Avertir le modérateur

11/02/2009

Six feet under

 

sfu.jpg

 

A ton avis, le développement des soins palliatifs suffirait à lui seul à désamorcer et à rendre inutile le débat sur l'euthanasie comme le pense Nicolas Sarkozy ?

 

Positionner un questionnement éthique aussi fondamental à partir d’une « pensée » d’une telle absolue médiocrité ( sur la nature de l’humain, de l’inné, de l’acquis, le rapport à la culture et à l’argent…) me semble impossible.

Sur le fond, j’observe que le développement des soins palliatifs est une excellente chose en pratique dans la mesure où, en ville comme à l’hôpital, cela amène à soulager des patients, leurs familles et leurs soignants, dans de nombreux cas. J’ai connu des services hospitaliers spécialisés dans lesquels le chef de service « sautait » la chambre d’un patient « condamné » pour ne pas affronter son regard, ses questionnements, et sa propre impuissance. Le développement des unités de soins palliatifs a permis une meilleure prise en charge de ces patients, mais j’observe qu’il tient toujours, quoiqu’on dise, d’une forme de militantisme et de sacerdoce, comme les interruptions volontaires de grossesse.

 

 

As-tu déjà eu des demandes d'aide à mourir dans ta pratique de médecin ?

 

Je n’imagine pas qu’un seul médecin généraliste dans ce pays n’y ait pas été confronté. Ensuite, la législation étant ce qu’elle est, je renvoie ceux que cela intéresse à mon livre « Une question de confiance », aux éditions Rivages-Noir. La fiction a ses règles, et son utilité.

 

 

uqdc.jpg

 

 

L'euthanasie te semble-t-elle être seulement la marque de l'impuissance du médecin?

 

Je ne sais pas. Je ne crois pas. Cela peut être le cas, mais comme je l’ai dit, j’ai vu des médecins masquer leur impuissance par la fuite, essentiellement. C’est pratique, d’une certaine façon, d’imaginer qu’une euthanasie signifierait forcément une défaillance du médecin, cela évite d’affronter la réalité, c’est-à-dire que certaines situations de fin de vie, malgré les progrès apportés, restent au-delà de ce qui est humainement supportable. Et je ne parle pas là de la souffrance du médecin, évidemment.

 

Que penses-tu de la Loi de 2005, la loi Léonetti, te semble-t-elle une avancée suffisante?

 

Je ne la connais pas dans le détail. Je crois qu’on joue énormément sur le non-dit, en faisant semblant de penser qu’il est possible de légiférer sur ces sujets de manière exhaustive.

 

La Belgique, Les Pays-Bas, la Suisse, ont légiféré dans le domaine de l'aide à mourir, penses-tu que la France est en retard ?

 

Le problème est complexe. Certains opposants au droit de mourir dans la dignité le sont pour des raisons religieuses, que je ne juge pas. D’autres craignent que briser ce tabou entraîne une dérive irrémédiable dans une société qui a peur de ses vieux, et rend un culte à la beauté et à l’argent.

 

Pourquoi la mort, et les débats autour de la mort sont-ils si tabous?

 

Vaste question. Céline, qui fut ce qu’il fut, dans la préface de sa thèse sur Semmelweiss, écrit : «Parmi tous nos frères, n’est-ce point notre rôle de regarder en face cette terrible vérité, le plus utilement, le plus sagement ? Et c’est peut-être cette calme intimité avec leur plus grand secret que l’orgueil des hommes nous pardonne le moins.» Je pense qu’il a raison, en grande partie. Il y a dans le regard porté sur le médecin un curieux mélange d’affection, de respect, d’estime, et de défiance, voire d’animosité – il suffit pour s’en convaincre de lire les débats ou les invectives sur les forums internet dès qu’il est question des gardes de nuit des médecins généralistes ou de leur rémunération, par exemple : le médecin fantasmé devrait être disponible à toute heure, à tout moment, et ne devrait pas se préoccuper d’argent- . Cette ambiguité vis-à-vis des médecins les plus souvent impliqués dans la fin de vie des patients me semble inconsciemment liée à ce « grand secret ». Les religieux échappent en partie à cette ambiguité parce que dans la religion catholique ils ne sont pas sensés être sexués… Le médecin « connaît » et la mort et le sexe, ce n’est pas anodin. A ce sujet, je me demande pourquoi on ne pose pas plus souvent ces questions aux agents des pompes funèbres, qui, question « calme intimité avec leur plus grand secret » en connaissent un rayon….

 

 

six_feet_under.jpg

 

 

Selon toi, qu'est-ce qu'une "bonne mort"?

 

Je ne sais pas. Chacun définit ça selon ses craintes ou ses aspirations. Pour moi, une bonne « fin de vie », c’est une fin de vie pendant laquelle, chaque jour, le patient, même très diminué, a « profité » de moments de paix, de bonheur, ou il a pu goûter encore à la vie, profiter des siens.
Chacun définit ce que serait une bonne mort ou une mort insupportable. Et pour boucler la boucle, je pense à cette dame de 80 et quelques années qui m’a dit l’autre jour : « Je ne veux pas mourir en Sarkozye ».

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu