Avertir le modérateur

15/01/2017

"On va tous mourir": Comment la com a tué la grippe...

 

 

health-flu-1918-dixie-cups-crop-42-swscan07790-copy.jpg

 

 

La grippe, sa vie, son oeuvre. Ce ne devrait même pas être un sujet de polémique, tant la pathologie est banale, récurrente, de retour chaque année… Et pourtant à chaque hiver, c’est la même chose: polémiques, accusations, reportages sur l’apocalypse dans les services d’urgence, mise en cause, ici des médecins, ici du ministère, là des « anti-vaccinaux » ou de Big Pharma. Avant d’aborder les causes du bordel ambiant, j’ai posé une question basique sur Twitter, la question que je pourrais poser aux patients dans ma salle d’attente:

 

Capture d’écran 2017-01-14 à 18.27.00.png


Je m’attendais à des questions « politiques »: A qui la faute? C’est quoi ce bordel? On nous enfume ou c’est vraiment la fin du monde? » Il y en a eu, mais il y eu aussi voire surtout des questions basiques sur les symptômes de la grippe, la nécessité de se vacciner, etc…

Je vais commencer par répondre à celles-là, en précisant d’où je parle. Je suis médecin généraliste en activité depuis trente-trois ans, je n’ai aucun lien d’intérêt avec un laboratoire pharmaceutique, aucune affiliation politique.

La grippe est une maladie virale. Le virus, ou plutôt les virus grippaux car il y en a plusieurs, évoluent, mutent, au fil des années. Le but d’une maladie virale n’est pas de tuer ses hôtes, mais d’en infecter le maximum. La plupart des personnes qui sont infectées par un virus grippal ont des symptômes similaires: une élévation souvent rapide et importante de la température, accompagnée de frissons, de douleurs: maux de tête liés à la fièvre, douleurs articulaires et musculaires liées à la réponse immunitaire de l’organisme. En résumé, en l’espace de deux-trois heures à peine, un sujet qui se sentait bien est brutalement terrassé: il est très fiévreux, il se sent très faible, il a la sensation d’avoir été roué de coups. Souvent des symptômes ORL et respiratoires apparaissent: le nez qui coule comme une fontaine, des éternuements, des maux de gorge, une toux.

L’évolution dépend des individus. La majorité des individus en bonne santé va vivre quelques jours plus ou moins inconfortables, puis peu à peu reprendre pied parce que son système immunitaire va combattre le virus en sécrétant des anticorps, plus ou moins adaptés à l’infection actuelle en fonction des « armes » que l’organisme a engrangées au fil des années, des vaccinations ou des épisodes infectieux précédents. Plus récemment on a rencontré un virus ayant des caractéristiques en partie similaires au virus en activité, ou plus récemment on a été vacciné avec un vaccin destiné à lutter contre ce virus en activité, plus on a de chance de lancer rapidement la contre-attaque en sécrétant suffisamment d’anticorps adaptés pour bloquer la progression du virus dans l’organisme.

Mais les individus ne sont pas tous égaux, ni devant la maladie, ni dans leur réponse immunitaire. Certains vont ressentir une phase d’invasion virale, frissons, fièvre, nez qui coule… mais leur réponse va être si rapide et efficace qu’en moins de 24 heures ils vont se sentir nettement mieux, au point de se demander même s’ils ont bien eu la grippe. D’autres vont être durablement affectés, et le virus va parfois provoquer des complications, le plus souvent parce que des bactéries vont « profiter » de l’affaiblissement de l’organisme pour « surinfecter » une muqueuse nasale ou respiratoire affaiblie. Le patient va developper une sinusite, ou une bronchite, voire une pneumopathie. D’autres enfin vont avoir des symptômes minimes, voire pas de symptômes du tout. ( En Septembre 2009, le ministère de la Santé anglais cherchait des cobayes pour le vaccin en fabrication. Parmi les volontaires, sains, un grand nombre avait des anticorps contre H1N1. Ils avaient été infectés par le virus pendant l’été et l’avaient surmonté, sans s’en apercevoir. Cette constatation fut d’ailleurs cruciale pour les médecins indépendants qui doutaient dès cette période de la communication catastrophiste de la ministre et de ses conseillers)

Les personnes fragiles, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes âgées, ou souffrant de pathologies lourdes ou prenant des traitements diminuant la réponse immunitaire, sont les plus à risque. Mais il arrive aussi que des personnes jeunes en parfaite santé développent une grippe « maligne » avec en particulier une atteinte pulmonaire très sévère pouvant nécessiter ventilation par oxygène, réanimation, et pouvant mettre en jeu le pronostic vital. C’est le cas chaque année, même si c’est relativement rare, et ce fut apparemment le cas en 2009 lors de la grippe H1N1 qui vit de nombreux gouvernements dont le gouvernement français mettre en place un plan pandémique dont l’efficacité reste sujette à caution ( Nous y reviendrons. Les écrits restent, ceux qui voudraient se remémorer ce fiasco pourront remonter le temps sur ce blog).

En règle générale, la grippe est bénigne pour les sujets en bonne santé. Les symptômes qui doivent alerter sont: des troubles de conscience, une gêne respiratoire majeure. Des cas sont rapportés de médecins ou de services d’urgence à domicile poursuivis pour n’avoir pas réagi suffisamment rapidement, ou ne pas avoir revu suffisamment vite un patient vu la veille et s’aggravant le lendemain. Le problème est que ces aggravations chez des sujets jeunes sont heureusement très rares, et qu’en période d’épidémie les soignants peuvent être débordés et rechigner à revoir un patient déjà vu la veille « et qui ne va pas mieux, docteur ». Il ne faut pas déranger les soignants pour rien. Il est normal d’avoir encore de la fièvre, beaucoup de fièvre, dans les jours qui suivent la consultation. Ce qui doit alerter, c’est un patient qui présente des troubles de la conscience, ou qui respire très mal. Un des petits outils très utiles pour déterminer l’état d’un patient est l’oxymètre de pouls, qui permet de mesurer la quantité d’oxygène qui circule dans le sang artériel.

I-Moyenne-26269-oxymetre-de-pouls-bleu-joleti.net.jpg

Peu onéreux, utilisable par le médecin ou par une personne un peu expérimentée, il permet de savoir si une personne fragile s’aggrave au niveau respiratoire, ou pas. ( Et donc de fournir au téléphone une indication extrêmement utile si on appelle un service de secours… Un oxymètre de pouls coûte une vingtaine d’euros. Un instrument extrêmement utile, autrefois fréquemment retrouvé à domicile, mais étrangement de plus en plus rare, s’appelle un « thermomètre ». Oui, je sais, je suis une brute en blanc.)

La majorité des patients grippés est malade pendant 4 à 7 jours, et c’est la durée moyenne des arrêts de travail pour grippe. Beaucoup de gens rechignent à s’arrêter, veulent continuer à travailler sous médicament, mais c’est déconseillé. Ils se fatiguent, risquent de se surinfecter, lors des trajets en transport en commun par exemple, et surtout vont disséminer leur virus, lors des trajets comme sur leur lieu de travail. Travailler grippé, faire oeuvre de présentéisme, n’est pas recommandé. Sauf par les économistes de plateau et Laurent Wauquiez, probablement.

ob_d5b132_ob-c725e4-wauquiez-laurent.jpg

 

Le vaccin antigrippal a une efficacité modérée. Certains sujets vaccinés font la grippe, certains sujets non vaccinés passent à travers l’épidémie. Le vaccin n’est qu’un élément de défense, comme le sont les mesures d’hygiène: le lavage fréquent des mains, le port d’un masque si l’on est atteint, le fait de ne pas laisser traîner des mouchoirs infectés ou de ne pas éternuer sur ses congénères.

health-flu-1918-handkerchief.jpg

Le vaccin protège mieux ceux qui en ont le moins besoin… C’est-à-dire qu’il protège mieux les jeunes que les personnes âgées. C’est la raison pour laquelle on peut envisager des mesures-barrières, de vaccination « altruiste », et par exemple proposer de vacciner tous les membres d’une famille qui vivrait à domicile avec un aïeul âgé ou fragile. C’est aussi la raison pour laquelle on peut envisager de vacciner le personnel soignant, mais, et c’est là que le bât blesse, comme souvent dans ces histoires de grippe, d’épidémie, et de vaccin, il n’existe encore aujourd’hui aucune preuve scientifique que la vaccination des personnels soignants diminue la mortalité des personnes âgées en institution, par exemple. D’autres facteurs peuvent jouer, comme le respect de mesures d’hygiène, et la ventilation des chambres et des services de soins pour éviter que les patients « baignent » dans une atmosphère viciée par une grande quantité de virus.

 

health-fresh-air-swscan08782.jpg

La décision de se vacciner ou non dépend de chaque individu, de son état de santé, de ses fragilités, de son âge, de son entourage, de ses traitements en cours.

Les vaccins homéopathiques (comme les traitements homéopathiques de la grippe) sont utiles… pour le chiffre d’affaires du laboratoire qui en inonde le marché. Mais cette belle arnaque reste, en France, populaire.

Le fait d’attraper la grippe et de développer une immunité naturelle contre le virus rencontré profère apparemment une défense croisée contre d’autres virus grippaux, de meilleure qualité, et de plus longue durée, que l’immunité artificielle développée par vaccination. Ceci complique le choix, évidemment. Vaut-il mieux courir le risque d’attraper la grippe ( mais ensuite d’être naturellement mieux immunisé pendant quelques années) ou vaut-il mieux se vacciner de manière répétée? Je n’en sais rien, et soyons clair, personne n’en sait rien, surtout pas les experts multicartes qui viennent gloser sur tous les plateaux en omettant à chaque fois de signaler qu’ils travaillent avec, et sont payés par, les laboratoires qui fabriquent et vendent les vaccins. Cela a été particulièrement flagrant pendant la grippe H1N1 de 2009, ou de grrrrands professeurs sont venus vous expliquer que si vous n’étiez pas vaccinés vous alliez tous mourir. Un grand ponte, au doigt mouillé, en se basant sur des calculs totalement approximatifs, avait prédit des millions de morts. Il continue à pavoiser sur les plateaux, sans le moindre mea culpa. Cette grippe H1N1, et la réponse politique qui fut apportée alors, est au centre de la polémique actuelle, car même sans être spécialistes de la question, un très grand nombre de gens a très mal vécu cette période: le ministère et les experts leur ont expliqué que la situation était très grave, les a incité à se vacciner dans des conditions très particulières, dans des vaccinodromes, avec des vaccins par lot de dizaine de doses, fabriqués dans des conditions de précipitation assez opaques, et en répétant à cette population que les médecins auxquels on leur demandait de confier leur santé ( et leurs autres vaccinations) tout au long de leur vie étaient soudain totalement incompétents et incapables de gérer la situation.

Si Roselyne Bachelot, après ce fiasco total, a réussi son relooking extrême en sexa sympa au rayon sexo et conso d’antennes de qualité comme D8 et RMC, si les experts de l’apocalypse ont finalement retrouvé le chemin des plateaux, la confiance des Français, déjà échaudés par d’autres campagnes vaccinales trop martiales ( hépatite B, papillomavirus) , a été durablement ébranlée.

Une personne qui a programmé un voyage, ou une intervention chirurgicale, ou doit passer un concours, pourra choisir de se faire vacciner afin de tenter d’éviter la grippe cette année-là. Le délai de création des anticorps est de deux à trois semaines après la vaccination. A ce titre, rappelons que le vaccin est disponible en pharmacie dès la fin Septembre. Et que si on a choisi de se vacciner, il est incohérent d’attendre pour le faire. L’épidémie débute parfois tôt, voire très tôt. Et soit le vaccin sera efficace cette année-là, soit il le sera moins ( parce qu’entre le moment où auront été choisies à la fin du printemps les souches incluses dans le vaccin en fonction des modélisations géographiques, et le moment où la grippe surviendra, le virus aura muté, ou bien une souche différente aura pris le dessus). Mais le vaccin de l’année ne perdra pas son efficacité en Mars parce qu’il aura été pratiqué en Octobre, comme semblent le croire beaucoup de patients. Si on a décidé de se faire vacciner, il n’y a pas de raison d’attendre… au risque de le faire trop tardivement.

Quelle est la mortalité de la grippe? On ne le sait pas. On ne sait pas combien de personnes meurent en France de la grippe chaque année. Mon bon camarade de fac Jean-Baptiste Blanc a écrit un très bel article à ce sujet.  
Pendant très longtemps on a parlé de plusieurs dizaines de milliers de morts par an, et puis lorsqu’on a compté en 2009 ( pendant la terrrrible pandémie Bachelot), de mémoire, on est arrivé à 488 décès. 421 cas en moyenne chaque année depuis 2005. Beaucoup de patients âgés meurent parce que la grippe, ou une autre infection hivernale vient fragiliser un organisme déjà fragile. Et après une canicule, ou une forte grippe un hiver, il y aura moins de morts l’hiver suivant…parce que la Faucheuse est déjà passée…

Que se passe-t’il dans les hôpitaux? J’ai posé la question à plusieurs confrères travaillant dans des services d’urgence, tant la situation qui est décrite à longueur d’articles et de journaux télévisés est discordante avec ce que voient un grand nombre des médecins généralistes du pays. En résumé, nos cabinets voient l’afflux hivernal habituel de rhinites, d’angines, de bronchites, d’infections virales orl et respiratoires, beaucoup de syndrômes grippaux, quelques rares grippes « cognées », et aussi le lot habituel de gens qui, du fait du tabagisme, de la pollution, de la mauvaise aération chronique de leurs maisons, traînent une toux désagréable et un mouchage irritant, des maux de gorge, pendant parfois plusieurs semaines. Dans le même temps, la situation décrite dans les hôpitaux, et en particulier dans les services d’urgence, est très difficile. Je laisse la parole à mes confrères hospitaliers, n’étant pas, à la différence de nombre d’éditorialistes, doué de la science infuse:

« On a actuellement des problèmes de place mais ça n'a rien à voir avec la grippe, juste une population âgée qui tombe malade mais sérieux j'ai eu un cas de grippe… un cas sur mes deux dernières gardes »

« En pratique, on hospitalise beaucoup de vieux en ce moment. Ils ont pas tous la grippe loin de la. Pneumopathies et insuffisance cardiaque. Le système est toujours à fond donc pas besoin de beaucoup plus de patients pour le dérégler, surtout sur les vieux, car personne n'en veut dans les services. Les lits soi disant disponibles ne le sont pas pour eux… »

«  Je vois ça indirectement au point hebdomadaire sur les lits. L'hôpital a 750 lits. Sur ces 750 tu as un UHCD de 15 lits et une unité post urgences (pas pareil) de 15 lits. Et tu as 24 lits qui sont distribués par 2 dans des services de médecine et qui ne sont pas ouverts. Quand il ne reste plus que 10 lits normaux disponibles dans l'hôpital, les gestionnaires de lits ont le droit d'ouvrir ces 24 lits. Ça c'est la période de tension. Quand il ne reste plus que 10 lits tout court dans tout l'établissement, les gestionnaires de lits peuvent utiliser des chambres non équipées (par exemple celles pour les examens de sommeil). C'est la période de surtension.Quand il n'y a plus rien, ils stockent les patients dans une vaste zone de transit non boxée. Ça c'est la période pas cool. Depuis mi septembre l'hôpital est en période de tension tous les jours et depuis les vacances des Noël et jusqu'à hier on a eu une quinzaine de jours de surtension. La grippe là dedans est apparue en même temps que la surtension. Ce qui est plus difficile avec la grippe, c'est que tous les patients d'un service où il y a deux cas sont isolés ( masque et gants partout tout le temps) et ça donne une impression que l'hôpital est face à une situation hors normes. »

Ce que disent ces hospitaliers, y compris des chefs de service d’urgence, c’est que la situation est en permanence tendue, que trouver des lits pour des personnes âgées est très difficile voire impossible ( et chronophage), alors que l’hôpital est régi par la tarification à l’activité qui sur le plan financier fait que pour un service il est plus avantageux de prendre en charge un infarctus chez un quadragénaire qu’une bronchite chez une vieille dame désorientée .( Merci Monsieur Xavier Bertrand, merci Madame Roselyne Bachelot, merci les économistes de la santé jamais malades).

bNHiE-N3.jpg-large.jpeg

               (Magnifique illustration photographique d'un exemple assez rare de "LITHIASE DE COULOIR")

 

Ce qu’ils disent aussi, mais qui ne le dit pas, c’est que la ministre actuelle fonctionne uniquement en fonction de la com, sans écouter les soignants, ni ceux qui travaillent dans les hôpitaux, ni ceux qui travaillent en ville. Qu’il lui importe de « faire semblant » d’affronter une situation hors-norme, alors que seuls les soignants, au quotidien, l’affrontent, et que cette situation n’est pas « hors-norme », elle est en grande partie la conséquence de choix administratifs et financiers faits en amont. Pour incise, je noterai qu’actuellement la situation du National Health Service anglais est catastrophique, du fait des coupes budgétaires répétées des gouvernements conservateurs qui se sont succédés et de la débilité mentale du ministre qui ne cesse de désigner comme coupables de la catastrophe actuelle les jeunes internes et les généralistes.

Je n’ai pas abordé un sujet qui impacte fortement le quotidien des malades: la désertification médicale en cours, que nombre d’entre nous, médecins, avons prévu de longue date, pour laquelle nous n’avons eu de cesse de tenter de prévenir nos ministres de tutelle ou les ARS, sans que celles-ci ne se saisissent du problème, ou uniquement pour hurler qu’il faudra des mesures coercitives pour forcer à s’installer dans des zones désertes des médecins… qui n’existent pas. Très schématiquement, l’absence d’investissement sur les conditions d’exercice de la première ligne de soins: (médecins généralistes, infirmiers libéraux, kinésitherapeutes de ville) , amène à la disparition progressive de la médecine générale, et amène de nombreux patients supplémentaires à considérer « les urgences » comme leur premier recours (et je ne les en blâme pas).

Capture d’écran 2017-01-14 à 11.31.24.png

Au moment où l’Ordre des Médecins lui-même, par la bouche de son Président, le Docteur Bouet, un homme de qualité ( non non, je vous jure, je ne cherche pas un poste, je le pense vraiment), envisage de rendre la vaccination antigrippale des personnels de santé obligatoire, je conclurai cet article bien incomplet en signalant quatre études médicales canadiennes, mises en avant par un confrère, le Docteur Yvon Le Flohic… Ces études ont révélé que pendant la grippe pandémique H1N1 de 2009-2010, le fait d’avoir été vacciné l’année précédente ( 2008-2009) par le vaccin saisonnier annuel antigrippal AGGRAVAIT le risque de faire une grippe pandémique sévère. Les mécanismes restent inconnus, mais rappellent que nous en savons beaucoup moins que nous ne le voudrions sur la vaccination antigrippale . Le docteur Dominique Dupagne, pas opposé par principe à la vaccination, souligne les incertitudes sur ses bénéfices ou désavantages à long termeCela signifie que la décision ou non de se vacciner doit être prise par chaque individu en fonction d’informations indépendantes, honnêtes, en tenant compte des incertitudes. Les décisions autoritaires engendrent la méfiance. Le fiasco de 2009, dont, soignants comme patients, nous payons toujours le prix, vient de l’imposition par les politiques de conduites inadaptées décidées par des conseillers aux multiples casquettes.

La médecine, les soins, ne s’imposent pas.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu