Avertir le modérateur

17/10/2011

Jean-François Copé, responsabilisateur de macchabées depuis 2007

Sarkozy et Copé responsabilisent les patients. Même morts. C'est l'humanisme à la mode UMP, sans doute.

 

François Hollande serait "le champion de l'ambiguïté" et du "manque de courage".

Dixit Jean-François Copé, le sémillant chef de clique UMP qui martelait ses petits poings rageurs sur le veston des présentateurs télé en gémissant après cinq ans d'omniprésence médiatique sarkozyste qu'il n'y en ait plus que pour les socialistes, avec cette primaire.

Primaire remportée par François Hollande, l'un des seuls candidats à ne pas considérer que du fait même de mon métier, médecin généraliste ( je rappelle pour ceux qui suivent avec difficulté), je serais obligatoirement un ennemi de classe à rééduquer d'urgence dans le riant paradis des amours enfantines de Martine et Ségo, où l'hôpital ( 55% des dépenses, 1% des patients) doit être remis au coeur du système.

Mais bon, laissons là la liesse post-primaire, courbons l'échine, attendons mai 2012 et l'occasion de virer la droite. D'autant que nous allons maintenant voir squatter les plateaux télé par des perdreaux de l'année, des Roland Dumas, des Jack Lang... ( Apparté: Il paraît que le troisième volet de la Momie est nettement moins bon que les précédents, est-ce lié à la défection de Rachel Weisz?)

Une solution: ne jamais regarder la télé.

 

Je reviens à Jean-François Copé, champion international toutes catégories du parler vrai, puisque comme il le disait lui-même dans un ... livre ( enfin un objet rectangulaire en carton avec des pages dedans, c'est tout comme) "J'arrête la langue de bois".

Rappelons au sémillant Copé qu'il y a quatre ans à peine, le 26 Octobre 2007, il cornaquait le troupeau UMP, avec difficulté, ramenant le bétail dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale pour leur faire voter les franchises sur les soins du président convulsif à lui qu'il a. Si les députés traînaient des pieds, énonça t'il alors sans ambiguïté... c'était "pour un tas de raisons pratiques". En clair, même les députés UMP renaclaient à voter la lubie du prince, tant elle apparaissait à l'évidence comme inutile et injuste. Il y aurait, avais-je écrit à l'époque, un prix politique à payer pour cette dégueulasserie. Le temps est long en politique. Enfin, ces quatre ans m'ont paru très long. Mais aujourd'hui, les députés UMP sont aux portes de l'abattoir, et ce n'est pas trop tôt. Pas trop tôt pour 30% des Français qui renoncent à des soins.

Tiens, mon petit Jean-François, spéciale dédicace pour toi. Pour toi et ton Président, qui réussissent à responsabiliser les patients, même au-delà de la mort. C'est l'humanisme à la mode UMP, sans doute. Chapeau bas!

franchisesmortelles.jpg


Pour ceux et celles d'entre vous qui sous le quinquennat Sarkozy auraient dû renoncer à la lunetterie, il s'agit d'une lettre transmise aux héritiers d'un patient décédé pour récupérer les franchises sur les soins. Avec les sincères condoléances de la CNAM.

"Patients décédés, mais patients responsabilisés, c'est en changeant tous un peu qu'on peut tout changer!"

24/09/2011

Allégeance aux armes: Quand Copé joue avec le feu...

jean-francois_cope.jpg

Allégeance aux armes... allégeance aux armes... C'était cette semaine passée le dernier appel du pied en date de Copé et Fillon aux électeurs de l'UMP séduits par Marine Le Pen. 

Mais quel est le nom du fournisseur de Jean-François Copé? Takkiedine? Bourgi? Gaubert?

Je ne sais pas si c'est de la saoudienne, de la qatarie, de la pakistanaise, mais ce qui est certain, c'est que c'est de la forte... 

liberte-delacoix.jpg

Parce qu'imagine un peu, mon petit Jean-François, toi qui nous promets depuis des années d'arrêter la langue de bois et qui nous la joue "rebelle" au sein du clan UMP tout en appliquant à la lettre les consignes du patron ( allez, au hasard vraiment, le vote des franchises sur les soins, un grand moment de responsabilisation des cancéreux dont tu pourras être fier toute ta vie...), imagine un peu, mon petit Jean-François, que les Français, les jeunes de France, prennent vraiment les armes le jour où il apparaîtrait clairement que la France, la République, sont tombées aux mains de crapules cyniques, d'affairistes ignobles, de magouilleurs prébendiers et autres porteurs de mallette auvergnats...

Et ben tu serais vite en string, dans ta piscine, mon garçon...

cope-piscine.jpg

21/09/2011

L'Alzheimer, ça eût payé...

KNOCK_1950.jpg

 

A l'approche de la journée de l'Alzheimer, et alors que notre petit président à nous qu'on a a fait des pieds et des mains ( surtout des mains) pendant des années pour tenter de convaincre qu'il s'intéressait à cette maladie, au point de pondre un indigent Plan Alzheimer financé ( cherchez l'erreur) par les franchises... que paient les malades Alzheimer..., le petit monde des grrrrands spécialistes de la maladie s'affole, et monte au créneau.

C'est qu'après le retoquage ( grâce au Formindep, collectif de soignants et de citoyens indépendants) pour conflits d'experts à gogo par la Haute Autorité de Santé ( énième agence dont l'intitulé même prêterait à sourire dans la Roumanie de Ceaucescu)  de sa lamentable recommandation sur la prise en charge de la maladie ( qui stipulait en gros que les médicaments servaient surtout à faire exister la "filière" de prise en charge de la maladie...), et dans un environnement financier contraint, la poursuite du remboursement de médicaments largement prescrits et promus par ces mêmes grrrrands spécialistes de la spécialité est aujourd'hui en danger. A cause de la revue Prescrire, et de "certains médecins médiatiques", à cause de la dissémination sur Internet de thèses médicales mettant en évidence la supercherie orchestrée jusque-là en toute impunité par les pontes de la spécialité, le rapport bénéfice-risque de ces médicaments inutiles et pourvoyeurs de graves effets indésirables n'est plus assuré. Et c'est Billancourt qu'on désespère, toute la filière Alzheimer qui crie au meurtre.

Les grrrands spécialistes expliquent à des journalistes bouche bée qu'il n'y a pas de débat sur l'efficacité de ces médicaments chez les grrrrrands spécialistes ( mais c'est bien ce qu'on vous reproche, crétins!). Certains expliquent benoîtement qu'on pourrait ( si certains de ces foutus généralistes ne freinaient pas des quatre fers) améliorer nettement le dépistage précoce, et ainsi créer une cohorte de pauvres gens à qui on annoncerait dix ans plus tôt qu'ils sont prédestinés à développer une maladie contre laquelle il n'y a pas de traitement à l'heure actuelle...( Je ne sais pas pourquoi, mais cela me fait penser au professeur Charcot, qui vivait dans "son" monde à la Salpétrière à la fin du 19ème siècle entouré de ce qu'il appelait avec gourmandise "mon musée pathologique vivant"...)

Et les zélateurs des traitements, sans même se relire, écrivent des articles qui feront date, comme celui-ci, tiré du Monde, insistant sur le "rôle structurant" de médicaments inefficaces sur l'évolution de la maladie et dotés d'effets secondaires:

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/19/bientot-plus-de-malades-d-alzheimer-en-france_1574305_3232.html

On vérifiera avec plaisir dans les réactions à l'article que les confrères ou les simples citoyens sont moins crédules ou moins aveuglés que l'espérerait "la filière":

http://www.lemonde.fr/idees/reactions/2011/09/19/bientot-plus-de-malades-d-alzheimer-en-france_1574305_3232.html

Ce dont les malades d'Alzheimer ont besoin, ce ne sont pas des médicaments aux graves effets indésirables vasculaires, mais d'être entourés d'aidants, d'accompagnants, d'humains. L'avoir "oublié" pour faire fonctionner la filière médicale et pharmaceutique est une honte.

 

19/05/2011

Opération Sarko 2012: Merci les guignols!

695182_la-conquete.jpg

 

Les sarkozystes du premier cercle qui ont vu "La Conquête" sont soulagés, parait-il.

Soulagés? On les comprend.

Si l'un des communiquants qui nous gonflent avec le storytelling sarkozyste depuis des années essuie une larme dans les jours qui viennent, ce sera parce qu'il aura pris un bouchon de champagne dans l'oeil.

En Angleterre, quand un réalisateur, un scénariste, s'attaquent au pouvoir, cela donne des films d'une rare pertinence, qui n'évacuent pas la question politique et sociale comme Xavier Durringer et Patrick Rotman s'y attèlent ici.

Mais l'Angleterre a des Peter Kosminsky, des Ken Loach. Nous, nous avons Durringer et Rotman.

l-affiche-du-film-la-conquete_42538_w250.jpg

J'avais été surpris, ces dernières semaines, par la distance entre l'affiche du film, assez sarcastique, et les interviews donnés par les principaux protagonistes du film: auteur, réalisateur, acteur principal. Ayant vu le film hier, je comprends mieux.

Le festival attendu de répliques vachardes est au rendez-vous, on voit que Rotman a bien relu la presse, a bien potassé le livre de Bruno Le Maire, ex dir-cab de Villepin, le livre de Yasmina Reza, ex-groupie sarkozyste, et le livre sur Cecilia Sarkozy. Les acteurs sont bons, ils ont bien visionné les films vidéo de l'époque, écouté les discours. On a donc droit à ce combat pour la présidence entre des hommes d'une consternante médiocrité qui se haïssent cordialement et pour lesquels seul compte le pouvoir.

Mais parce que les auteurs refusent de montrer, en parallèle de ce combat de coqs, les conséquences morales politiques et sociales des actions de ces hommes et de ces femmes sur le peuple de France ( celui-là même que Guaino évoque les larmes aux yeux pour mieux le livrer à la marionnette Sarko), on reste dans l'entre-soi du storytelling sarkozyste, et comme s'en émeuvent Podalydès, Rotman et Durringer, on découvre un Sarkozy humain, attachant, tellement faillible, au fond. Un homme ambitieux, mais est-ce un crime, franchement, mâme Chabot, je vous l'demande?

Un exemple de cette cécité voulue, choisie? Le film traite au détour d'une répartie de la visite de Sarkozy, alors Ministre de l'Intérieur, sur la dalle d'Argenteuil, de ses fameuses petites phrases sur la racaille et le Kärcher. On nous rappelle en quelques mots sans rien en montrer que cela a mis le pays à feu et à sang pendant des semaines, mais cela est reproché du bout des lèvres à Sarkozy dans l'intimité feutrée d'un beau bureau élyséen, et Sarkozy, par la bouche de Podalydès, a beau jeu de répondre que "la France a un problème avec ses banlieues et ce qu'on me reproche c'est juste d'avoir dit la vérité". Il est dans cette scène entouré de médiocres, de menteurs, il y a là Chirac, Villepin, Jean-Louis Debré, Le Maire, Guéant  ( de mémoire ), il n'y a pas dans cette scène, évidemment, un banlieusard, un flic, un médecin, un pompier, pour enfoncer le clou. Tous ces types se tiennent par les couilles, par leurs conneries passées, par leur ignominie présente et future. La France a été mise à sang, sa cohésion mise à mal? Ce n'est dans le film qu'une séquence sur l'échiquier politique, et on passe à autre chose ( idem pour le CPE, dont on voit qu'il flingue Villepin mais dont aucune des conséquences ou du combat mené alors n'est montré; idem pour le Non à la Constitution Européenne). Là où Loach aurait mis sa caméra au ras des petites gens, là où Kosminsky ou Frears auraient mêlé dans leur narration les intrigues des puissants et la vraie vie des gens, nos courageux mais pas téméraires français transforment la conquête du pouvoir par un névropathe "libéral, ultracommunautariste et atlantiste" en sitcom.
Et par la grâce du cinéma, des gros plans, des acteurs, ils humanisent ces guignols, évacuent le peuple, participent au storytelling sarkozyste.

La meilleure preuve en est peut-être le portrait de Cecilia Sarkozy en madone sacrificielle. Ce qu'on voit ici, c'est une femme intelligente, aimante, qui soutient son mari au fil des ans et revient même près de lui pour lui permettre d'accéder au pouvoir suprême alors qu'elle ne l'aime plus. Par simple fidélité au passé. C'est beau, c'est tragique, le film se clôt quasiment sur son visage en larmes au moment où Sarko nous est infligé pour cinq ans.

7687321616_florence-pernel-aux-cotes-de-denis-podalydes-dans-la-conquete.jpg

La réalité est un peu différente, si on 'en croit le livre d'Anne Biton sur Cecilia Sarkozy. Au lieu de la madone, on y voit une femme qui ne supporte plus un mari dont elle considère qu'il n'aime personne, pas même ses enfants, et qu'il a un réel problème de comportement. Une femme qui revient pour jouer au peuple français un mensonge de quelques mois, avant de partir retrouver l'homme qu'elle aime à Dubaï et se confier aux gazettes féminines en expliquant:

" Moi, ce qui me manque par-dessus tout, c'est aller faire des courses au supermarché avec mon fils Louis."

"Oui, c’est radicalement différent de tout ce que j’ai vécu avant. Mais c’est une expérience très enrichissante. J’ai des amis qui m’ont sorti quelques poncifs du genre: tu verras, on s’ennuie ici. C’est vrai qu’il n’y a pas tous les soirs du théâtre et de l’opéra comme à Paris, Londres ou New York. Mais on peut bouger. On oublie que Dubaï n’est qu’à deux heures seulement de l’Inde et quelques heures de la Chine. On peut aller y passer un week-end."

Ceux qui vont faire leur shopping "au supermarché" en Inde ou en Chine en deux heures d'avion privé apprécieront.

Les autres... les autres, le cinéma français s'en fout.

 

 

22/03/2011

Aux portes de l'abattoir

Pour ceux qui comme moi ont vu venir en 2007 la catastrophe nationale, impuissants à lui faire barrage, pour ceux qui n'ont jamais dévié de leur détestation initiale de l'arriviste inculte que Guaino et Guéant, misérables Geppetto, ont façonné en lui taillant un constume beaucoup trop grand de défenseur amoureux de la France de Jaurès et des clochers ruraux...

Pour tous ceux qui ont subi l'ignominie, le ridicule, la honte, de voir des Dati, des Besson, des Kouchner, des Hortefeux, représenter la France...

Pour ceux qui ont vu chasser les parents à la porte des écoles, les Rom à la périphérie des villes...

Pour ceux qui ont vu des Rama Yade minauder devant Khadafi, jouant sur tous les tableaux, rebelle mais pas trop, des Fadela Amara trouver l'instrumentalisation de l'immigration dégueulasse, mais pas au point de lâcher la mangeoire...

Pour ceux qui ont vu la curée de représentants de commerce UMP voter la pénalisation des malades dans les deux Assemblées...

Pour tous ceux qui ont subi comme une blessure chaque sentence martiale de pacotille, chaque approximation ridicule, chaque rodomontade du crétin de Nagy-Bocsa devant une médiature terrifiée à l'idée de déplaire...

Pour tous ceux-là qui attendaient enfin le réveil du pays, il est temps de se caler dans le fauteuil pour la dernière bobine du film avec le carton de pop-corn ( extra-large, Xavier Bertrand Supersized), et de savourer le pay-off.

L'UMP est dans la nasse où Sarkozy s'est enfermé. Et il n'y aucune porte de sortie. AUCUNE.

Je reste stupéfait par les analyses à deux balles que je lis... Fillon se poserait en recours, tel autre guignol refuserait le Ni-Ni, tel autre serait pour le Front Républicain, Xavier Bertrand, comique de situation, donnerait sa préférence au vote blanc, comme son slip...

Il n'y a aucune porte de sortie.

Appeler au Front Républicain, c'est conforter l'accusation de Marine Le Pen d'une supercherie UMPS au sein de laquelle, une fois les empoignades de plateaux télévisés terminées, on se sert la louche et on se partage le gâteau entre gens du même monde. Impensable, et contre-productif.

Appeler au Ni-Ni, c'est pemettre au Front National de s'implanter localement, de gagner encore du terrain.

De toute façon, Sarkozy est perdu, et l'UMP, tous ces petits notables accrochés à leurs prébendes, est perdue avec. UNION POUR LA MAJORITE PRESIDENTIELLE, ça veut bien dire ce que ça semble signifier. Pas Union pour le Progrès, ou Union pour Une Certaine Idée de la France, ou Parti "Socialiste" ( excusez-moi de pouffer). Non, ça signifie que ce parti de godillots n'a pour seul et unique but que de se trouver un leader pour rester en place(s).

Et parce que ces imbéciles ont cru en 2006 que l'arriviste Sarkozy pouvait être un bon cheval, même si clairement il foulait aux pieds une bonne partie de ce qui, bon an mal an, avait fait partie de l'héritage du gaullisme...

Parce qu'ils ont tous frétillé du fion pour se ranger sous la bannière de l'incapable, pondant des dithyrambes sur sa grandeur d'âme et sa proximité au peuple français ( certain passage du "livre" du pitoyable Laurent Wauquiez à ce sujet sont à se tordre, ça enfonce Stéphane Guillon et Ricky Gervais sous acide)...

Pour toutes ces raisons, ils sont collectivement responsables ( à quelques rarissimes exceptions) de la situation actuelle.

Et les commentaires ridicules que je lis dans la presse sur le fait que le refus du Ni-Ni présidentiel serait, de la part de Fillon entre autre, le signe d'un "refus d'une dérive droitière" du Président, SONT A SE PISSER DESSUS DE RIRE. ( et je sais de quoi je parle)

Car si cette attitude neutre envers les électeurs du FN est évidemment une tentative de non-agression de Sarkozy en vue d'un éventuel, très hypothétique second tour des présidentielles, dans les faits, la dérive droitière du Président, nous la subissons tous depuis 2007, ET FILLON ET LES AUTRES GUGUSSES QUI ARBORENT SOUDAIN LEUR CROIX DE LORRAINE en ont pris toute leur part.

Ni le gommeux Fillon, ni la cruche Pécresse, ni la madone d'Internet NKM, ni le mendiant Wauquiez, ni le louvoyant Copé, n'ont jamais ouvert la bouche pour dénoncer les errements du régime Sarkozy.

Or dans les faits, les mots du FN, les idées du FN, une bonne partie du programme du FN, Sarkozy les a installés au pouvoir, à travers Besson, Hortefeux, Guéant, Guaino... sans qu'aucun des rebelles de la vingt-cinquième heure ne moufte.

Sarkozy a installé la rampe de lancement de Marine Le Pen, tandis que les médias applaudissaient de voir combien il avait "affaibli le père" en subitilisant ses idées. L'UMP a suivi, à fond, troupeau bovin seulement préoccupé de continuer à brouter.

C'est l'heure où s'ouvrent les portes de l'abattoir.

abattoirs1.jpg

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu