Avertir le modérateur

10/06/2009

Arrêts de travail: le foutage de gueule continue

Ca faisait un petit moment qu'on n'avait pas ré-entendu ce cri d'orfraie des néolibéraux: il y a trop d'arrêts de travail! Trop de patients malhonnêtes et de médecins corrompus qui dans le secret glauque des officines grèvent le budget de la Sécu et oeuvrent secrètement pour empêcher le redressement du pays entamé par le Conducator Sarkozy, le Speedy Gonzalez de la réforme...

Sarkozy s'était servi pendant sa campagne des chiffres gonflés aux hormones que lui refilaient amicalement les services de la CNAM, laquelle depuis 2004 est dirigée par Fréderic Van Roekeghem, brillant ancien de chez AXA placé à la tête de ce qui fut votre SECURITE SOCIALE et qui se réduit en peau de chagrin sous le nom d'ASSURANCE-maladie, tandis que dans l'ombre les complémentaires aiguisent leur appétit en attendant que la bête soit morte.

Fossoyeurs-070109-03.jpg

J'ai décrypté ce dogme libéral de l'arrêt de travail factice dans "Les Fossoyeurs", en ai démonté certains des rouages, aidé en cela par quelques taupes à l'intérieur de l'Assurance-Maladie ( salut Seb! ) qui dans "Les Fossoyeurs" puis dans "Le Plan B" avaient expliqué comment les services de la caisse pouvaient comptabiliser comme injustifiés des arrêts qui... n'avaient même pas été demandés par le médecin, en considérant fictivement qu'un arrêt de huit jours serait "injustifié" au neuvième jour, à la suite d'un contrôle exécuté au huitième jour. Je sais, c'est délirant, mais ce n'est que le sommet de l'iceberg. Je passe sur le juteux marché des médecins-contrôleurs d'officines privées...

Quelques semaines après le ballon d'essai de Frederic Lefebvre, Danube de la Pensée Sarkozyste, Grand Prix d'Humanité au festival de Salzbourg, et Membre Emerite de la M.E.N.S.A., sur la possibilité pour les grognasses encloquées et les salariés fainéants de bosser volontairement sans nulle contrainte médeffienne sur leur lit de douleur, la CNAM sort ses chiffres, d'où il apparaît que 10 à 13% des arrêts de travail seraient jugés injustifiés par le médecin-conseil. La Tribune, de l'Excellent Alain Weill, les publie.

Imaginez les gros titres que cela pourrait générer dans une presse un tant soit peu éveillée: "90% des arrêts de travail sont justifiés!" Quel corps de métier s'enorgueillit d'une telle statistique, franchement? Christine Lagarde et Eric Woerth ont-ils atteint de tels sommets ces dernières années, si l'on compare leurs martiales promesses et leurs pathétiques résultats?

A longueur de journée, nous avons croulé sous les communiqués consternés, peu de journalistes utilisant le conditionnel ou remarquant simplement que ce que signalait la CNAM, c'est un taux de litige de 10 à 13% entre deux interprétations d'une situation médicale, l'une faite par un praticien confronté chaque jour à des patients, l'autre faite par un praticien-conseil sans activité de soins statuant à posteriori sur une décision médicale prise en son absence. Que certains confrères aient la main lourde, que certains Français cherchent à profiter d'un arrêt, pourquoi pas? Qu'en sais-je? Ce n'est pas en faisant des micro-trottoirs en caméra-cachée qu'on prouvera quoi que ce soit, mais peut-être en s'intéressant à ce serpent de mer dont tout le monde parle mais que personne n'aborde de front, la souffrance au travail, qui en ce moment me semble être à son comble dans certains secteurs, en particulier le secteur bancaire où les salariés sont soumis à des pressions psychologiques et de cadence de travail très préoccupantes...

La grosse cerise sur le gâteau, ce sera sans doute cette phrase tirée de l'article de la Tribune, expliquant que le souci de l'ASSURANCE-maladie était "d'éviter la désinsertion professionnelle". Putain, c'est beau comme de l'antique! C'est larmoyant comme il faut, faux-cul comme pas deux.... Ne croyez surtout pas qu'il s'agisse d'apurer les comptes ou de renvoyer au travail des malades chroniques, mais de leur éviter ( snif snif...) le spectre de la "désinsertion professionnelle". Putain, même au temps des Maîtres des Forges on n'aurait pas osé...

le_maitre_de_forges_1933.jpg

Comme par hasard, le lendemain, on nous annonce un déficit record prévu pour l'Assurance-maladie en 2009. Tous les commentateurs  murmureront à voix basse que cela est évidemment dû avant tout à la situation économique du pays et à la chute des recettes, mais cela n'empêchera pas d'avoir inculqué au grand public l'idée que décidément, ce système solidaire n'est plus viable, à cause des patients ( les autres)  et des médecins ( ceux des autres) qu'il faut res-pon-sa-bi-li-ser. Heureusement, Sarkozy, qui annonçait la semaine dernière vouloir "confier aux complémentaires" de plus grandes tâches, aux côtés d'un Jean-Pierre Davant, de la Mutualité Française, ravi, a un plan de route. Et la chance de pouvoir s'entourer de "mutualistes" plus photogéniques que ne le sont les sbires des assurances privées. C'est sûr que faire la même annonce au côté de Claude Bébéar, ou de son frère Guillaume( de chez Médéric) aurait pu faire tousser.

medef.jpg



Allez, la Sécu, regardez la bien. Elle aura vécu plus d'un demi-siècle. Créée par le Conseil national de la Résistance, sabordée consciencieusement par les libéraux pendant des années, de renoncement en renoncement, sans que personne hormis une poignée de vigies inutiles ne saisisse ce qui se joue.

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu