelle le premier Ministre, François Fillon, au sujet des comptes de la Sécurité Sociale.

index.jpg

"Monsieur le Premier ministre, la faillite que vous avez dénoncée est, pour une bonne part, celle des comptes sociaux. C'est la vôtre, celle des gouvernements qui se succèdent depuis 2002, puisque, depuis cette date, la sécurité sociale, année après année, bat des records de déficit.
Cet échec est aussi celui des plans d'austérité que vous avez mis en place, lesquels plombent le pouvoir d'achat des Français et des malades sans rien régler sur le fond : augmentation de la CSG et de la CRDS, non-remboursement d'un euro sur les consultations et de 18 euros sur les actes lourds, et ce en plus du forfait hospitalier, non remboursé, qui passe à 16 euros. Vous annonciez le sauvetage de la sécurité sociale, vous avez organisé son naufrage !
Et vous récidivez en instaurant une nouvelle taxe, la taxe sur les malades ! Il fallait y penser, vous avez osé le faire. Car les franchises, c'est bien cela : une énième taxe de 50 euros que vont devoir payer les malades pour se soigner ; une énième taxe qui ne marchera pas davantage que les précédentes, et que vous augmenterez évidemment aussitôt après les municipales. Mais aujourd'hui, monsieur le Premier ministre, vous vous préparez à un véritable choc de défiance. Les Français ne veulent pas de ces cadeaux fiscaux que l'on consent aux plus aisés, alors que l'on crée pour les autres des impôts et de nouvelles taxes.
Ma question est donc simple : alors qu'un Français sur huit et un jeune sur quatre renoncent à se soigner pour des raisons financières, comment pouvez-vous taxer les malades, l'inefficacité de ces franchises étant par ailleurs largement prouvée ?"

(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche et du groupe de la Gauche démocrate et républicaine.)

Nous sommes le 9 Octobre 2013, six ans plus tard.

Devenue ministre de la Santé, cette Pasionaria de 2007, comme ses camarades François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Christian Paul, Catherine Lemorton, s'accommode fort bien des franchises qu'elle jugeait hier insupportables. Lorsqu'il apparaît que son annonce d'une prochaine généralisation du tiers-payant va poser un problème logistique de récupération de ces franchises, elle reconnaît à demi-mots que "la question de la gestion des franchises est posée". Pas la question de leur suppression, notez-bien. La question de leur gestion.

Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Reniements. Dans ses oeuvres.

11/07/2013

Marie-Chantal 2.0

Marisol Touraine: "Si des logiciels dysfonctionnent, ils seront evidemment retirés".

Impeccable.

Pas mieux.

Ca marche aussi pour les ministres?

 

marisol-touraine-1243044.jpg


25/06/2013

L'effet Hollande

 

effet hollande.jpg

Au pouvoir depuis près de trente ans, l'émir du Qatar passe le week-end avec François Hollande.

Accablé ( voir photo ) , il annonce le lundi qu'il abdique le pouvoir.

C'est l'effet Hollande.

 

star-wars-episode-3-122-g.jpg

Aux dernières nouvelles, l'empereur Palpatine aurait annulé sa visite prévue à Paris.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu