Avertir le modérateur

17/11/2008

Au pays des aveugles...

 

aveugle.gif

En 2004, les Inrockuptibles avaient lancé un appel contre la "Guerre à l'Intelligence" que menait, selon eux, la droite d'alors par ses coupes sombres dans les domaines de l'éducation, des sciences et de la culture, et dénonçait un certain mépris poujadiste pour le débat intellectuel.

Je n'avais pas signé cet appel, à l'époque, parce que sa mise en mots m'avait gêné, laissant sous-entendre ( en tout cas, c'est ainsi que je l'avais lu) que l'Intelligence se décrétait, était l'apanage de signataires faisant partie de l"élite" ( un terme que j'ai en horreur) médiatique, scientifique et culturelle du pays.
Quelques années plus tard, je me demande si les Inrocks n'ont pas simplement eu quelques années d'avance, tant ce qui me frappe en y repensant, aujourd'hui, c'est la sensation d'être gouverné par "La conjuration des imbéciles", pour utiliser le titre du roman de John Kennedy Toole ( A confederacy of dunces).

L'alliance du bâgout télévangéliste et de la vulgarité parvenue, le désintérêt pour le sens des mots déchiquetés par la Sarkolangue ( capacité, je le rappelle, à démentir formellement le lendemain ce qu'on affirmait la veille, comme l'a rappelée récemment le "Destop d'estoc" de Fadelamara),  la cécité entretenue à l'égard des conséquences évidentes de la politique menée envers les plus faibles, le culot éhonté qu'il faut à un ou une Ministre pour "améliorer" son CV de diplômes jamais réellement obtenus, tout sent à plein nez la combinazione et les petits arrangements entre amis, et ne peut se concevoir sans un mépris profond pour ceux des corps intermédiaires constitués ( enseignants, magistrats, médecins) qui au-delà de leurs travers, participent encore du pacte républicain.

Paraphrasant les tics langagiers du Président, Eric Woerth, le Ministre du Budget de la non-récession que le monde entier nous envie avait ainsi déclaré dans "CHALLENGES" en Février 2008, pour faire taire la polémique au sujet des franchises sur les soins: ""Quel Français peut dire qu'il a dû renoncer à des soins pour des raisons financières ? Cela n'existe guère".

Cette manière, toujours, de se mettre en avant pour poser des questions  "Qui peut me dire qu'on ne peut pas mettre quatre euros par mois? Qui peut me dire qu'on ne peut pas se soigner?, etc..." et y répondre soi-même, en bon père de famille plein de bon sens terrassant les énergumènes forcément "ultraguachistes" qui n'avalent pas la pilule de la communication gouvernementale, fut-elle saupoudré de sucreries carlabrunesques "authentiquement de gauche"

Hélas, et c'est l'AFP qui nous l'apprend cette semaine dans un papier sur les renoncements aux soins, une fondation privée de promoition de la santé, le Commonwealth Fund, a interrogé 7500 patients souffrant de maladies chroniques dans huit pays. Le titre est explicite: Aux USA, un malade chronique sur deux repousse ses traitements pour raisons financières.

 

Et à en croire l'article: "Dans les autres pays, les malades reportant des soins du fait de leur prix se situent entre 36%, en Australie, et 7%, aux Pays-Bas. En France, ils sont 23%."

23% des Français. Un Français sur quatre, que le Ministre du Budget, atteint d'un persistant scotome*, ne voit pas. Au sujet desquels il ironise.

19335woerth.jpg

* Le scotome (du grec ancien σκότος / skótos, « ténèbres, obscurité ») correspond à une tache aveugle dans le champ visuel.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu