Avertir le modérateur

16/07/2009

H1N1 à Sarkoland

H1N1 poursuit son expansion.

dr_house_fond_ecran_7.jpg

Quelques précisions glanées au fil des lectures, et retranscrites ici le plus clairement possibles:

Comme je l'avais affirmé depuis plus d'un mois et demi, et de nombreux confrères généralistes avec moi, le virus circule à bas bruit dans la population bien au-delà du nombre de cas réellement pris en compte et déclarés par les autorités, dont la politique de l'autruche ( pas de prélèvement égale pas de grippe h1N1 déclarée) a fait des merveilles pour convaincre la population qu'à la différence de ces cons de Britanniques ( qui eux, savent que ce que signifie la santé publique et traitent leurs médecins généralistes en conséquence), nous n'avions pour ainsi dire pas de cas en cours. Je suis tellement terrifié par la propagation du virus outre-Manche que j'y pars en vacances.

 

La propagation du virus est importante, sa virulence est pour l'instant faible, apparemment sensiblement égale à celle d'une grippe saisonnière, avec cependant, hélas, de très rares cas d'atteinte pulmonaire directe par le virus avec détresse respiratoire pouvant entraîner le décès, parfois chez des sujets jeunes en bonne santé.

Les autorités redécouvrent la médecine générale, et annoncent fièrement qu'à partir du 23/07/09 les malades devront contacter leur généraliste. Stupéfiante découverte, Roselyne... Que crois-tu qu'ont fait nos patients depuis des semaines, une fois qu'ils ont saisi que le pipeau du "tout hospitalier" qu'on leur servait ne correspondait à aucune autre nécessité que celle de leur faire croire, encore et encore, qu'un Président incohérent et impuissant qui base sa com sur le tout-sécuritaire allait les protéger du virus avec ses petits ( tout petits) bras?...

En clair, cela signifie que nous aurons à nouveau la possibilité de prescrire du Tamiflu et de le voir délivré en pharmacie... mais pas en prévention, et seulement chez les sujets à risque... alors que la population, de déclaration contradictoire en incohérence assumée, va nous demander du Tamiflu "docteur, au cas où..." et que ne pas en prescrire va être rudement délicat dans un pays sans aucune culture de santé publique ou d'information honnête du public...

Sur le plan de la vaccination, Roselyne a fait fort, annonçant à grand renfort de com et de braiements que la vaccin serait là à l'automne, que la France en avait commandé des wagons, qu'on allait voir ce que l'on allait voir, le Petit Père des Peuples allait faire vacciner toute la population avant l'arrivée du vilain virus. Manque de pot, Roselyne, l'automne commence le 21/09 et finit le 20/12... Et le temps de fabrication, de test, est incontournable... Tu as donc encore une fois parlé avant d'avoir réflechi, comme tout Ministre sarkozyste qui se respecte et veut faire rempart de son corps aux difficultés du réel...

rbn.jpg

Enfin, sur le plan organisationnel, comme le résume très clairement un confrère qui se prête, pour raisons syndicales, au jeu des réunions DDASS, pouvoirs publics, etc...

"Conclusion: on va se démerder, comme toujours, et sans un rond de plus..."

J'ai toujours pensé qu'une pandémie révèlerait dramatiquement les carences du système de santé en France et les conséquences de l'absence de tout investissement organisationnel cohérent sur le premier étage des soins ( infirmiers, médecins, kinésithérapeutes...) Les DDASS reconnaissent aujourd'hui, mais sans sortir un radis, que le renforcement des moyens administratifs des médecins généralistes - essentiellement par l'aide d'un secrétariat- serait rudement utile. Mais tant pis... Dans un pays où le ratio d'aide administrative est de 0.3 par médecin ( autrement dit seul un généraliste sur trois peut rémunérer une secrétaire), on va nous demander de gérer une pandémie et de rester en contact avec patients, laboratoires et hosto, avec notre bite et notre couteau...

revenusgeneralistes.jpg

Mieux encore, cerise sur le gâteau, l'idée ( pas conne ) de créer dans les écoles ou les collèges désaffectés pour cause d'épidémie des centres de consultation dédiés dans lequel les médecins et les infirmiers auraient pu travailler ensemble en se relayant, a été écartée. Trop compliqué, trop cher, et surtout... surtout... la DDASS ne se voit pas y affecter les médecins du travail, les médecins conseils, les médecins des services administratifs...

J'espère au moins que nos confrères médecins-conseils auront à coeur, pendant la pandémie, de passer au crible avec zèle nos arrêts de travail forcément injustifiés. Il faut en trouver 11%, les gars, c'est votre patron, ancien de chez Axa, qui l'a dit, pour faire plaisir à Not'Président qu'il est formidable.

Comme le lèchent les deux Bouvart et Pécuchet qui se sont compromis le 14/07/2009 sur France 5 dans une hagiographie accablante que le Times, sans se tromper, a qualifié de "servile" au point de croire à un gag grolandais:

exclusif-un-9109-92505.jpg

"Tu vois, comme dit le proverbe, c'est souvent dans les difficultés que les hommes se révèlent".

 

sarkozy_permanence_small.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu