Avertir le modérateur

08/10/2007

Cinq ans de droite. J'ai besoin d'amour.


medium_Sarkozydoigt.2.jpg

 

« Cinq ans de droite. J’ai besoin d’amour ». Ce slogan d’Act-Up m’a arraché un sourire. A défaut d’amour, là, tout de suite, je me satisferais d’un peu de cohérence.

 

Parce que vous, je ne sais pas, mais moi, j’ai du mal à m’y faire, dès le matin. J’hésite à ouvrir la radio, à acheter les journaux, tant je sais ce qui m’attend. Un flot ininterrompu de déclarations hâtives, de contradictions foireuses, de clarifications ridicules.

 

Un jour, c’est Rama Yade à Aubervilliers, prétendant être venue là sur un coup de cœur, dans une posture émotionnelle dont elle n’a pas compris qu’elle est réservée à son Patron et à sa Femme, Cécilia « On ne m'empêchera jamais d'essayer d'aider ou de soulager la misère du monde, dans quelque pays que ce soit » Sarkozy. Et bien il y a du boulot, Mesdames. Pas besoin d’aller jusqu’à Tripoli, ça commence sur le tarmac de Roissy et d’Orly, lors des reconduites à la frontière dont Rama Yade apparemment n’a pas entendu parler. Un jour donc la Chargée des Droits de l’Homme débarque à Aubervilliers ( 40% de logements sociaux) « dans le but d'arranger les choses et d'entamer une amorce de dialogue, pas dans une démarche d'hostilité ». Tancée par ses supérieurs, elle rectifie, avouant le lendemain qu’elle s’était rendue sur place pour expliquer aux squatteurs que l’extrême-gauche n’avait pas le monopole du cœur. Belle justification, en effet, que d’avouer qu’il s’agissait uniquement d’instrumentaliser la souffrance humaine à des fins politiques.

 

Quelques jours plus tard, ce sera Bernard « Mais le pire c’est la guerre, Monsieur » Kouchner. Et le lendemain, un de ses collaborateurs précise : « Dire qu’il faut se préparer au pire ne signifie pas que l’on prépare le pire». Ah, d’accord, je suis rassuré. Enfin, pas vraiment. Je note quand même : nucléaire iranien-mauvais-pas bon-dangereux, nucléaire lybien-cool-sympa-no problemo-dassaultcompatible. Un pense-bête, pour plus tard, quand nos gouvernants, invoquant les mânes de La Fayette, emboîteront le pas à George Walker Bush, criminel de guerre ( oui, la connerie peut être criminelle).

 

Enfin le Président lui-même, continuant à pousser son projet de franchises médicales pour financer le plan Alzheimer, tout en annonçant, le même jour, dans le même discours, que « la dépendance des personnes âgées est le plus souvent un risque assurable qui peut être couvert en partie par des produits financiers innovants. » Ou comment utiliser deux fois l’Alzheimer dans le même discours, une première fois pour légitimer un déremboursement masqué, la seconde pour ouvrir le champ de la dépendance aux assurances privées.

 

Je ne sais pas, vous, mais moi à chaque fois qu’un membre du gouvernement l’ouvre, j’ai besoin d’amour.

 

( publié dans l'Humanité le 25 Septembre 2007) 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu