Avertir le modérateur

08/10/2007

Cinq ans de droite. J'ai besoin d'amour.


medium_Sarkozydoigt.2.jpg

 

« Cinq ans de droite. J’ai besoin d’amour ». Ce slogan d’Act-Up m’a arraché un sourire. A défaut d’amour, là, tout de suite, je me satisferais d’un peu de cohérence.

 

Parce que vous, je ne sais pas, mais moi, j’ai du mal à m’y faire, dès le matin. J’hésite à ouvrir la radio, à acheter les journaux, tant je sais ce qui m’attend. Un flot ininterrompu de déclarations hâtives, de contradictions foireuses, de clarifications ridicules.

 

Un jour, c’est Rama Yade à Aubervilliers, prétendant être venue là sur un coup de cœur, dans une posture émotionnelle dont elle n’a pas compris qu’elle est réservée à son Patron et à sa Femme, Cécilia « On ne m'empêchera jamais d'essayer d'aider ou de soulager la misère du monde, dans quelque pays que ce soit » Sarkozy. Et bien il y a du boulot, Mesdames. Pas besoin d’aller jusqu’à Tripoli, ça commence sur le tarmac de Roissy et d’Orly, lors des reconduites à la frontière dont Rama Yade apparemment n’a pas entendu parler. Un jour donc la Chargée des Droits de l’Homme débarque à Aubervilliers ( 40% de logements sociaux) « dans le but d'arranger les choses et d'entamer une amorce de dialogue, pas dans une démarche d'hostilité ». Tancée par ses supérieurs, elle rectifie, avouant le lendemain qu’elle s’était rendue sur place pour expliquer aux squatteurs que l’extrême-gauche n’avait pas le monopole du cœur. Belle justification, en effet, que d’avouer qu’il s’agissait uniquement d’instrumentaliser la souffrance humaine à des fins politiques.

 

Quelques jours plus tard, ce sera Bernard « Mais le pire c’est la guerre, Monsieur » Kouchner. Et le lendemain, un de ses collaborateurs précise : « Dire qu’il faut se préparer au pire ne signifie pas que l’on prépare le pire». Ah, d’accord, je suis rassuré. Enfin, pas vraiment. Je note quand même : nucléaire iranien-mauvais-pas bon-dangereux, nucléaire lybien-cool-sympa-no problemo-dassaultcompatible. Un pense-bête, pour plus tard, quand nos gouvernants, invoquant les mânes de La Fayette, emboîteront le pas à George Walker Bush, criminel de guerre ( oui, la connerie peut être criminelle).

 

Enfin le Président lui-même, continuant à pousser son projet de franchises médicales pour financer le plan Alzheimer, tout en annonçant, le même jour, dans le même discours, que « la dépendance des personnes âgées est le plus souvent un risque assurable qui peut être couvert en partie par des produits financiers innovants. » Ou comment utiliser deux fois l’Alzheimer dans le même discours, une première fois pour légitimer un déremboursement masqué, la seconde pour ouvrir le champ de la dépendance aux assurances privées.

 

Je ne sais pas, vous, mais moi à chaque fois qu’un membre du gouvernement l’ouvre, j’ai besoin d’amour.

 

( publié dans l'Humanité le 25 Septembre 2007) 

07/10/2007

Seul le prononcé fait foi

medium_b32589d5-a1bb-4e46-8159-2df1b03696a6.2.jpg

Ca me dépasse.

 

Je ne sais pas comment font les journalistes.

 

Pour y aller, s’asseoir, recevoir des mains des assistantes de presse le texte du énième discours que va leur infliger le Président de la République. La semaine dernière, à une réunion d’Act-Up, le fameux discours de la méthode bling-bling Sarkozy  sur la nécessité de réformer à la hussarde m’est tombé sous les yeux. C’est un gros morceau, hein, à vue de nez une bonne douzaine de pages, du dense, y’a pas à dire, les scribes du Président, ils ne lésinent pas sur la quantité. Ce texte, tous les Journalistes de l’Information Sociale présents l’avaient reçu, et l’un d’entre eux en avait refilé un exemplaire aux trublions d’Act-Up.

 

Ce qui m’a frappé, moi, qui suis ignare en la matière, c’est la petite phrase inscrite au bas de chaque feuille, comme une annonce sybilline à décrypter. Un peu comme « La vérité est ailleurs » dans X-Files. « Seul le prononcé fait foi », voilà ce qui était gravé en bas de chaque page.

 

« Seul le prononcé fait foi », ai-je répété à voix basse, pour mieux m’en imprégner.

 

Cela signifie, apparemment, que le texte n’est donné aux journalistes que comme support, et qu’il leur est demandé de rapporter uniquement les propos effectivement tenus par le Président. Dès fois que soudain, tel Pinocchio échappant à la houlette de Gepetto pour vivre sa vraie vie de petit garçon, le Président décide d’envoyer paître Guaino, ses appels à Blum et Jaurès, sa France éternelle et ses Africains trop réticents à s’inscrire dans l’Histoire, et nous entretienne, comme Yasmina Reza, de sa passion pour les Rolex.

 

« Seul le prononcé fait foi ».

 

Evidemment, s’il s’agissait d’un autre homme, on pourrait comprendre que seul ce qui est prononcé a de la valeur, que les mots ont un sens, qu’ils engagent l’action du gouvernement, et s’inscrivent dans un véritable dessein. Mais nous parlons de Nicolas Sarkozy.

 

L’homme qui considérait les franchises comme « indispensables pour responsabiliser les Français » en Juin 2006, mais vient nous expliquer en Juillet 2007 que celles-ci n’ont rien de comptable, mais sont destinées à financer la prise en charge des cancers et de l’Alzheimer.

 

L’homme qui assurait, en Juin 2006, qu’il refusait l’idée d’une taxe sur chaque boîte de médicament « parce que cela pénaliserait les plus malades », et sort en Juillet 2007 de son veston une franchise de 50 centimes d’euro par boîte, que paieront en tout premier lieu les patients âgés dont il s’entoure.

 

Et les journalistes sont censés commenter ça, doctement, sans pouffer.

 

Je ne sais pas comment ils font.

 

( publié dans l'Humanité le 24 Septembre 2007)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu