La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

31/10/2012

Marisol Touraine, les assureurs lui disent "Merci!"

Je reviendrai longuement ( hélas) sur la situation du système de santé en France.

Sur les mirifiques aventures de Marie-Chant... Marisol au pays des docteurs.

Pour aujourd'hui, je dépose juste une pièce à conviction, montrant que les amis assureurs de Marisol et Flanby ont parfaitement compris le parti qu'ils pouvaient tirer de l'incroyable imbroglio politico-sanitaire créé de toutes pièces par la Ministre, pour de pures raisons d'affichage politique, avec l'imposition d'un "accord historique" foireux sur les dépassements d'honoraires.

Ce document, qui laisse à penser que la consultation du généraliste ( ce pelé, ce galeux, ce branleur expédiant ses patients en cinq minutes pour mieux profiter de son après-midi de golf) atteindra bientôt 60 euros ( quand l'immense majorité, près de 90% des généralistes, est en secteur 1, au tarif économiquement dérisoire et intenable de 23 euros) est typique de l'atmosphère de défiance actuelle fomentée par la Ministre et ses conseillers, instrumentalisée par les assureurs à la tête de ce qui fut la Sécurité Sociale. Il révèle l'opacité tarifaire actuelle, et le bénéfice que sauront en tirer les plus "malins".

 

mercimarisol2.jpg


26/10/2012

Avec Marisol, le changement c'est maintenant!

vaillant-pigeon-de-combat-vaillant-pigeon-.jpg

 

 

Cruel dilemne.

Cruel.

Dilemne.

Je n'ai pas trop envie de me faire chier, voyez-vous.

Je n'ai pas trop envie de me faire chier à décortiquer en quoi et comment l'accord sur les dépassements d'honoraires signé hier 25/10/2012 est une merde sans nom, un simple affichage politique de Marisol Touraine, l'incompétence à visage humain, selon le principe sarkozyste bien connu qui veut que "LA REALITE N'EXISTE PAS,IL N'Y A QUE LA PERCEPTION QUI COMPTE" ( copyright Laurent Solly, directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, 2007).

Je n'ai pas trop envie de me faire chier, et pourtant... et pourtant ne pas nommer les choses, ne pas dénoncer la manipulation nauséabonde, serait participer au mal.

Donc, la flemme étant excellent conseillère, j'ai eu une petite idée.

D'où le texte que vous allez lire, lentement:

"Juste un petit mot aujourd'hui pour commenter, très brièvement, ce que la Presse qui Ment a qualifié d'accord historique sur les dépassements d'honoraires. (J'utilise le terme générique rendu familier par le Plan B, le terme exact: "la Presse Qui Retranscrit des Communiqués de Presse Sans Enquêter un Instant Sur le Fond du Problème Surtout S'il S'agit de Social, le Social c'est Pas Très Sexy, hein Laurent?"... étant un peu long)

D'accord historique, il n'y a pas.

D'accord, il n'y a pas non plus.

Les deux syndicats médicaux les plus proches du pouvoir en place ( ne me cassez pas les burnes, chers confrères, les preuves sont légion...), les deux syndicats "médaillés" de la Légion d'Honneur pour service rendus ( à la France? à l'UMP? à vous de choisir ;-), ont donc signé jeudi ** Octobre au soir, in extremis, un PROTOCOLE D'ACCORD alambiqué, totalement vide de sens, avec l'UNCAM (Union Nationale des Caisses d'Assurance-Maladie), personnifiée par son directeur, Frederic Van Roekeghem, ancien cadre d'AXA ( Putain, je ne me lasse pas de le répéter) placé là en Août 2004 par Jacques Chirac (ami dévoué et attentif de Claude Bebear, lui-même ancien PDG d'AXA, voyez comme petite est la planète, et bien humaniste la récolte de pièces jaunes par des sportifs cornaqués à front bas) en tant que proconsul ( celui qui dit EPAD prend une baffe).

 

chassang.jpg

Pourquoi cette signature? Parce que ******* avait fait un caca nerveux en sommant ces larrons de s'entendre avant le ** Octobre minuit... sans ça le Parlement légifèrerait.

Il faut comprendre qu'effectivement, l'explosion des dépassements d'honoraires ces dernières années fait désordre, et que sa Majesté sent bien que le peuple y rechigne, parce que ça devient trop voyant. Donc après les franchises sur les soins, les diverses autres ponctions dans la poche des malades, ** devait absolument FAIRE SEMBLANT de légiférer, de taper sur la table, de défendre les petits, les sans-grade qui comme lui n'ont que du saumon cellophané à manger, contre les pires abus.

Sauf que, pas de bol, tout ceci c'est du flanc.

Oui, les dépassements d'honoraires ont augmenté, et particulièrement depuis la convention signée en Janvier 2005 entre les compères d'aujourd'hui, convention qui a laminé la médecine générale ( qui ne s'en relève et ne s'en relèvera pas) et habitué même les spécialistes de secteur 1 à la pratique des dépassements, puisque ceux-ci, jusque là réservés aux seuls médecins du secteur 2, étaient autorisés en cas d'accès direct du patient. ( Rappelons à ceux qui feignent de l'ignorer que le fait d'appartenir au secteur 2 n'est pas en soi un gage de quoi que ce soit, les médecins avaient le droit de choisir leur secteur, bien cons ceux qui ont cru à la pérénnité d'une assurance-maladie solidaire et ont choisi le secteur 1 et se sont tenus au tarif Sécu pour faciliter l'accès aux soins de leurs patients... je le sais, j'en fais partie).

Ayant mis en place un parcours de soins labyrinthique d'une totale opacité tarifaire, les mêmes compères font aujourd'hui semblant de s'entendre sur un protocole d'accord tout en confiant en douce qu'il s'agit d'une signature sous pression politique ( ce dont ils ont l'habitude malgré leur refrain jamais périmé du libéralisme à visage humain ;-), et alors que l'UNCAM est infoutue d'assurer que les complémentaires ( mutuelles et assurances) joueront le jeu du remboursement partiel des dépassements dans ce secteur optionnel que ** appelle de ses voeux ( pieux).

Le problème reste entier, pour les chirurgiens de secteur 1, par exemple, le tarif de certains actes courants n'ayant pas été réévalué depuis des dizaines d'années et le progrès des techniques et les exigences justifiées d'asepsie et de personnel ne leur permettant pas de travailler sereinement. Dans un système cohérent, ce ne serait pas aux complémentaires d'intervenir, mais à l'assurance-maladie ( ex Sécurité Sociale) de négocier les tarifs avec les chirurgiens secteur 1 pour permettre un exercice cohérent. Mais il en est des chirurgiens du secteur 1 comme des généralistes: ces imbéciles dérangent, ils ne sont pas assez chers!

Car le but n'est PAS, soyons clair, d'améliorer l'accès aux soins des assurés, mais, brique par brique, de foutre en l'air l'idée même d'une assurance maladie solidaire et d'ouvrir le vaste champ de la santé aux complémentaires. Qui, pour nombre d'entre elles, tout en bêlant un credo mutualiste, ne désirent qu'une chose: régner sur un système assurantiel à l'américaine, dont seront exclus les gagne-petits.. Pourquoi croyez-vous que certaines mutuelles de la très noble Mutualité Française ( un parangon de vertu républicaine) remboursent les dépassements des spécialistes de secteur 2 mais rechignent à pratiquer le tiers-payant pour le généraliste ( alors qu'elles l'acceptent à l'hôpital, en pharmacie, bref... partout ailleurs)?

Les complémentaires vivent de et par les dépassements d'honoraires, qui peu à peu poussent les Français à considérer comme indispensable une couverture assurantielle complémentaire au fur et à mesure que la protection sociale solidaire s'étiole. Dans ce nouveau système qui se met en place, le con de généraliste secteur 1 à 23 euros qui gère en moyenne trois demandes médicales par consultation casse les prix, ne génère pas de flux. Ce qu'il faut aux actionnaires des assurances complémentaires, ce sont des dépassements suffisamment importants pour inciter les Français à s'assurer, mais dont le montant soit plafonné afin de connaître d'avance le ratio des profits à venir. C'est l'enjeu du secteur optionnel qu'ils cherchent à mettre en place dans cette gigantesque partie de bonneteau.

Pourquoi croyez-vous que lors de son discours annonçant son souhait de "confier aux complémentaires" de plus grandes tâches, ** a choisi de s'afficher aux côtés d'un **, de la Mutualité Française, ravi, sinon afin de s'entourer de "mutualistes" plus photogéniques que ne le sont les sbires des assurances privées. C'est sûr que faire la même annonce au côté de Claude Bébéar, ou de ** Guillaume Sarkozy ( de chez Médéric) aurait pu faire tousser.

requinsmedef.jpg

 

PS: Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit. Il existe des mutualistes, des mutuelles, honnêtes, pénétrés de l'esprit de 1945, et désirant seulement apporter une protection complémentaire à leurs adhérents, plutôt que de régner sur le secteur Santé. Il en existe. Et pour eux comme pour la médecine générale, la messe est dite."

050816_valiant_hmed3p.grid-6x2.jpg

Bon. Vous avez lu. Vous vous dites: et alors?

Et bien asseyez vous.

Ce texte, où j'ai simplement posé quelques ** pour vous laisser lire d'un trait...

Ce texte sur un accord historique sur les dépassements d'honoraires signé sous pression politique par un ancien directeur d'AXA passé à la tête de l'Assurance-Maladie, et deux syndicalistes médaillés pour services rendus...

Ce texte date du 17/10/2009, soit IL Y A PLUS DE TROIS ANS, sous le règne de Nicolas Sarkozy. Prenez le temps de vérifier

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2009/10/17/comment-nagy-bosca-1er-terrassa-les-depassements-d-honoraire.html

et de digérer l'info. Mêmes partenaires fiables, même manipulation, même entourloupe, même effet d'annonce sur des patients qui n'en peuvent mais et des médecins de secteur 1 laissés à l'abandon. Décidément, avec Marisol Touraine... le changement c'est maintenant....

29231_marisol-touraine_440x260.jpg

Au fait, Marisol... bon week-end...

24/10/2012

Négociations sur les dépassements d'honoraires: le foutage de gueule atteint la côte d'alerte

ShrinkSafeRedHighAlertBandsWhiteBackgroundweb.jpg



Franchement j'ai pas envie.

Non, franchement.

J'ai autre chose à faire.

Mais le niveau de foutage de gueule, là, atteint des sommets.

Alors en attendant, éventuellement, d'y revenir ( mais il va vraiment falloir de l'énergie), allons à l'essentiel.



Le théâtre de guignol des "négociations" entre syndicats médicaux, assurance-maladie sous tutelle et ministre prête à toutes les manipulations et à tous les affichages politiques pour masquer son incompétence crasse, est une insulte. Insulte aux médecins, insulte aux patients.

Aucun accord n'a été signé hier sur la question des dépassements d'honoraires ( une question minée, dans laquelle s'imbriquent, au-delà du reste à charge pour les patients qui n'en peuvent mais, deux éléments rarement pris en compte: le fait que les tarifs opposables imposés par l'assurance-maladie en secteur 1 ne correspondent plus à aucune réalité économique*, et le fait que longtemps ces mêmes dépassements d'honoraires ont fait la fortune des complémentaires, assurances et mutuelles confondues, en leur ramenant des clients).


Aucun accord.

La négociation avait débuté vers 19 heures le lundi 22/10/2012.

Elle s'est terminée une première fois en début d'après-midi le lendemain sur le constat d'un profond désaccord entre les parties.

Alors que certains présidents de syndicat étaient déjà dans le train ou dans l'avion, tout ce petit monde a été rappelé à la table des négociations par Marisol Touraine, catastrophée à l'idée de ne pas pouvoir annoncer qu'elle avait sauvé le système de santé français avec ses petits bras.

Après près de 24 heures de négociations fumeuses, soit après quasiment 36 heures de veille pour les participants ( ce qui selon des études scientifiques équivaut à la présence d'un gramme d'alcool dans le sang), les présents ont simplement signé un relevé de conclusions expliquant que le texte présenté par l'assurance-maladie et discuté 36 heures durant serait présenté aux adhérents des syndicats médicaux pour qu'ils donnent leur opinion. Il n'y a donc, à ce jour, aucun accord signé, et le texte, quand on le décortique, est une merde sans nom, pour les médecins comme pour les patients ( je ne parle même pas du système de santé dans son ensemble)

Les tarifs opposables du secteur 1 ne sont pas revalorisés, l'Assurance-maladie accorde quelques aumônes à la marge ( du genre 5 euros sur les consultations des + de 85 ans, ou 2 barres chocolatées par an pour la tenue du dossier d'un patient de plus de soixante ans). Avec ça, nul doute que la désertification médicale a de beaux jours devant elle.

Les dépassements d'honoraires sont entérinés comme étant de simples compléments d'honoraires dûs à l'indigence des tarifs opposables, et un plafond acceptable à deux fois et demi le tarif Sécu est proposé... en province ( histoire de ne pas pénaliser les grands pontes parisiens ni le frère de la ministre, qui prend 6 fois le tarif Sécu)

Tout ceci pour dire, que si à la télévision ou dans les journaux vous voyez passer un gras représentant médical expliquant à qui veut l'entendre que c'est un accord historique, vous êtes en train de vous faire enfler.

 

v_240x180_1351010543282_147265_IMG_36735_HR.jpg

 

* Sur le fait que les tarifs opposables en secteur 1 ne permettent plus à la médecine de ville de survivre, et sont l'une des causes primordiales de la désertification et de l'absence d'installation des rares nouveaux diplômés ( seulement 9%...), il suffit de constater que mêmes subventionnés, les centres de santé mutualistes ferment ou agonisent, le tarif actuel de la consultation médicale en secteur 1 ne permettant pas d'atteindre l'équilibre financier. Les habituelles explications foireuses " oui mais nous on fait de la prévention et du tiers-payant, pas comme les méchants généralistes du secteur lucratif" ne tiennent pas une seconde l'analyse, nombre de généralistes pratiquant prévention, tiers-payant, et tutti quanti sans tirer à eux pour autant le drapeau des ordonnances de 1945.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu