La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

28/11/2012

Si vous avez moins de trente ans, vous connaissez probablement "No Pasaràn"...

Marina-Ginesta.jpg

 

Si vous avez moins de trente ans, vous connaissez probablement No Pasaràn pour l’avoir lu, et peut-être même étudié, au cours de votre scolarité. Ce que vous ne savez probablement pas, c’est que ce livre a connu une suite en 2005, intitulée Andreas, le retour. La trilogie se conclut cette année avec la parution de No Pasaràn, Endgame. L’occasion de (re)découvrir une œuvre qui mérite qu’on s’y attarde.

Lorsque Thierry, Eric et Andreas s’échappent lors d’une sortie scolaire à Londres, ils sont loin de se douter des conséquences de leur geste. A la vue d’un insigne présent sur le blouson d’Andreas, le propriétaire d’une mystérieuse boutique de jeux vidéo leur remet une étrange disquette : L’Expérience Ultime. Mais il ne s’agit pas d’un simple jeu…

De ce point de départ somme toute assez classique, l’auteur déploie une trame narrative très cohérente qui s’appuie sur des personnages forts. Impossible de ne pas retrouver notre moi adolescent dans les trois personnages principaux, dont les préoccupations sont très terre-à-terre : entre les jeux vidéos, les filles et le prochain contrôle de maths, on se croirait de retour au collège.
Mais ces enfants (à 15 ans, le sont-ils encore vraiment ?) vont être brusquement confrontés au monde des adultes à travers sa plus terrible incarnation : la guerre.

De la Première Guerre Mondiale à l’Irak en passant par la Guerre Civile Espagnole (dont provient le titre du livre), l’Expérience Ultime transportera Thierry, Eric et Andreas au cœur des pires horreurs, leur révélant ce qu’ils sont au fond d’eux-mêmes. Forcés de devenir des hommes pour affronter le monstre qui se cache parmi eux, les trois amis n’en sortiront pas indemnes.

Le jeu vidéo constitue la porte d’entrée de l’univers de No Pasaràn, et on sent que l’auteur est aussi un joueur : entre les passages à la première personne de Doom et les caractéristiques techniques des ordinateurs des collégiens, on est véritablement plongé tête la première dans le jeu.
Si le livre nous passionne autant, c’est parce qu’il nous montre un univers que nous connaissons bien de manière crédible, ce que les autres livres exploitant le jeu vidéo n’ont jamais réussi à faire. Bien sûr, on ne peut réprimer un sourire quand Andreas se demande ce que donnera le jeu sur « son écran géant de 17 pouces », la technologie ayant évolué depuis 1996, mais on réalise également que les problématiques liées au média n’ont pas changées.

Il aura fallu seize ans pour que la trilogie No pasaràn s’achève. Seize ans qu’il est impossible de sentir passer au fil de la lecture tant l’écriture de l’auteur est constante, mesurée, précise tout au long des pages qui défilent sans qu’on s’en rende compte.
Les jeux vidéos, la peur de l’autre, le rejet de la différence, la famille… autant de thème abordés avec justesse par l’auteur, qui agrandit sa galerie de personnages au fur et à mesure de l’histoire sans jamais perdre en cohérence. Les diverses pistes scénaristiques finissent par converger dans un final qui sublime l’ensemble de la trilogie en ne laissant rien au hasard.

No Pasaràn est un livre essentiel. Non seulement parce qu’il se montre intransigeant avec son lecteur, mais surtout parce que son message est aussi simple que trop vite oublié : l’Histoire n’est que le reflet de l’humanité, et il ne tient qu’à nous d’apprendre de nos erreurs. Christian Lehmann désirait « viser haut et frapper fort ». Pari réussi.

Par Cyril Martin

 

photographie originale de Maria Ginesta sur le toit de l’Hôtel Colon à Barcelone en 1936, par Juan Guzman. Maria Ginesta est toujours vivante, à Paris, en 2012.

No Pasaràn, Maria!

maria aujourd'hui.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu