Avertir le modérateur

31/01/2012

A la cafeteria, si on vous demande: "T'as vu le Président à la télé?"...

nicolas sarkozy,je me plante en direct-live,pardon peter dinklage pardon

28/01/2012

Yippee ky-yai, motherfucker!


 

Hans-Gruber.jpg


On peut avancer dans la vie avec quelques certitudes.

Quelques mantra qui aident à affronter la dureté des temps. A faire sens là où seuls le chaos, la démence et la cruauté aveugle semblaient régner. 

Parmi ces aphorismes pour temps difficiles, deux me restent constamment en mémoire:

"Quand lama pas content, lui toujours faire ainsi".

et

"Quand toi vouloir fuir vite fait dancing en flammes, toi demander Alain Minc la sortie puis partir en direction opposée"

Alain Minc, tiens, le plagiaire servile, le conseiller de l'ombre des puissants, l'homme qui réussit ( maximum respect) à faire payer plus cher même qu'Attali ses conseils foireux...

Alain Minc, dans Liberation, expliquant que "le chef de l'Etat a une petite chance sur deux". *

Ceci quarante-huit heures à peine après qu'Alain Juppé, sorti en catastrophe de la naphtaline pour affronter le candidat socialiste, ait clairement laissé entendre que c'était plié en utilisant à plusieurs reprises le futur, et non le conditionnel, en s'adressant à Hollande: "On verra ce que vous ferez.." etc...

Juppé l'a t'il fait exprès, ou est-ce le signe de la lassitude désabusée des membres de l'UMP encore capables de regarder la réalité en face, et la détestation que suscite Nicolas Sarkozy et son clan? Je n'en sais rien. Mais je sais que c'est plié. C'est évident depuis des mois. Des mois.

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2011/03/22/aux-portes-de-l-abattoir.html 

( article de mars 2011!)

D'où les aboiements désespérés des loubards UMP, les tentatives, vaines, contre-productives, de créer des "affaires": Hollande serait trop mou, puis Hollande aurait "traité" le Président, puis Hollande serait arrogant ( de ne pas avoir repris Juppé qui l'adoubait...). Des affaires sensées faire oublier Woerth, Wauquiez, Bettencourt, Copé, Takkiedine, Hortefeux, Courroye, toutes les gamelles que traîne le clan au pouvoir depuis cinq ans...

Le storytelling sarkozyste donne ses derniers feux: le Président le plus narcissique que la France ait jamais eue, l'homme politique le moins lucide, le moins doué pour l'analyse ou l'introspection, dont nous nous soyons dotés... se livre aux petit jeu du "off", et livre ses regrets aux journalistes, qui passent le message subliminal: Sarkozy est humain, Sarkozy est troublé.

Sarkozy n'est pas seulement ce bouffon énonçant qu'au lendemain de son élection il se retirera pour méditer chez les moines trappistes, pour ensuite faire la fête au Fouquet's et sur le yacht de Bolloré! Non, Sarkozy est un vrai Renaissance-man, capable de marier l'action échevelée et la réflexion philosophique, un peu comme un mélange de Bruce Willis et de Luc Ferry, voyez.

Et vas-y de la liste des regrets qui n'en sont pas, du catalogue d"erreurs" reconnues à mi-voix.

Sarkozy ne regrette pas d'avoir complaisamment servi le Capital et la finance, d'avoir sciemment enculé les pauvres, taxé les faibles, responsabilisé les cancéreux. Non, Sarkozy s'en veut... de ne pas avoir suffisamment "protégé" Rachida Dati et Rama Yade, pauvres petites choses fragiles, icônes de la diversité à deux balles.

Mais regardez comme il a bon coeur, ce petit personnage disgracieux... On dirait que Sarkozy nous la joue Tyrion Lannister, l'intelligence, le charisme et le sex-appeal en moins...

tyrion-lannister-game-of-thrones-17921018-500-255-1-_595.jpg

Et c'est pas fini. Sarkozy regrette... de ne pas avoir assez protégé son fiston, Jean, le gommeux qui voulait faire président de l'EPAD de la Défense avec son bac en poche**: "Jean en a bavé, il en a beaucoup souffert. Moi, je n'ai pas vu venir. je ne pensais pas que cela tournerait comme cela". 

Non mais voyez comme cet homme souffre, voyez comme elle est dure, la vie du clan népotiste. Le fiston en a bavé, le papa en a souffert mâlement aussi mais sans rien dire, les grandes douleurs sont muettes, Liliane je dirais pas non à une petite coupe avec l'enveloppe, comme la semaine dernière...

En même temps, en lisant ça, tu as envie de lui dire, au Président: ben si tu n'as rien vu venir en essayant de placer ton propre fils comme un vulgaire dictateur de seconde zone, peut-être qu'après la branlée à venir tu pourrais faire Alain Minc, comme boulot...

Donc Sarkozy regrette, et ce faisant démontre sa grandeur d'âme à des journalistes ébaubis.

C'est plié, disais-je. Les mecs sont tellement à la ramasse qu'ils sont capables de faire enlever les affiches de Stéphane Guillon dans le métro. C'est dire le niveau...

Alors ici ou là, est-ce pour entretenir le suspense, vendre du papier, ou est-ce vraiment de l'aveuglement, l'habitude d'avoir trop prêté l'oreille aux Xavier Bertrand, Claude Guéant, Jean-François Copé et autres Henri Guaino, les media nous serinent qu'attention, on pourrait voir ce qu'on va voir, l'animal a plus d'un tour dans son sac, le storytelling sarkozyste nous réserve encore des surprises.
Bouffonneries.

Dernière annonce en date: Angela Merkel participera aux meetings de Sarkozy! Wow! J'imagine déjà l'afflux de spectateurs par cars entiers! Mieux que le retour en résille et guépière d'Annie Lennox!

Eurythmics_01.jpg


La messe est dite. On est au cinéma, dans la grande salle. Tout près de l'écran. C'est un nanar, qu'on a vu dix fois, mais un nanar jouissif. On cale le pop-corn sur les genoux, on allonge les jambes, et on profite. C'est la dernière bobine, le pay-off. La scène finale. On a attendu cinq ans, putain. CINQ ANS. Alors on se détend, maintenant, et on apprécie chaque seconde de ces quatre-vingt-dix jours à venir. 

C'est la dernière bobine de Die Hard. Hans Grüber, le méchant très méchant mais sophistiqué et sexy, va bientôt passer par la fenêtre en hurlant. On sait que ça va arriver, on savoure d'avance.

Yippie Ky-yai, motherfucker! 

images.jpeg

 

* Des gens paient pour ce genre de truc, dépensent leurs stock-options à ça, mystère de la Finance...

** A l'époque, Julien Dray avait pris courageusement la défense du clan Sarkozy, au nom du droit autoproclamé de l'élite à placer ses enfants sans affronter la colère aveugle du populo.

Dans la série "On avait dit, pas le physique", la rédaction de ce blog voudrait présenter ses excuses à Alan Rickman, Annie Lennox et Peter Dinklage pour des comparaisons peu flatteuses. 

26/01/2012

La revanche du rameur

couverture-lrdr-640-195x300.jpg

Je connais Dominique Dupagne depuis des années, cette recension de son livre «  La revanche du rameur » pourra donc être suspectée de copinage, petit renvoi d’ascenseur entre amis.
Je m’en contrefous.

La première fois que j’ai vu Dominique Dupagne, c’était dans les locaux du Conseil de l’Ordre, à Paris.
C’était la première fois que j’y mettais les pieds, et la première fois que j’assistais à une audience judiciaire, qui plus est dans une juridiction d’exception.
Dominique était là parce qu’il avait secoué le cocotier, et énervé un « notable de la ménopause », comme seraient ensuite appelés ceux qui pendant des années, sponsorisés par Big Pharma, avaient porté la bonne parole de l’industrie sur les remarquables effets positifs du traitement hormonal substitutif de la ménopause, en passant sous silence les études de plus en plus nombreuses et concordantes sur les effets indésirables sévères de cette thérapeutique.
L’Ordre a relaxé Dominique Dupagne, ce qui m’a étonné. Je ne donnais pas cher à l’époque, de la peau d’un donneur d’alerte, dans le milieu médical, et c’est avec une certaine trépidation que, quelques années plus tard, je publierai « Patients si vous saviez » ou « Les fossoyeurs », après multiples relectures médicales et juridiques pour éviter le risque de procès.
L’Ordre a relaxé Dominique Dupagne, son contradicteur s’est ridiculisé, et j’ai poussé un soupir de soulagement.

Lorsque DD m’a parlé de son projet de livre, j’ai été séduit, comme l’a sûrement été son éditeur. Je croyais savoir à quoi m’attendre. J’avais tort. « La revanche du rameur » n’est pas le livre que j’attendais, sur les errances de la médecine. Pas seulement. C’est beaucoup plus. C’est la vision profondément iconoclaste que porte sur la société quelqu’un qui pense différemment, clairement pas pareil, et éclaire le chemin d’une manière inattendue, insoupçonnée.

qualite.jpg



DD ne décrypte pas seulement le monde médical, mais l’ensemble de notre société. Il décrypte la manière dont le mal dominant s’est infiltré partout, érigeant en dogme la démarche-qualité, cet avatar inventé par les experts du Powerpoint pour mieux masquer leur totale, indécrottable, pitoyable inadéquation au réel. Le réel, explique DD, c’est le moment où les choses dévient, où « the best-laid schemes of mice and men », les plans les mieux élaborés des souris et des hommes, se heurtent au mur de la réalité. Ce moment où seule l’intelligence du quotidien, la confrontation au terrain, permet à l’homme d’avancer. Or, DD le décrypte de manière magistrale, il n’importe pas au mal dominant, aux hommes en gris qui croient gouverner nos vies, d’avancer, d’améliorer les choses, de progresser : il leur importe seulement de prévoir, d’anticiper , de bloquer, dans des mémos et procédures plus abscons les uns que les autres, l’imprévisible, la vie, l’intelligence des rameurs.

Lire « La revanche du rameur », c’est découvrir les clés d’un univers qui nous semblait jusque là foncièrement injuste et incompréhensible. C’est, pour ceux qui résistent d’instinct, à leur niveau, sans savoir pourquoi la machine les broie, la possibilité de comprendre et déconstruire enfin le système qui les oppresse, et la perversité de ce système.

Vous n’êtes pas fous.
Vous n’êtes pas seuls.
Vous n’êtes pas paranoïaques.
Vous êtes réellement confrontés à un système absurde, obscène, inhumain.
Et vous avez, nous avons, les moyens de lui résister, de l’abattre.
Ca commence ici.

 

La revanche du rameur, sortie le 16 février 2012, aux éditions Michel Lafon.

http://www.larevanchedurameur.com/

24/01/2012

Hervé "Moron" Morin, 1% pour rester propre

Entre ici, Hervé Morin, avec ton terrible cortège…

morin2012.jpg



Hervé Morin, candidat à la présidentielle, crédité de 0% de suffrages.

Hervé Morin dont on attend d’un moment à l’autre qu’il se rallie à Sarkozy, au motif que le président sortant, qu’il vilipendait encore récemment ( après avoir été son ministre et bénéficié de ses largesses pendant des années sans moufter), aurait « changé », une énième fois: "Son comportement à la tête de l'Etat a changé. Je constate que ce que j'appelle la sobriété du pouvoir, il l'a mise en exercice"


Et il n’y  a pas qu’Hervé Morin pour nous vendre cette soupe, ( dans ce billet il sera beaucoup question de soupe, je vous préviens).

Le numéro 2 du Nouveau Centre, l’une des têtes du parti ( ne riez pas), Jean-Christophe Lagarde, célèbre jusque dans sa circonscription, ( si connu qu’une recherche Google Images ramène une photo de Christine Lagarde de dos devisant avec Jean-Claude Trichet)  lâche Morin et vient soutenir Sarkozy au motif que « Sarkozy est entré dans ses habits de Président ». A trois mois de la sortie du mandat, c’est inespéré! Et une bonne raison de se rallier, effectivement.

A moins que la contre-performance de Hervé "Pour trente deniers t'as plus rien" Morin, l’homme qui trahit Bayrou pour un poste, et du Nouveau Centre, le parti microscopique qui trahit Bayrou pour récupérer à l’Assemblée un financement de l’Etat*, n’ait contraint ses députés à envisager de sauver les meubles, de retourner à la soupe. La posture du rebelle vent-debout contre les insupportables dérives du sarkozysme aura tenu quelques mois, et retour à la niche.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/05/05/herve-morin-raille-la-girouette-sarkozy_1517592_823448.html

Au moins Christine Boutin a-t-elle la décence de menacer s’allier avec Bayrou, plutôt que de se tourner vers l’UMP. La laisse de Hervé Morin est apparemment encore plus courte.

Hervé Morin, donc, superbe comme toujours. Egal à lui-même et à sa réputation. Dans un discours récent, en présence d’anciens combattants, le VRP de Dassault,  né en 1961 clamait «  avoir vu débarquer les Alliés en Normandie ».

 

morin2.jpg


La sortie risible a fait le bonheur du web, MorinMcFly étant canonisé sur Twitter, en référence au personnage joué par Michael J.Fox dans retour vers le Futur.

https://twitter.com/#!/search?q=%23MorinMcFly

Mes préférées ?

 

morin.jpg



« Le plus dur lorsqu’on a construit la Muraille de Chine avec le Nouveau Centre, ça a été de porter les pierres »

« Je ne peux pas parler d’avant le Big Bang parce que j’ai signé une clause de confidentialité »

« Judas ? C’était comme un fils pour moi, je lui ai tout appris »

Dans le Parisien, quelques autres blagues pas piquées des vers, et la vidéo de la bourde historique de Morin, dans laquelle euh.. on se rend compte euh... qu'il est, euh... de plus, un orateur euh... absolument euh... lamentable...

tinyurl.com/72b3nkz


Et comme un con, ça ose tout, Hervé Morin tweete en guise d’auto-justification ( ces gens-là ont toujours une auto-justification en réserve, c’est le principe même de la sarkolangue, qui, je le rappelle, est la capacité à nier fermement le lendemain ce qu’on affirmait la veille » :

« Quand on est normand, les croix blanches font partie de son ADN »


Et bien je vais te dire, mon gars, si l’on passe sur ton incertaine maîtrise de la syntaxe, ça fait sens, ce message sur ton patrimoine génétique.

Ca fait sens.

moron_in_utero.jpg



* Rappelons qu’en 2007, pour récupérer un financement de l’Etat alors que son parti, le Nouveau Centre, ne répond pas aux critères nécessaires, Morin a contourné la loi en s’alliant à un parti polynésien afin de bénéficier d’une disposition dérogatoire, qui va lui voir empocher chaque année 950.000 euros.

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2007/12...


Epilogue: Selon l'AFP, Hervé Morin a rencontré Nicolas Sarkozy il y a quatre jours. "Preuve d'un éventuel accord, une source parlementaire UMP a affirmé à l'AFP mardi ( aujourd'hui, NDLA) que le parti présidentiel n'investira aucun candidat aux législatives face à Hervé Morin dans l'Eure alors qu'il en présentera face aux députés NC ne soutenant pas Nicolas Sarkozy." CQFD. Hervé Morin, l'homme qui se trahit lui-même, plus vite que son ombre. 

16/01/2012

La perte du triple A: comment s'en battre les c******s...

J’adorerais enfoncer SarkozYYY un peu plus.

J’aimerais bien hurler que le pathétique Président que la France s’est offerte il y a cinq ans est responsable de notre dégradation financière par les agences de notation, de la perte de notre triple A, qui, comme le dit le toujours clairvoyant Alain Minc « est un trésor national ».


Malheureusement SarkozYYY, il faut bien le reconnaître, n’y est pas pour grand-chose.

20071106.WWW000000565_11535_1.jpg


Il a dégradé beaucoup de choses, certes, à commencer par sa fonction. Il a abaissé l’image de la France à l’étranger, dégradé les rapports au sein de la société entre les citoyens qu’il n’a eu de cesse de cliver, il a avili une certaine idée de la morale publique, miné les finances du pays… mais il n’est pas plus responsable de la dernière manipulation en date par les agences de notation que ne l’est François Hollande.

La dégradation du triple A, je m’en bats les couilles, et vous devriez, aussi.
A moins de vous appeler Alain Minc et de faire votre fonds de commerce, entre deux plagiats serviles, de conseils onéreux à ne surtout pas suivre.

Les agences de  notation sont aux mains des banques anglaises et américaines, des financiers de la City et de Wall Street, qui s’ingénient depuis des années à tenter d’attiser les craintes des investisseurs dans la zone Euro pour continuer à maintenir la fiction d’un Royaume-Uni en pleine forme et d’une Amérique en passe de sortir de la récession.

L_24344fd8-35bd-bc04-493b-6f284a1a59a4.jpg


La réalité au Royaume-Uni est bien différente, elle est catastrophique. Pour tailler à la serpe dans les dépenses publiques, David Cameron, sorte de clône maigre de Xavier Bertrand, a beau inventer le concept fumeux de « Big Society », une grande société de l’entraide bénévole qui prendrait le relais d’un Etat censément trop présent, la dette anglaise cumulée, essentiellement liée au secteur financier, représente aujourd’hui 900% du PIB.


Les municipalités américaines, les Etats américains, sont au bord de la faillite. Le chômage explose aux Etats-Unis, dont la Banque Fédérale est contrainte de pratiquer du "Quantitative Easing", mot orwellien pompeux désignant la vieille « planche à billets », et cette technique qui eût payé dévalue aux yeux des investisseurs étrangers la monnaie de singe avec laquelle trop longtemps les Etats-Unis les ont payés.

A chaque nouvelle difficulté sur le front du dollar et de la livre, les agences de notation, la City, Wall Street, pointent le doigt sur l’Europe en déliquescence, de la Grèce à l’Espagne en passant par la France, et déclenchent les prévisions apocalyptiques d’une tribu d’économistes libéraux bêlants, incapables de comprendre ou d’admettre que la main invisible du marché qu’ils ont vénéré à genoux pendant des décennies ne recouvre qu’un pouvoir financier occulte malfaisant qui exerce son emprise sur les peuples ( dont les anglais et les américains), et auquel il est grand temps de faire rendre gorge.

Dernier épisode en date, après l'épisode de la décôte de la dette grecque ( que nos économistes et le toujours désopilant Laurent Joffrin estimaient impensable au moment même où elle se produisait), la dégradation de neuf pays Européens a donné lieu à l’habituelle avalanche de conneries pondues à longueur d’éditoriaux et de dépêches. Les annonces accablées sur la perte du triple A français auraient gagné à être d’emblée replacées dans leur contexte, celui d’une attaque concertée sur la zone Euro, si énorme et si globale qu’elle représentait avant toute chose un symptôme flagrant de la fébrilité des organismes financiers outre-Atlantique et outre-Manche.

Dans quelques semaines, quelques mois à peine, ceux qui hier expliquaient que le triple A devait être sauvegardé coûte que coûte, qui aujourd’hui commencent à expliquer que finalement cette dégradation n’est pas si grave, devront reconnaître qu’elle ne signifie rien. Les pays émergents ont compris bien avant nos économistes de cour les manipulations auxquelles se livrent la City et Wall Street pour tenter de faire encore acheter leurs obligations pourries. L’attaque actuelle contre la zone Euro n’aura d’autre effet que de discréditer enfin totalement les agences de notation et les places financières qui les manipulent en sous-main.

Entre-temps nous aurons perdu Nicolas Sarkozy, l’homme qui aurait sauvé l’Euro dans le monde de Oui-oui où vit Jean d’Ormesson. ( Rappelons aux sourds et malentendants que l’une des lubies du Président ultralibéral à nous qu’on a, avant son élection, c’était les subprimes, l’endettement et la vie à crédit comme moteur de l’économie…..) .

Nous vivrons dans un monde sans Sarkozy.

Nos ministres d’aujourd’hui seront chaudement recasés, en France l’incompétence, à ce niveau, ne tue pas.

Laurent Wauquiez aura peut-être un peu plus de mal à aller tendre sa sébille aux banquiers de la City, mais à part ça, rien de neuf sous le soleil.

Christine Lagarde continuera à présider le FMI.


Alain Minc continuera à pérorer dans les médias et auprès des imbéciles de demain, guère différents des imbéciles d’aujourd’hui.

aveugle.gif



PS : Je signale à toutes fins utiles à ceux qui en ont assez de la doxa économique actuelle à consulter la lettre confidentielle du GlobalEurope Anticipation Bulletin.


http://www.leap2020.eu/


La lettre est payante ( et vaut cent fois son prix), mais le site regorge d’informations et d’extraits gratuits qui vous changeront agréablement des « analyses » de Jean-Marc Sylvestre et autres grenouilles ultralibérales du Cac40.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu