Avertir le modérateur

30/09/2011

François Chérèque, des envies de femme enceinte...

Il y a des jours comme ça, tu te pinces.

Tu tombes sur un édito du "Monde", le quotidien vespéral des marchés, et sous la plume de Michel Noblecourt, tu lis:

Le coup de sang de François Chérèque.

Tu te dis: "Palsambleu, mais que se passe t'il donc? Le café était trop froid, les croissants rassis? Quel émouvant drame de la mine s'est joué dans les locaux de la CFDT?"

Et tu découvres, entre les lignes d'un dithyrambe, que François Chérèque aurait récemment levé la voix sur un plateau de France2/France3, qualifiant l'affaire de Karachi "d'affaire d'Etat". Sans blague.

L'éditorialiste continue:

"Avec le basculement à gauche du Sénat, le coup de sang de François Chérèque est passé inaperçu. Il est pourtant un nouveau signe de la rupture entre la CFDT, dont la grande majorité des adhèrents votent à gauche, et Nicolas Sarkozy. Il est vrai que tout a très mal commencé entre le président élu en 2007 et le syndicaliste. D'emblée François Chérèque refuse toute connivence avec un chef de l'Etat prompt à user d'un ton familier et à tutoyer ses interlocuteurs."

Et là, tu te pinces. Bien fort. Tu vas te réveiller. Mais non, apparemment tu ne rêves pas, et c'est du premier degré.

Noblecourt aurait pu écrire:

"Le coup de sang de François Chérèque intervient au moment où la gauche emporte le Sénat."

C'aurait eu un sens assez différent, et aurait renseigné le lecteur sur la capacité du syndicaliste à sentir le sens du vent.

Et cela aurait évité de faire passer pour un opposant de la première heure le syndicaliste "de combat ", qui, lors d’un meeting patronal le 27 Mars 2007, après avoir posé comme condition à sa venue l’absence de tout journaliste afin de parler à bâtons rompus et de livrer le fond de sa pensée aux invités du cercle patronal ETHIC présidé par Sophie de Menthon, avait déclaré : « Sarkozy nous a présenté un calendrier pour les réformes et moi et ça me va très bien. On s'y met dès juillet»

Alors, monsieur Noblecourt, je veux bien qu'aucun journaliste n'ait été invité ce jour-là ( même si Jacques Cotta, plus malin, avait forcé l'entrée comme il le relate dans son livre "Riches et presque décomplexés", chez Fayard... mais faire passer François Chérèque pour un farouche opposant de la première heure au sarkozysme, ce n'est même pas de la désinformation, c'est de la science-fiction.

 

Après avoir commis ce vilain billet plein de fiel, je suis tombé hier soir par hasard sur une affiche de la campagne de pub de la CFDT.

Bref, je me suis repincé.

 

CFDT_j_ai_des_envies_de_femme_enceinte---_je_me_syndique_a_la_CFDT.jpg

 Je me suis dit: "Les syndicalistes CFDT, ils doivent être hyper-contents de bénéficier du talent de tels créatifs... Remarque, ils ont eu de la chance, la fille aurait pu avoir envie de repeindre la chambre du bébé en jaune, pour faire ton sur ton..."

TATTWI-2.gif

 

Et puis je me suis dit: "En même temps, elle a de la chance d'être enceinte. Ca aurait pu plus mal tourner"

MedefCfdt.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29/09/2011

Octobre rose: vous reprendrez bien un peu de désinformation, comme chaque année?

Chaque année nous y avons droit.

Dans certains pays, le Royaume-Uni pour ne pas le citer, on informe les femmes honnêtement sur les avantages et les inconvénients, les bénéfices éventuels et les risques potentiels, du dépistage du cancer du sein par mammographie.

En France, non.

 

Pensez... En France, on est contre le cancer. Contre ce qui est mal, pour ce qui est bien. On ne va pas, en plus, réfléchir, ou informer.

Alors chaque année, au lieu d'informations complètes et complexes ( fort bien résumées en sept lignes - en gras- plus bas dans cet article), on a droit à des demi-mondaines semi-stars de télévision ou ex-épouses de rocker millionnaire sarkozyste domicilé à l'étranger ( excusez l'avalanche de pléonasmes) dévoilant un sein en "cover" de magazines féminins soudain tout émoustillés de se prêter à cette merveilleuse campagne de santé publique, imaginant peut-être ainsi s'absoudre du contenu indécent de leurs usuels articles à la gloire des anroexiques et des recettes amaigrissantes de grands spécialistes du régime incidemment pourvoyeurs de Mediator...


Et derrière ça, Frédéric Van Roekeghem et Hubert Allemand, à la Caisse Nationale d'Assurance Maladie, sont ravis de payer les médecins à la performance en fonction du pourcentage de leurs patientes s'étant soumises au dépistage. ( A noter que certains confrères naïfs qui ont tenté d'infléchir cette politique en arguant que la "performance" ne devait pas être jugée au nombre de mamographies mais éventuellement au nombre de femmes ayant été complètement informées et laissées libres de leur choix.... se sont vus expliquer clairement par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie qu'il n'en était pas question. Comme d'habitude, comme avec H1N1, l'information honnête du public passe après le benchmarking et les belles courbes des évaluateurs psychorigides et autres control-freaks de la CNAM)

Parfois le post d'un confrère, ou d'un ami, ou les deux, est juste parfait. Et justifie ma flemme. Vous pouvez aller lire "Octobre rose" sur le blog de Jean-Claude Grange,  et laisser des commentaires

http://docteurdu16.blogspot.com/2011/09/david-elia-nest-pas-un-sein.html

ou directement ici, sans rien laisser du tout.

jeudi 29 septembre 2011

David Elia n'est pas un sein.

 


J'écoute hier matin David Elia sur Europe 1, il est consultant de la station, et il fait l'apologie de la mammographie à l'occasion de l'opération (que le terme est bien choisi) Octobre Rose qui est annoncée ainsi sur Doctissimo.



Je suis effondré : est-ce que David Elia a un cerveau ?



Après donc une apologie sans nuances de la mammographie notre gynécologue émérite évoque les contre-arguments qu'il entend dans son cabinet de la part des femmes qui viennent consulter. Il les résume ainsi : A quoi bon ? La mammographie fait mal, Je n'ai pas envie de savoir la vérité. Et notre bon Samaritain de les rassurer, de leur dire que la mammographie permet de détecter des cancers dès les plus petites cellules (double mensonge), et d'affirmer que 75 % des cancers du sein sont désormais guéris avec des traitements de moins en moins invasifs...



A ce stade de l'écoute, je me demande si David Elia, conscient du surdiagnostic, ne se dit pas en son for intérieur qu'il a peu de temps pour communiquer et qu'il ne vaut mieux pas semer le doute dans les esprits, que le dépistage, selon lui et après avoir pesé le pour et le contre, vaut mieux que pas de dépistage du tout et que, donc, soyons positifs.



Je ne me le demande pas longtemps.



Je ne veux pas faire un procès en sorcellerie mais il faut rappeler qui est David Elia, quels sont ses antécédents et quels sont ses risques de récidive.



David Elia, gynécologue mondain, est membre de l'AFEM (l'Association Française d'Etude de la Menopause), de la SFG (Société Française de Gynécologie), et l'on trouve sur le site Carevox une DPI (Déclaration Personnelle d'intérêt) indiquant ceci : Il assure, ou a assuré par le passé, des actions d’expertise, d’assistance et de conseil pour la plupart des laboratoires pharmaceutiques impliqués dans le domaine gynécologique : Aventis, Arkopharma, Besins International, CCD, Codepharma, Ethicon, Fournier, GlaxoSmithKline, Innothera, Janssen Cilag, Lilly, Novo Nordisk, Organon, Orion, Parke Davis, Proteika Nestlé, Procter & Gamble, Pierre Fabre Santé, Roussel Uclaff, Sanofi Pasteur, Schering SA, Servier, Solvay Pharma, Theramex, Wyeth, Zambon.



David Elia a été un fort propagandiste du traitement hormonal de la ménopause (THS) et, à la suite de la publication de la Women Health Initiative Study, a fait un sec virage sur l'aile alors que les données étaient connues depuis belle lurette (ICI).



Puis il s'est lancé à corps perdu dans la défense des phyto-estrogènes (avec un livre : 50 ans au naturel. La vérité sur la révolution des phyto-estrogènes), dans la visite médicale pour la tibolone (ICI dans Doctissimo) et, plus généralement, il n'est qu'à aller le voir sur les sites féminins et sur les sites de ventes de livres sur Internet, il n'a cessé d'écrire des livres sur le bonheur de la femme après 50 ans.






Au moment où de nombreuses interrogations se font jour dans des pays démocratiques sur la pertinence du dépistage du cancer du sein (voir l'avis de Iona Heath, présidente du Royal College of General Practitioners, qui refuse le dépistage : ICI), dans des pays civilisés où il est possible de discuter médecine, santé publique et science (pardon du gros mot) et d'évoquer le surdiagnostic des cancers du sein et ses conséquences, sur les problèmes aigus de la prise en charge des cancers in situ, Monsieur le docteur David Elia ne se pose aucune question.



Droit dans ses étriers de gynécologue, lui qui favorisait le THS qui entraîne un surcroît de cancer du sein, il favorise désormais le surdiagnostic des cancers du sein.



Monsieur David Elia n'a pas d'états d'âme.



Il n'a pas lu la littérature.



Il ne connaît pas les controverses anglosaxonnes.



Il ne sait pas ce qu'est la collaboration Cochrane.



Il ne lit pas la Revue Prescrire.



Ou, pire : il n'y croit pas.



Monsieur David Elia est pourtant un grand écrivain qui aime les femmes, nous l'avons vu. Mais dans le cas précis il ne les aime pas assez pour les prévenir des éventuelles conséquences néfastes des excès de la mammographie.



L'entend-on parler de surdiagnostics ?



L'entend-on parler de tumorectomies inutiles ?



L'entend-on parler d'amputations de sein inutiles ?



L'entend-on parler de radiothérapie inutile ?



L'entend-on parler de chimiothérapie inutile ?



Non, cet amoureux des femmes ne dit rien de tout cela. Je rappelle ici les données actuelles concernant le dépistage du cancer du sein chez les femmes entre 50 et 65 ans :



"Pour 2000 femmes invitées au dépistage pendant dix ans, un décès dû au cancer du sein sera évité mais dix femmes en bonne santé seront surdiagnostiquées. Ce diagnostic par excès conduira à 6 tumorectomies inutiles et à 4 mastectomies non justifiées et placera 200 femmes dans une situation de troubles psychologiques liés aux investigations suivantes. Ainsi, le pourcentage de femmes survivantes à 10 ans sera de 90,2 % si elles ne se sont pas prêtées au dépistage et de 90,25 % dans le cas contraire."



Que faut-il encore faire pour que David Elia apprenne à lire ?



Mais il est possible qu'il ne faille pas désespérer les oncologues.



Car, sur la même station, Europe 1, le président de la Société Française de sénologie et de pathologie mammaire, un certain Richard Villet, dont on ne trouve pas la DPI sur le site (ou j'ai mal cherché), interrogé par un journaliste un plus incisif, esquive, ne répond pas, répond à côté et on finit par comprendre que les tumeurs méchantes, il vaut mieux les opérer... Le journaliste parle de bénéfices / risques, il balaie et il termine en proposant la comparaison suivante : les controverses sur le cancer du sein c'est comme pour le cancer de la prostate. Fin de partie.



Mes amis, il y a encore du boulot : du boulot pour informer sur les liens d'intérêt (il n'y a pas une loi pour cela ?), pour que les experts médiatiques apprennent à lire, pour que les grands media comprennent que le journalisme est autre chose que la répétition d'âneries...


(Photographie : David Elia - Crédit : rmc.fr)

 

 

 

 

 

26/09/2011

Même pas mâââââââl...

1934794033.jpg

En Mars 2011, alors que le troupeau UMP ouvrait des yeux bovins en découvrant les portes de l'abattoir, j'avais commis ceci:

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2011/03/22/aux-portes-de-l-abattoir.html

Six mois plus tard, et malgré mon absence d'illusion sur le Parti"Socialiste", c'est avec plaisir que j'ai senti hier soir le vent de panique souffler sur le parti présidentiel.

Mais rapidement, les ténors se sont repris. Ont donné du menton. Les Larché, Copé, Fillon, Pécresse et autres Raffarin ont répété à qui voulait l'entendre les élements de langage fournis par les communicants du Karachi Yacht Club à l'Elysée.

senato-400678-jpg_263980.JPG

Larché, soulignons-le, qui est parti au combat pour les sénatoriales hier avec un magnifique matériel de campagne sur lequel n'apparaissait nulle part le logo de l'UMP ( preuve, sans doute, du caractère universel du bonhomme, et de son refus des étiquettes, arf...)

Et donc on a vu toute la soirée, et ce jour, ces larbins d'un système en faillite mugir sur un ton martial en montant la rampe que rien n'était joué...

C'était assez jouissif...

meme-pas-mal-1242511.png

betail.jpg

 

 

25/09/2011

Quand ça Karachie gravement dans la colle...Arnaud reprend du cake

 

Ca karachie assez gravement dans la colle, en ce moment, dans les revues de presse. Ceux qui ne disaient mot en n'en pensant pas moins se lâchent sur la sarkozie et sa "République irréprochable".

Heureusement, le JDD et Europe 1 sont là pour redresser le gouvernail, tant que faire se peut...

 

Flash info d'Europe 1 ce matin: La colère froide de Sarkozy

 

Le Journal du Dimanche revient sur l'affaire Karachi et cite un proche du président de la République : "Cela recommence comme en 2006 quand on a voulu accrocher Nicolas. Et qui voit-on encore ? Le même juge".

 

En coulisses, la "colère froide" de Nicolas Sarkozy touche ses amis, les femmes de ses amis, les juges, les médias... Pour un proche du président, les accusations portées contre Brice Hortefeux "vont faire un flop". Il va s'expliquer "et ça va se dégonfler''. En attendant, "Brice peut dire adieu à son poste de directeur de la campagne de Nicolas. Sa carrière est même peut-être terminée".

 

Tu entends ou tu lis ça, il t'arrive quoi? De la merde coule dans tes oreilles, s'insinue dans tes yeux. Les sbires du marchand d'armes Lagardère te racontent une belle histoire, humaine, virile, un peu comme dans "La Conquête", ce si beau film qui a amené Sarko à déjeuner avec Podalydès pour lui dire toute son admiration et citer Schopenhauer. 

 

C'est l'histoire d'un type, il est en colère, une colère froide, parce que c'est dégueu ce qui lui arrive. Y'a un juge, toujours le même ( là on voit que c'est de l'acharnement, le mec est une sorte de Beria mâtiné de Klaus Barbie), qui fait rien qu'à l'embêter avec des accusations même pas vraies d'abord qui vont faire un flop et se dégonfler ( et exploser en vol, en comdamnant leurs initiateurs à finir lépreux, incontinents, et poursuivis partout par un gros nuage criblé d'éclairs et quand ils essaieront de s'asseoir le doigt de Dieu, qui aime Sarko, les poussera au niveau du gril costal dans le dos provoquant de terribles névralgies). 

 

C'est l'histoire d'un mec, il est dans une telle colère froide ( un peu Clint Eastwood dans Gran Torino, tu vois, le mec il hurle pas comme un nabot hystérique, il garde une certaine dignité qui provoquerait chez le Elkabbach moyen une semi-molle, tu vois), que tout le monde autour de lui ( sauf sa femme à lui qui attend un enfant, putain la campagne de com est mal barrée, je te dis pas) prend cher, et qu'il va même ( non mais Dieu imagine t'on la souffrance intime que ce Beria fait subir à ces deux camarades inséparables?) devoir lâcher son ami de trente ans( la mort dans l'âme, car Sarko, on le sait, est fidèle en amitié, et émotif, et sensible, malgré ses six cerveaux à lui qu'il a, et comme c'est l'ex d'Arno Klarsfeld qui a fait le diagnostic sans IRM, tu imagines à quel point c'est fiable)...?

 

Ce n'est pas une affaire d'Etat, donc. Mais plutôt un drame, un émouvant drame humain. Merci Arnaud, tu reprendras bien du cake? 

24/09/2011

Allégeance aux armes: Quand Copé joue avec le feu...

jean-francois_cope.jpg

Allégeance aux armes... allégeance aux armes... C'était cette semaine passée le dernier appel du pied en date de Copé et Fillon aux électeurs de l'UMP séduits par Marine Le Pen. 

Mais quel est le nom du fournisseur de Jean-François Copé? Takkiedine? Bourgi? Gaubert?

Je ne sais pas si c'est de la saoudienne, de la qatarie, de la pakistanaise, mais ce qui est certain, c'est que c'est de la forte... 

liberte-delacoix.jpg

Parce qu'imagine un peu, mon petit Jean-François, toi qui nous promets depuis des années d'arrêter la langue de bois et qui nous la joue "rebelle" au sein du clan UMP tout en appliquant à la lettre les consignes du patron ( allez, au hasard vraiment, le vote des franchises sur les soins, un grand moment de responsabilisation des cancéreux dont tu pourras être fier toute ta vie...), imagine un peu, mon petit Jean-François, que les Français, les jeunes de France, prennent vraiment les armes le jour où il apparaîtrait clairement que la France, la République, sont tombées aux mains de crapules cyniques, d'affairistes ignobles, de magouilleurs prébendiers et autres porteurs de mallette auvergnats...

Et ben tu serais vite en string, dans ta piscine, mon garçon...

cope-piscine.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu